Tieta d’Agreste, le roman de toutes les toponymies

Jorge Amado, Tieta d’Agreste (Tieta do Agreste 1977), Trad Alice Raillard, Ed. J’ai lu

La question toponymique est présente d’un bout à l’autre de ce grand roman de la maturité de Jorge Amado. Roman truculent, vert et très politique, qui narre sur le mode humoristique du feuilleton pseudo-descriptif, les tribulations aménagistes et sexuelles d’un confins maritime reculé, proie soudaine et temporaire du grand capital et de passions croisées. Agreste et le Mangue Seco, et même la lointaine Sao Paulo, y sont investis par des initiatives toponymiques qui vont du ridicule à l’intime, de l’officiel à l’officieux, du notabiliaire au populaire.

L’auteur nous interpelle d’emblée sur qui méritera les honneurs publics dans sa galerie de portraits et caractères. C’est la question des régimes de respectabilité locale qui est ainsi posée en fonction des positions sociales et de la nature des engagements.

Il est une chose dont je voudrais vraiment être certain au moment de mettre un point final à ce feuilleton, et je compte pour ça sur votre aide à tous, je vous lance un défi : dites moi quels sont les héros de l’histoire, qui a lutté pour le bien de sa terre et du peuple ? Tout le monde parle au nom de la terre et du peuple, chacun plus ardent et gratuit défenseur. Il suffit que l’argent s’en mêle, dans la poche des malins, et le peuple et la terre peuvent aller au diable.

Dans cet embrouillamini, dont je commence à défaire les nœuds, qui mérite son nom sur une plaque de rue, d’avenue ou de place, des articles louangeurs, des hommages, des médailles, le titre de héros ? Dites le moi. Ceux qui bataillent pour le progrès à tout prix – qu’on paie le prix sans protester, quel qu’il soit – à l’exemple d’Ascânio Trindade ? Si on le payait de sa vie, ce serait moins cher. Si ce n’est eux qui d’autre ? Ce n’est pas à Barbozinha ou à Dona Carmosina, à Dario, commandant sans troupes à commander, que l’on décernera ces honneurs, encore moins à Tieta, ou plutôt à Madame. Les mots aussi valent de l’argent, héros est un terme noble, de haute considération.

Je remercierai qui m’éclairera quand, ensemble, nous arriverons à la fin, à la morale de l’histoire. Si morale il y a, ce dont je doute. (p. 21)

 

Avec le personnage de Tieta, fille prodigue, magnifique et scandaleuse du Mangue Seco, se profile les hésitations et la volatilité des commémorations officielles et du statut de bienfaiteur public. D’abord idolâtrée de manière consensuelle comme bienfaitrice familiale, locale et régionale, promise à une commémoration publique majeure, elle est finalement vilipendée et frappée d’indignité comme personnalité amorale et engagée dans l’échec de l’avenir industriel glorieux promis un temps à ce coin de paradis.

« Si vous obtenez le courant de l’Hydroélectrique, le peuple va vous hisser sur le maître-autel de la cathédrale, à côté de la Senhora Sant’Ana »

– idée extravagante, Antonieta rit aux éclats. (p. 197)

___________________

« Elle avait eu la surprise de voir une banderole déployée place de la Cathédrale, entre deux vieux poteaux de l’ancien éclairage : LE PEUPLE RECONNAISSANT SALUT DONA ANTONIETA ESTEVES CANTARELLI. Juste un hic : le mot Esteves avait été ajouté – exigence de Perpétua et de Zé Esteves – une fois la banderole terminée. On l’avait mis entre les deux autres noms, mais un peu au dessus, un défaut léger, il ne déparait pas l’effet impressionnant des lettres rouges sur le fond blanc du calicot.

– Idée d’Ascânio, elle avait obtenu l’accord général, dans la bouche du peuple Tieta était l’héroïne de la ville. On ne l’avait pas encore hissée sur le maître-autel de la cathédrale, à côté de la Senhora Sant’Ana, mais peu s’en fallait. » (p. 299)

___________________

– Un des articles du projet élaboré prévoit de donner le nom de la fille prodigue à l’artère par laquelle entre et sort de la ville la marineti de Jairo, artère qu’emprunteront également les fils du progrès, pour le peuple la lumière de Tieta. Appelé chemin de Boue depuis des temps immémoriaux, ce sera la rue Dona-Antonieta-Esteves-Cantarelli (citoyenne d’honneur). La plaque a déjà été commandée à Bahia, avant même que les conseillers municipaux aient été mis au courant : peut il y avoir quelqu’un d’assez ingrat pour s’y opposer ? (p. 420)

___________________

Même la rapide avancée des poteaux de l’Hydroélectrique, sujet qui soulevait l’enthousiasme il y a une semaine, ne parvient pas à détourner l’attention du problème qui divise la ville depuis que les machines de la C.B.G.E., sur l’ordre de la Brastânio, ont asphalté l’ancien chemin de Boue, future rue Antonieta-Esteves-Cantarelli. Secret mal gardé, l’hommage prévu court de bouche en bouche, plusieurs personnes ont vu la plaque dans la main d’Ascânio. Seule Tieta, en vacances au Mangue Seco, ignore la prochaine consécration officielle de son nom, de tous les projets de la municipalité, le seul à réunir les suffrages unanimes. Pour le reste, la discorde règne, la ville est divisée. (p. 585)

Tout au long du roman, on croise les toponymes officiels, souvent ridicules, qui n’ont souvent pas prise sur la réalité des dénominations populaires.

Dans ses lettres, Perpétua parlait de « notre petite maison » achetée par le Major avant leur mariage, place du Conseiller-Oliva. « Mais ici c’est la place de la Cathédrale.

– Le nom correct est place du Conseiller-Oliva » (p. 132)

___________________

Le vieux Zé Esteves, veste sur le bras, bâton et épouse, leur tient compagnie jusqu’à la place du Marché (place Colonel-Francisco-Trindade), d’où le marché s’étend dans les rues voisines. (p. 181)

___________________

Ascânio prend un air solennel, il invite dona Antonieta à être la marraine de l’inauguration officielle de la chaussée, du jardin et des bancs de la place Modesto-Pires, appelée auparavant place de la Tannerie ; la tannerie de peaux est à proximité, au bord du fleuve. Œuvre de la mairie, elle avait été appuyée par un citoyen important : Modesto Pires avait offert les trois bancs de fer. Reconnaissant, le conseil municipal avait décidé de débaptiser la place. La cérémonie aura lieu avant Noël, avec Pastorale et la Bumba-meu-boi de Valdemar Cotò » (p. 215-216)

___________________

Excepté une partie des enfants encore à la matinée, au cinéma Tupy, pratiquement tout le reste de la population de la ville est réuni, à cinq heures de l’après-midi du dernier dimanche avant Noël, sur l’ancienne place de la Tannerie, désormais place Modesto-Pires. Le jardin, la promenade qui l’entoure, l’obélisque au centre, la chaussée de pierres, aménagements dus à l’action d’Ascânio Trindade, lui valent les louanges générales.

« Cet Ascânio, c’est quelqu’un.

– Tu imagines quand il sera vraiment maire !

– Agreste va devenir un jardin. »

Une estrade de bois, montée pour la cérémonie et pour la présentation de la Pastorale et du Bumba-meu-boi ; sur l’obélisque, la plaque de béton, couverte du drapeau brésilien. A l’angle, sur le mur de la maison de Laerte-Coupe-Cuir, une plaque de métal également couverte. Dommage que l’orphéon 2-juillet ait été dissous il y a plus de trente ans

(Suit la description sympathique et ironique de la cérémonie villageoise en grande pompe avec édiles, gloires locales et élèves indisciplinés… p. 402-406.)

___________________

Le samedi, débarquant au petit matin sur la place du Marché (place Colonel-Francisco-Trindade – Intendant municipal, enseigne la plaque ; le peuple, rebelle, n’apprend pas), les paysans découvrirent quelques nouveautés, dont une banderole, tendue entre deux piquets plantés en terre, proposant la candidature du commandant, et une pancarte, convoquant au meeting. Cette dernière faisant pendant, sur un poteau bien au centre de la place, à l’affiche du cinéma qui annonce un sensationnel « bang !bang ! » à la fin de la semaine : « il y aura du sport ! » promet-on. (p. 800)

Les toponymes investis, appropriés, plein de sens sont les toponymes imagés donnés à des lieux publics connotés

Il y a une jolie promenade : un peu plus loin, le fleuve s’élargit et fait comme une petite bassine, domaine des laveuses, un bel endroit, on l’appelle la Bassine de Catarina, un nom certainement donné par un homme de lettres, un ancêtre de Barbozinha. Ou par lui même dans une autre vie. Aujourd’hui, non, elles doivent aller à l’agence des Postes, elles l’ont promis à Carmosina. Vous allez à l’Aéropage ? Où ? L’Aéropage, c’est le surnom que Giovanni Guimaraes, un journaliste de la capitale, a trouvé pour l’agence des Postes : là se réunissent les sages. Très drôle ! (p. 152)

___________________

Des flammes s’élèvent, une lueur troue l’obscurité.

« Un incendie !

– Où est-ce ? »

Ascânio aussi se lève, il a la carte de la ville dans la tête :

« C’est au Creux-du-Vieux ! » gémit dona Carmosina

Au Creux-du-Vieux vivent les plus pauvres d’entre les pauvres, ceux qui ne possèdent rien, les mendiants, les ivrognes sans travail, les vieillards qui se traînent pour quêter un morceau de pain dans les rues du centre. (p. 412)

 

Ou encore des toponymes privés , notamment ceux donnés par Tieta elle-même que ce soit à sa maison close[1] de luxe de Sao Paulo où s’arrangent tant de décisions politiques nationales, ou encore à la petite maison (sa « cabane ») qu’elle fait construire sur le Mangue Seco où elle célèbre la liberté, le désir et la puissance naturelle telle qu’elle apparaît dans ce bout du monde avec les figures du bouc et des chevrettes.

« C’est lui qui a eu l’idée du Refuge, bien avant de me connaître. Le premier nom était français » (…)

– Il y a plus de treize ans que je le dirige. J’ai tout transformé, modernisé, j’ai réservé un appartement pour Felipe et moi, cette merveille. J’ai changé le nom et augmenté les prix.

– Pourquoi as tu changé le nom, Petite-Mère ?

– Nid d’Amour, ça sentait trop la maison de putes. Refuge des Lords, c’est plus décent. Ce sont tous des lords, mes clients. Par ailleurs, j’ai du changer mon nom, Conseil de Felipe.

– Un rendez-vous de haut vol et de prix exorbitants doit être dirigé par une Française, ma belle. Madame Antoinette ; ça va très bien à ton type, avait-il dit.

– Un nom français avec ma couleur, mon cœur ? Ce n’est pas possible

– Française de la Martinique, comme Joséphine, celle de Napoléon. »

Les clients étaient devenus des amis, le prestige du rendez-vous grandit, fréquenter le Refuge des Lords fut un privilège plus disputé que d’être membre du Jockey Club, de la Société hippique, des clubs les plus fermés de Sao Paulo. (…)

« Pour Felipe je n’ai pas changé de nom, j’ai été Tieta de l’Agreste jusqu’au bout. »

– Pour les autres, Madame Antoinette, Française née aux Antilles du mariage entre un général de la République et d’une métisse. Elevée à Paris, prodiguant le charme, maîtresse dans l’office de choisir les femmes, les spécialités au goût cher des clients, les plus riches de Sao Paulo, Dieu merci. Pour les deux ou trois filles qui habitent en permanence au Refuge des Lords, elle est Petite-Mère, exigeante et généreuse, crainte et aimée. (p. 257-259)

___________________

« J’ai choisi le nom de ma cabane du Mangue Seco.

– C’est quoi ?

– Bercail du Bouc Inàcio. C’était l’étalon du troupeau du Vieux, un bouc qui avait plutôt l’air d’un mulet tant il était grand. Son sac rasait le sol. Avec lui j’ai appris à vouloir et à réussir. » (p. 339)

___________________

Tout le monde se retrouva devant les murs de la future bicoque de Tita, les chevrons pour le toit commençaient à prendre place, sur un tronc de cocotier l’habile commandant Dàrio avait gravé : BERCAIL DU BOUC INÀCIO. (p. 392)

(…)

Maintenant il ne manque qu’à cimenter le sol, peindre les murs, mettre les portes et les fenêtres et clore le terrain où, à un angle, le providentiel et habile commandant Dàrio avait fiché dans le sable le tronc sur lequel il avait gravé le singulier nom de la maison de Tieta. De là on voit la Toca de Sogra et Chez Nous, la vaste et confortable demeure de Modesto Pires. Eloignée de la plage, au bord du fleuve, on aperçoit la maison du Dr Caio Vilasboas, entourée de vérandas, sans nom pour la désigner. (p. 474)

 Si la respectabilité publique que traduit la toponymie officielle échappe à la scandaleuse engagée et magnifique Tieta, elle sera in fine adoubée par la contre-toponymie populaire et anonyme, celle qu’elle affectionnait comme on l’a vu.

 

Ca y est. Bien ou mal, je suis arrivé au bout, j’écris le mot fin. Dans les feuilletons à succès me souffle Fùlvio d’Alambert, l’auteur a coutume de fournir une notice sur les divers personnages et ce qui leur est arrivé après. Je ne pense pas le faire. Je laisse à l’imagination et à la conscience des lecteurs le destin futur des personnages et la morale de l’histoire.

(…)

L’inauguration de la lumière provenant de l’usine de Paulo Afonso fut une grande fête. On donna à l’ancien chemin de Boue, à l’entrée de la ville, le nom de l’actuel président-directeur général de l’Hydroélectrique du São Francisco. Les autorités présentes découvrirent la plaque bleue émaillée, faite avec soin malgré la hâte, dans un atelier de la capitale : RUE DEPUTE… C’était comment le nom ?

        La plaque bleue dura peu, elle disparut pendant la nuit. A sa place on en cloua une, en bois, confectionnée par une main artisanale et anonyme : RUE DE LA LUMIERE DE TIETA.

        Main artisanale et anonyme. Main du peuple.

 

 

[1] Dont l’auteur discute par ailleurs le nom qu’il faut utiliser pour le qualifier : Maison de repos, Château, Boxon, maison de passe, bordel, lupanar, sérail, couvent, pension de femmes, maison de putes, rendez-vous … p. 381-382.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *