Place Names in Africa: Une somme sur la dynamique des toponymes dans les cités africaines

Liora Bigon (ed.), 2016, « Place-names in Africa : Colonial Urban Legacies, Entangled Histories», Zurich : Springer, 229 p.

Un remarquable ouvrage de toponymie historique et politique fait le point sur les enjeux de la toponymie urbaine africaine dans un contexte postcolonial. Liora Bigon, specialiste en études urbaines et histoire des villes africaines à l’Université Hébraïque de Jerusalem et au Holon Institute of Technology, a pris l’initiative d’éditer ce livre dédié aux héritages coloniaux et aux régimes historiques imbriqués dans les noms de lieux urbains en Afrique. Ceci dans le contexte d’émergence d’un courant international de toponymie critique, dont le plus éminent des animateurs, Reuben Rose Redwood, introduit l’ouvrage par un avant propos dans lequel il souligne que ce courant avait, jusque là, davantage mis en valeur les questions toponymiques contemporaines dans les contextes nord-américains, européens et sur quelques hotspots géopolitiques. Les problématiques étant alors liées au marquage de l’espace et aux concurrences mémorielles dans les contextes de colonies de peuplement et de révolution, au sens de changement radical d’ordre politique, et enfin de marchandisation de certains noms dans l’espace public. Les contextes coloniaux et postcoloniaux africains sont bien différents. Ils relèvent pour la plupart d’une colonisation d’exploitation tardive (contemporaine de l’affirmation des Etats Nations européens et de la Révolution industrielle) et de la construction des sociétés et des Etats postcoloniaux sans rupture totale avec les héritages coloniaux dans un double contexte d’urbanisation et de tension entre autochtonie et mobilité. Dès lors les problématiques toponymiques embrassent un spectre très large et trouvent des développements originaux.

La question toponymique en Afrique a ainsi pu être utilisée dans de riches travaux d’archéologie spatiale (Alexandre 1983 ; Traore 2007 ; Georg et Pondolo 2012), voire d’analyse de l’organisation interne des sociétés (Izard 1993) ou de leur mobilité fonctionnelle (Brown 1973). Ceci dans la continuité de travaux pionniers (Unesco 1984), qui se centraient sur la dimension historique des héritages toponymiques, en négligeant alors souvent les aspects contemporains, urbains et postcoloniaux de la question.

De nombreuses études récentes explorent de nouveaux champs comme par exemple la toponymie comme outil des expériences de cartographie participative alternative (Taylor 2008 ; Burini 2013). Encore plus directement dans le champ de la toponymie politique, on note des travaux sur la production contemporaine des noms de la ville informelle (Wanjiru & Matsubara 2017 ; Mushati 2013 ; Garakcheme 2011) ou formelle (Adebanwi 2012) et les tentatives d’adressage (Njoh 2010 & 2016), travaux qui sont menés par des chercheurs africains ou d’origine africaine, cela faisant suite à des travaux sur la dimension politique de la toponymie urbaine d’origine coloniale et ses différents modéles (d’Almeida-Topor 1996 ; Bigon 2008). C’est dans le cadre de cette dynamique que l’ouvrage paru en 2016 chez Springer : « Place-names in Africa : Colonial Urban Legacies, Entangled Histories» compile quelques uns de ces travaux innovants, repris de publications antérieures, et les complète par des chapitres originaux (Cumbe ; Lagae et alii, Hassa). Quinze chapitres se répartissent entre reprises d’articles fondamentaux et nouveaux chapitres originaux, le tout propose des investigations et des analyses sur tout le continent, à différentes échelles et àdifférentes périodes.

On trouve ainsi dans cet opus un article fondateur des années 1980 de Gordon Pirie consacré à la nomination de Soweto (pour South West Townships) dans l’agglomération de Johannesburg. Il s’agit là d’une monographie passionnante sur le jeu d’acteurs, de stratégies et de représentations à l’œuvre pour la nomination d’un espace planifié pour le logement des populations d’origine africaine dominée dans un système ségrégatif sophistiqué. Cet article peut d’ailleurs être considéré comme un travail pionnier de toponymie critique et politique prenant au sérieux la production toponymique urbaine « in the making », la toponymie banale destinée aux espaces du quotidien des populations dominées, et le processus de nomination lui même incluant les propositions contradictoires et les arbitrages rendus.

Une lecture transversale de nombreux textes présentés dans cet opus donne un poids certain aux dimensions glocales, translocales et internationales de la nomination urbaine coloniale et postcoloniale en Afrique. En effet, au delà des expériences de nomination toujours contextualisées, les approches relationnelles mettent en évidence les projections, les emprunts et les appropriations de références externes ainsi que leur dynamique circulatoire. Dans son texte introductif, Liora Bigon insiste sur cette dimension relationnelle de la toponymie en contextes colonial et postcolonial. Des contributions anciennes ou récentes comme celles de Walter T Brown, Michel Ben Arrous ou Wale Adebanwi illustrent et analysent cette dimension relationnelle à partir de toponymes de natures différentes: du nom de pays au nom de rue, en passant par le nom de localité. On pourra alors relire Equatoria de Michel Deville fin observateur des marquages toponymiques, de leur charge mémorielle et des dispositifs à la fois politiques et poétiques qu’ils constituent. Il illustre dans le champ de la littérature la multidimensionalité du toponomascape. Mais c’est avant tout sur le terrain et le paysage de la vie quotidienne et des hauts lieux des citadin.es africain.es que la grille de lecture proposée par cet ouvrage donne du sens.

FG.

 

Bibliographie indicative sur la néotoponymie africaine :

Adebanwi, W. (2012). “Global Naming and shaming: Toponymic (inter) National relations on Lagos and New York streets” African Affairs, 111, 640-661.

Ahmouda, A. & H. H. Hochmair (2017). “Using Volunteered Geographic Information to measure name changes of artificial geographical features as a result of political changes: a Libya case study”. GeoJournal, 1-19.

Alexandre, P. (1983). Sur quelques problèmes pratiques d’onomastique africaine: toponymie, anthroponymie, ethnonymie (On Some Practical Problems in African Onomastics: Topo-, Anthropo-, and Ethnonymy). Cahiers d’études africaines, 175-188.

Baskouda S. (2016). “Attribution toponymique, appropriation symbolique de l’espace et expression politique des jeunes à Tokombere – Cameroun (1970-2011)”. In 4e rencontres des études africaines en France. Paris.

Batoma, A. (2006). African ethnonyms and toponyms: An annotated bibliography. Electronic Journal of Africana Bibliography, 10(1), 1.

Bertrand, M. 2001. Dynamiques urbaines, composition toponymique : le cas de Bamako (Mali). In Nommer les nouveaux territoires urbains (édition electronique), ed. H. Rivière d’Arc, 32. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme – Editions de l’Unesco – Open Editions.

Bigon, L. (2008). “Names, norms and forms: French and indigenous toponyms in early colonial Dakar, Senegal”. Planning Perspectives, 23, 479 – 501.

Bigon, L. (2016). Place Names in Africa. Colonial Urban Legacies, Entangled Histories. Cham: Springer, 229 p.

Bigon, L. & A. J. Njoh (2013). “The Toponymic Inscription Problematic in Urban Sub-Saharan Africa: From Colonial to Postcolonial Times”. Journal of Asian and African Studies.

Boujrouf, S. & E. M. Hassani (2008). “Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques”. L’Espace politique, 40-52.

D’Almeida-Topor, H. (1996). “Le modèle toponymique colonial dans les capitales de l’Ouest africain francophone” In La Ville européenne outre mers : un modèle conquérant ?, eds. C. Coquery-Vidrovitch & O. Goerg, 235-243. Paris: l’Harmattan.

Dorier-Apprill, E. & C. Van den Avenne (2002). “Usages toponymiques et pratiques de l’espace urbain à Mopti (Mali) – La toponymie entre linguistique et géographie”. Marges linguistiques, 152-158.

Duminy, J. (2014). “Street renaming, symbolic capital, and resistance in Durban, South Africa”. Environment and Planning D: Society and Space, 32, 310-328.

Garakcheme, G. (2011). “Références violentes et toponymie des quartiers à Tokombéré”. Sociétés et jeunesses en difficulté. http://sejed.revues.org/7203

Gascon, A. (2008). “Chacun devrait porter le nom que l’homme lui aurait donné»: la politique des noms en Éthiopie” . L’Espace géographique, 37, 117-130.

Giraut, F., S. Guyot & M. Houssay-Holzschuch (2008). “Enjeux de mots: les changements toponymiques sud-africains« . L’Espace géographique, 37, 131-150.

Giraut, F. & Antheaume B. (2012). “Toponymy of power, power of toponymy? Colonial and contemporary Togolese place renaming”. In 5thTrend in Toponymy conference. Bern (Switzerland).

Goodrich, A. & P. Bombardella (2012). “Street name-changes, abjection and private toponymy in Potchefstroom, South Africa”. Anthropology Southern Africa, 35.

Guyot, S. & C. Seethal (2007). “Identity of Place, Places of Identities: Change of Place Names in Post-Apartheid South Africa”. South African Geographical Journal, 89, 55-63.

Guillorel, H. (2012). “Hydronymie et politique”. Droit et politique, 161-180.

Izard, M. (1993). “Centralisation du pouvoir : la preuve par la toponymie”. Journal des africanistes, 63, 5-24.

Hien, P. C. (2003). « La Dénomination de l’espace dans la construction du Burkina Faso (1919–2001) ». Histoire du peuplement et relations interethniques au Burkina Faso. Paris: Karthala, 23-40.

Hoffman, K. E. (2000). “Administering identities: state decentralisation and local identification in Morocco”. The Journal of North African Studies, 5, 85-100.

Houssay-Holzschuch, M. & E. Thébault (2015). “Dis-locating public space: Occupy Rondebosch Common, Cape Town”. Environment and Planning A.

Jenkins, E. (2007). Falling into Place: The Story of Modern South African Place Names. Cape Town: David Philip.

Jenkins, E., Raper P. E. & Möller L. A. (1996). Changing place names. Indicator Press.

Jenkins, E. R. (2015). “Some aspects of South African geographical names registered between 2000 and 2014”. South African Geographical Journal, 1-13.

Kasanga, A.L. (2015). “Odonymic changes in Central Pretoria: Representation, identity and textual construction of place”. In International Journal of the Sociology of Language, 27.

Kengue, G. F. (2017). “Dénominations des lieux de villes et rapports aux langues: Le cas des résidences estudiantines à Dschang”. In Sociolinguistics in African Contexts: Perspectives and Challenges, eds. A. E. Ebongue & E. Hurst, 315-331. Cham: Springer International Publishing.

Khumalo-Seegelken, B. (2003). “Socio-political Transformation and Naming Systems Today – for example “oThukela”. In 13th International Congress of the Names Society of Southern Africa (NSA). Maputo.

Koopman, A. (2007). “The Names and the Naming of Durban”. Onoma, 42, 73-88.

Koopman, A. (2012). “The Post-colonial Identity of Durban”. OSLA Oslo Studies in Language, 4, 133-159.

Kumalo, R. S. (2014). “Monumentalization and the renaming of street names in the city of Durban (Ethekwini) as a contested terrain between politics and religion”. New Contree : A journal of Historical and Human Sciences for Southern Africa, 219-250.

Lima, S. (2008). “L’émergence d’une toponymie plurielle au Mali”. L’Espace politique, 13-30.

Mamvura, Z., D. E. Mutasa & P. Charles (2017) « Place naming and the discursive construction of imagined boundaries in colonial Zimbabwe (1890–1979): The case of Salisbury ». Nomina Africana, 31, 39-49.

Marschall, S. (2010). “ The Memory of Trauma and Resistance: Public Memorialization and Democracy in Post-apartheid South Africa and Beyond”. Safundi, 11, 361-381.

Meiring, B. (2008). “Proudly South African: A toponymical excursion”. Language Matters, 39, 280-299.

Meiring, B. (2010). “Aspects of Violence Reflected in South African Geographical Names”. Werkwinkel, 5, 95-112.

Møller, V. & S. Radloff (2010). “Monitoring Perceptions of Social Progress and Pride of Place in a South African Community”. Applied Research in Quality of Life, 5, 49-71.

Mouiche, I. (2013). “Dénomination et territorialité urbaines, chefferies traditionnelles et question identitaire en pays bamiléké au Cameroun”. Autrepart, 37-54.

Mushati, A. (2013). “Street naming as author(iz)ing the collective memory of the Nation: Masvingo’s Mucheke suburb in Zimbabwe”. International Journal of Asian Social Science, 3, 69-91.

Myers, G. A. (1996). “Naming and placing the other: power and the urban landscape in Zanzibar”. Tijdschrift voor economische en sociale geografie, 87, 237-246.

Myers, G. A. 2016. « The Trees Are Yours’: Nature, Toponymy and Politics in the Interpretation of Cultural Landscapes in Lusaka and Zanzibar ». In Place Names in Africa, ed. L. Bigon, 45-57. Cham: Springer.

Ndletyana, M. (2012). “Changing place names in post-apartheid South Africa: accounting for the unevenness”. Social Dynamics, 38, 87-103.

Njoh, A. J. (2010). “Toponymic inscription, physical addressing and the challenge of urban management in an era of globalization in Cameroon”. Habitat International, 34, 427-435.

Njoh, A. J. (2017) Toponymic Inscription as an Instrument of Power in Africa: The case of colonial and post-colonial Dakar and Nairobi. Journal of Asian and African Studies, 52, 1174-1192.

Oha, A. C., B. Kumar, B. Anyanwu & O. S. Omoera (2017) « On Nigerian and Indian Toponyms: Socio-Cultural Divergence and Development ». World Scientific News, 268-283.

Orgeret, K. S. (2010). “The road to renaming what’s in a name? The changing of Durban’s street names and its coverage in The Mercury”. Journal of African Media Studies, 2, 297-320.

Orman, J. (2009). “Language Policy, Identity Conflict and Nation-Building: The Case of Afrikaans”. In Language Policy and Nation-Building in Post-Apartheid South Africa, 109-137. Springer Netherlands.

Pirie, G. H. (1984). “Letters, words, worlds the naming of Soweto”. African Studies, 43, 43-51.

Pourtier, R. (1983). “Nommer l’espace. Émergence de l’État territorial en Afrique noire”. L’Espace géographique, 12, 293-304.

Siblot, P. (2006). « La bataille des noms de rues d’Alger, Discours et idéologie d’une toponymie coloniale”. Cahiers de sociolinguistique, 1, 145-174.

Stolz, T. & I. H. Warnke (2016). “When places change their names and when they do not. Selected aspects of colonial and postcolonial toponymy in former French and Spanish colonies in West Africa – the cases of Saint Louis (Senegal) and the Western Sahara”. International Journal of the Sociology of Language, 29-56.

Swart, M. (2008). “Name Change as Symbolic Reparation after Transition: the examples of Germany and South Africa”. German Law Journal, 9, 105-120.

Taylor, J. J. (2008) “Naming the land: San countermapping in Namibia’s West Caprivi”. Geoforum, 39, 1766-1775.

Turco, A. (2004). “Mythos and techne: An essay on the intercultural function of territory in sub-Saharan geography”. GeoJournal, 60, 329-337.

Uluocha, N. O. (2015). “Decolonizing place-names: Strategic imperative for preserving indigenous cartography in post-colonial Africa”. African Journal of History and Culture, 7, 180-192.

Unesco. (1984). Ethnonymes et toponymes africains, Paris : PUF, 209 p.

Wanjiru, M. W. & K. Matsubara (2016). “Slum toponymy in Nairobi: A cultural arena for socio-political justice and symbolic resistance”. International Planning History Society Proceedings, 17.

Wanjiru, M. W. & K. Matsubara (2016). “Street toponymy and the decolonisation of the urban landscape in post-colonial Nairobi”. Journal of Cultural Geography, 1-23.

Wanjiru, M. W. & K. Matsubara (2017). “Slum toponymy in Nairobi, Kenya. A case study analysis of Kibera, Mathare and Mukuru”. Urban and Regional Planning Review 4, 21-44.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.