L’affaire des pics aragonais : décolonisation des sommets ou ascension de la néo-autochtonie ?

Le gouvernement régional aragonais est à l’origine en 2017 d’une remarquable initiative de néotoponymie qui a entrainé une controverse. Le Proyecto Tresmil consiste à nommer ou renommer l’ensemble des sommets de plus de 3000 mètres (160 répertoriés lors de cette opération) de la région aragonaise selon des nominations traditionnelles d’origine locale : “el objetivo es fijar unos nombres oficiales acordes con la toponimia aragonesa, la tradición genuina y evitando deformaciones, invenciones o malas traducciones que están generando listas y mapas erróneos” (Jose Luis Soro 2017).
Cette initiative s’est traduite par une décision politique en 2017 qui rend officielle une liste de 160 noms (dite « liste Soro ») dont certains remplacent ceux inscrits sur les cartes, d’autres s’y ajoutent dans une double appellation, et enfin certains nomment des proéminences non encore distinguées. Cet ensemble de nouvelles appellations est vigoureusement contesté par certains représentants du milieu pyrénéiste français, voir l’éditorial de Jean-François Labourie du n°272 de la revue Pyrénées et l’article de Robert Aymard intitulé « Toponymie aragonaise, une liste de trop », véritable brûlot contre le projet. Localement deux communes aragonaises s’y opposent sur plus d’une dizaine, tandis que les milieux pyrénéistes espagnols semblent plus ouverts à cette initiative politique à l’instar d’un Pierre Minvielle côté français.
Les éléments de contexte et les antécédents jouent un rôle dans ces positionnements. En effet, à la suite des travaux pionniers d’Alphonse Meillon, une Commission franco-espagnole de toponymie et de topographie fut créée en 1907 par la Fédération franco-espagnole des sociétés pyrénéistes. Celle-ci émit le principe d’un recours limité aux noms de personnes, devant être non vivantes et en lien direct avec le lieu. Des listes successives de sommets ont ensuite été réalisées dans les années 1970 et 1980, ceci toujours par le milieu des Pyrénéistes, touristes, excursionnistes, randonneurs et escaladeurs, dont le domaine est celui de la haute montagne. Ils ont ainsi produit cette néotoponymie des sommets officialisée par l’Union Internationale des Associations d’Alpinisme et introduite dans la cartographie contemporaine. La « liste Buyse », qui faisait référence jusqu’à maintenant, est entachée de l’entêtement de son auteur à promouvoir systématiquement des noms d’escaladeurs parfois vivants et sans lien direct avec le lieu (contrairement aux recommandations initiales de la Commission), et de ses engagements dans les SS durant la seconde guerre mondiale, avant sa retraite espagnole sous le Franquisme, passé criminel révélé ultérieurement. Pour la contextualisation et le rappel des épisodes de l’élaboration de la néotoponymie pyrénéiste voir les très documentés blogs Ouvaton de Gerard Cayez et Pyrénées Les chasse-fantômes.
Envisageons maintenant les principaux arguments de fond, explicites et implicites, en présence.
  • Le gouvernement aragonais se place dans une perspective de type postcoloniale de reconnaissance et de restitution de la culture régionale. Il substitue une toponymie de la haute montagne qui se veut authentique et locale liée à l’exploitation et à la connaissance paysanne traditionnelle du milieu montagnard, à une toponymie exogène créée par un milieu d’usagers de la haute montagne à des fins de loisir.
  • Les contempteurs « pyrénéistes » de cette initiative dénoncent l’effacement d’une mémoire et d’un patrimoine pyrénéiste inscrits dans le paysage linguistique, ceci au nom de la légitimité du mouvement pyrénéiste « découvreur » d’une haute montagne ignorée par les sociétés locales. Ils ajoutent des arguments classiques, présentés comme de « bon sens » lorsqu’il s’agit de s’opposer à des changements de noms : besoin de stabilité des références pour des questions de sécurité et de coûts.
Les deux positionnements antagonistes présentent de sérieux biais et relèvent de postures avant tout idéologiques.
La posture autochtoniste de type postcoloniale s’inscrit dans un double contexte « révolutionnaire » (au sens de changement radical d’ordre idéologique) postcolonial au niveau global et régionaliste au niveau européen. A ce double titre, elle préconise le recours à une politique toponymique qui relève à la fois de la restitution des savoirs autochtones subalternes et de l’effacement des références exogènes de type coloniale célébrant une conquête extérieure. En l’occurrence, s’agissant de la haute montagne, se pose la question de l’origine du référentiel « traditionnel et autochtone », la haute montagne, apparaissant comme assez largement hors écoumène pour les sociétés montagnardes traditionnelles fréquentant cols et alpages, mais distinguant les sommets avant tout comme des repères visuels à dimension éventuellement sacrée.
C’est ce que nous confirme Bernard Debarbieux, spécialiste des représentations de la montagne dans le monde et qui, à partir du cas des Alpes, nous rappelle que :

« – très peu de sommets sont dotés de noms par les sociétés agro-sylvo-pastorales, sauf quand ils servent de repères (ex: la Meije), contrairement aux cols, alpages, etc.

– des noms locaux-regionaux ont pu être utilisés mais par transfert (par ex, le nom d’un alpage donné à un sommet proche), mais ce fut l’oeuvre des cartographes surtout, des touristes plus rarement, avec le risque que le nom donné et transféré perde la pertinence du sens qu’il avait (le Mont Pourri en Tarentaise, belle aiguille rocheuse et glaciaire nommée de la sorte par transfert depuis un site en contrebas où la roche se délite) »

Ainsi l’opération aragonaise de « restitution toponymique » peut être vue comme une reconstruction avec promotion de toponymes inspirés de la tradition et visant essentiellement à décoloniser symboliquement et à autochtoniser le toponomascape du monde des sommets.
L’opposition pyrénéiste défend de son côté un patrimoine toponymique largement plaqué de l’extérieur et qui vise avant tout à commémorer les exploits de « découvreurs ». Faisant ainsi du monde des sommets, une sorte de panthéon d’une corporation consacrée à la valorisation et la mise en évidence de ce monde, ceci dans une perspective de contribution à la conquête globale de la haute montagne et non de son inscription dans un contexte régional. Ses arguments défensifs relèvent quant à eux de ce que Hirschman appelle la rhétorique réactionnaire qui invoque toujours l’ « inanité » (ici s’en prendre à une toponymie existante reconnue et stabilisée et à la légitimité commémorative des découvreurs), les « effets-pervers » (ici brouillage symbolique et perte de valeur patrimoniale) et la « mise en péril » (ici la sécurité en montagne menacée par l’incertitude des dénominations).
Au total, on est en présence d’une controverse toponymique extrêmement riche qui relève d’un choc des représentations, des traditions et des échelles dans un milieu hautement symbolique. On peut dire qu’une volonté de décolonisation symbolique des sommets semble s’apparenter également à l’ascension d’une néo-autochtonie.
F.G.
Références:
  • Bernier X. & Gauchon C., 2013, Atlas des montagnes, Paris : Autrement.
  • Debarbieux, B. & Rudaz, G., 2010, Les faiseurs de montagne: imaginaires politiques et territorialités XVIIIe-XXIe siècle. Paris: CNRS éd.
  • Giraut, F. & Houssay-Holzschuch, M. (2016). « Place naming as dispositif: Toward a theoretical framework ». Geopolitics, 21(1), 1-21.
  • Hirschman, A. O. & Andler, P., 1991, Deux siècles de rhétorique réactionnaire. Paris: Fayard.

Nous remercions Alain Lalanne pour nous avoir indiqué la controverse liée à cette initiative toponymique.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. neotopo dit :

    En appui à la discussion précédente sur Lescun, Arroil indique:
    « Prenez le livre de Eygun toponymie de la vallée d aspe chez Camins .
    Regardez aussi le cadastre napoléonien disponible sur AD64 .
    Il y a aussi pas mal de ressources venant d Aragon et de Navarra
    disponibles sur Internet, notamment:
    https://ifc.dpz.es/publicaciones/periodica/id/1 « 

  2. Alain Lalanne dit :

    Bonjour Arroil,
    Je découvre cette substitution de Quinta de Bilori en Orgues de Camplong. Pouvez-vous en dire plus sur le sujet (source, par exemple) ?
    Lescun est un terrain intéressant, qui a vu la langue basque supplantée par le gascon/béarnais.
    Si bien que Labérouat, autrefois source d’eau chaude minérale, s’est vu récemment transformé en L’Abérouat,(Apostrophe apparue dans les années 1950) sous prétexte qu’en béarnais « aberou » est le noisetier… que l’on n’y trouve pas (autour du refuge qui a remplacé les bains), vu l’altitude (1450 m). Mais bero-eta est, en basque, le lieu de broussailles.

  3. Arroil dit :

    Article très éclairant sur le sujet qui met en relief notre façon de penser et de nous exprimer dans un monde somme tout ,bien fluctuant, quand on commence à s’intéresser aux archives qu’elles soient vivantes ou littérales .
    combien de fois ne suis-je pas tombé sur des toponymes qui avaient tellement varié dans le temps que l’interprétation actuelle n’avait aucun sens par rapport à l’origine moyennâgeuse ou du XVII . Le nettoyage éthnique de la carte d’Etat Major de la fin du XIX (correspondant aussi à l’avénément de l’anthropisation touristique de l’espace pyrénéen) n’ a pas non plus encouragé à une reflexion collective sur le sujet . A Lescun , fut ainsi substituée, la Quinta de Bilori , jugée trop incompréhensible , en Orgues de Camplong plus poétique et à consonnance plus touristique .
    le toponyme avait précédé le logo actuel .
    Récupérer notre patrimoine onomastique et toponymique sera l’enjeu des prochaines décades à l’image du travail fait par EKE ,Michel Morvan ,Hector Iglesias ,JB Orpustan ,Juan Coromines , Jean Eygun en vallée d’Aspe .

  4. Alain Lalanne dit :

    Merci pour cette analyse qui nous aide à mettre un peu de hauteur dans notre vision de la controverse pyrénéenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.