Une étude documente la nationalisation sélective des noms de lieux en Géorgie

Une étude réalisée par María Diego Gordón du European Center for Minority Issues intitulée “Nomen est omen? Naming and renaming of places in Minority inhabited areas in Georgia” documente la “géorgianisation” sélective des noms de localités en Géorgie. Elle s’intéresse aux changements de noms de localités depuis le début du vingtième siècle dans deux régions de la Géorgie actuelle : Kvemo Kartli et Samkhtse-Javakheti. Régions peuplées respectivement d’une majorité de locuteurs Azéris et Arméniens.

L’étude montre que des renominations sont intervenues lors des deux périodes principales : intégration soviétique et indépendance post-soviétique, et qu’elles ont contribué à une “géorgianisation” du toponomascape. Ceci principalement au détriment des noms de localités à connotation azérie, mais également allemande et russe ou dans la dernière période également à connotation soviétique. Les noms de lieux à connotation arménienne étant peu ou pas touchés par le mouvement de nationalisation toponymique.

Parmi les facteurs explicatifs avancés, on note principalement la prévention contemporaine d’éventuelles revendications territoriales azéries.

Ref:

Gordón, M. D. 2017. Nomen est omen? Naming and renaming of places in Minority inhabited areas in Georgia. In ECMI Working Paper n° 103, 39 p. http://www.ecmi.de/uploads/tx_lfpubdb/Working_Paper__103_.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.