Une étude documente la nationalisation sélective des noms de lieux en Géorgie

Une étude réalisée par María Diego Gordón du European Center for Minority Issues intitulée « Nomen est omen? Naming and renaming of places in Minority inhabited areas in Georgia » documente la « géorgianisation » sélective des noms de localités en Géorgie. Elle s’intéresse aux changements de noms de localités depuis le début du vingtième siècle dans deux régions de la Géorgie actuelle : Kvemo Kartli et Samkhtse-Javakheti. Régions peuplées respectivement d’une majorité de locuteurs Azéris et Arméniens.

L’étude montre que des renominations sont intervenues lors des deux périodes principales : intégration soviétique et indépendance post-soviétique, et qu’elles ont contribué à une « géorgianisation » du toponomascape. Ceci principalement au détriment des noms de localités à connotation azérie, mais également allemande et russe ou dans la dernière période également à connotation soviétique. Les noms de lieux à connotation arménienne étant peu ou pas touchés par le mouvement de nationalisation toponymique.

Parmi les facteurs explicatifs avancés, on note principalement la prévention contemporaine d’éventuelles revendications territoriales azéries.

Ref:

Gordón, M. D. 2017. Nomen est omen? Naming and renaming of places in Minority inhabited areas in Georgia. In ECMI Working Paper n° 103, 39 p. http://www.ecmi.de/uploads/tx_lfpubdb/Working_Paper__103_.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.