Entretiens avec Roger Brunet sur les noms de lieux en France

Roger Brunet était l’invité d’un Café Géo pour parler de son ouvrage « Trésor du Terroir. Les noms de lieux de la France » paru en 2016 aux Editions du CNRS.

On trouvera sur cette page, le compte rendu de l’entretien avec Daniel Oster et les questions de la salle.

L’exposé très érudit plaide pour la « méthode géographique » en matière de toponymie à des fins d’archéologie spatiale.

On note une proposition de périodisation de la néotoponymie moderne et contemporaine:

« La France contrairement à d’autres pays n’a pas connu de périodes de bouleversements de noms pour des raisons politiques sauf pendant la Révolution mais très peu de noms ont conservé leur forme « révolutionnaire ». »

« A partir du XVIIIe siècle, trois grands mouvements ont été producteurs de toponymes : la colonisation et les conflits internationaux, la révolution industrielle et la civilisation des loisirs. Exemple des stations touristiques qui ajoutent les-Bains ou les-Thermes au nom premier de la station. »

En revanche, la création toponymique contemporaine ne fait l’objet que de quelques saillies sur sa pertinence relative.

« En ce moment on crée des noms de nouvelles communes par fusion et de communautés de communes. C’est ainsi qu’en 2016 trois communes angevines ont choisi Tuffalun, à partir du tuffeau et des faluns, leurs roches caractéristiques. On trouve le meilleur et le pire dans ces choix de «néotoponymie». »

« Certaines communes nouvelles ou communautés ont effectivement repris des noms anciens avec un certain bonheur. D’autres noms sont choisis de façon plus banale. »

« Les géographes peuvent seulement faire des observations a posteriori et souligner l’arbitraire de certains choix. Un seul exemple: la nouvelle région baptisée Occitanie ne regroupe pas toute l’Occitanie et inclut des espaces non occitans (Pyrénées orientales). »

 

Voir aussi l’entretien qu’il a donné à Libération (Libé des géographes) le 28 septembre 2016 retranscrit par Catherine Calvet. Entretien dans lequel il effectue une profession de foi toponymique :

« Derrière le nom du lieu, je cherche le nom commun : la qualité que l’on y a vue jadis. »

Par ailleurs, il y évoque les pratiques de renominations avantageuses en France :

« Hauts-de-France est, certes, une appellation publicitaire un peu osée : «Haut» est jugé plus positif que «Nord» qui évoque le froid et l’ombre. C’est ainsi que les Côtes du Nord (en Bretagne) avaient été transformées en Côtes-d’Armor. En Corse, on n’a gardé que les notions positives : Haute-Corse et Corse-du-Sud. »

« La troisième (raison pour recevoir une nouvelle appellation) est quand le nom ne plaît plus. «La Pisse» est devenue Pelvoux, «Les Crottes», Crots, «La Molle» devient Le Môl, «Vesse» (de «vaisse», noisetier) a été rebaptisé «Bellerive». «Le Plat», «le Froid», «le Chétif», bref tous les noms «négatifs» sont remplacés par des noms valorisants. Des villages ajoutent à leur nom «le Coquet», «le Fleuri», et «Cordes» est rebaptisé Cordes-sur-Ciel en 1993. »

Enfin, Roger Brunet était l’invité de Jean Lebrun dans son émission La Marche de l’histoire sur France Inter le 6 janvier 2017, occasion de faire montre de sa maestria aussi bien sur la terminologie géographique que sur l’étymologie des toponymes français.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search