Macédoine, le nom de toutes les mobilisations !

Frédéric Giraut, géographe, Université de Genève & Maria Petinaki, architecte et animatrice de dérives urbaines, Alternative Tours Athens

Essentialisme contre essentialisme : Macédoine, un conflit toponymique majeur qui n’en finit pas !

Le conflit toponymique  opposant l’autodénommée République de Macédoine et la Grèce sur l’usage du nom de Macédoine dure depuis plus de 25 ans. Il bloque les perspectives d’adhésion à l’UE et à l’Otan de la « République de Macédoine ». Celle-ci est reconnue sous ce nom par plusieurs grandes puissances (Etats-Unis et Royaume-Uni et régionalement Turquie et Bulgarie), mais l’Onu et l’Union européenne ne la reconnaissent que sous le nom de « Former Yougoslav Republic of Macedonia ». Ce conflit connaît un rebondissement dans un contexte politique nouveau. En effet, l’actuel chef de gouvernement grec a proposé d’introduire une discussion bilatérale sur le nom du pays. Ceci suite au changement de gouvernement début 2017 en «République de Macédoine »,  à son positionnement moins radical en matière d’affirmation de sa Macédonité primordiale, et à des concessions symboliques qui reviennent sur la politique dite d’Antiquisation précédente, notamment le changement de nom de l’aéroport international, d’une autoroute et d’une monumentale statue équestre, toutes trois nommées initialement d’après Alexandre le Grand. Cette discussion devait permettre de sortir de l’impasse dans les relations internationales en envisageant un compromis sur l’usage du nom Macédoine pour désigner le pays. Il s’agissait de trouver une expression moins péjorative que celle de FYROM imposée aujourd’hui par les alliés occidentaux des Grecs.
Cette expression pouvant être par exemple Macédoine du nord, Haute-Macédoine ou Nouvelle-Macédoine. Avec ces propositions suggérées par la Grèce et formulées par la « République de Macédoine », on replacerait la Macédoine indépendante en position d’extension ou de périphérie d’une Macédoine historique qui ferait référence, la République indépendante ne pourrait donc plus toponymiquement se positionner comme un cœur identitaire et légitime d’une Grande Macédoine. C’est même cette partie « haute », « du nord » ou « nouvelle » indépendante de Macédoine qui pourrait ainsi hypothétiquement devenir une cible potentielle de démarches irrédentistes ou annexionnistes. En effet, la République indépendante  apparaitrait non plus en tant que cœur légitime de la Macédonité, mais en tant qu’extension d’une Macédoine originelle ou centrale qui serait donc la Région grecque de Macédoine, elle même constituée de trois entités administratives (des « périphéries » dans la terminologie territoriale grecque) : Macédoine centrale (chef-lieu Thessalonique), Macédoine occidentale et Macédoine orientale-et-Thrace.
La démarche grecque de résolution du conflit toponymique concède donc la référence à la Macédoine mais renverse toponymiquement et géopolitiquement la légitimité de la centralité macédonienne. Elle semble pourtant avoir fait long feu après de grandes mobilisations politiques contre cette perspective d’accord, et ce dans les deux pays. En effet, les partis de droite et des figures nationalistes, notamment Mikis Théodorakis, ont très fortement mobilisé, notamment en Grèce où une immense manifestation contre la négociation sur le nom de la Macédoine aurait rassemblé entre 150 000 et un million de personnes à Athènes en février 2018, après une première démonstration à Thessalonique. Ceci dans un contexte politique grec particulier : le gouvernement de gauche qui peut se targuer d’une certaine reprise dans le pays, se voit reprocher par ses propres troupes les effets sociaux désastreux des politiques menées pour satisfaire les demandes européennes de réformes, et les partis nationalistes sous la pression d’une extrême-droite en progression constante jouent la surenchère dans l’opposition au gouvernement, à l’Europe et dans l’expression d’un nationalisme intransigeant vis à vis des voisins macédoniens, albanais et turcs avec lesquels les tensions sont exacerbées.
Dans ce contexte, les commentaires de la presse internationale et des experts sur les réactions politiques à la tentative de résolution du conflit toponymique vont toutes dans le même sens, elles insistent sur les récupérations nationalistes de ce débat au profit d’une droite qui capitalise ainsi sur la contestation du gouvernement, sur les peurs liées aux vagues migratoires successives qu’a connu la Grèce ces dernières années et sur les tensions régionales exacerbées notamment avec la Turquie.
Nous ne proposons pas ici de reprendre toute l’affaire bien documentée par ailleurs, ni de résumer des analyses pertinentes qui ont été faites sur les instrumentalisations politiques successives du conflit, et ses liens avec les récits nationaux dans les deux pays (Ragaru 2010), ou encore ses implications pour la Macédoine en terme de relations internationales (Tziampiris 2012 ; Mavromatidis 2010).
Nous proposons ici plutôt de revenir sur certains discours politiques et leurs expressions iconographiques relatifs à la mobilisation contre la négociation sur l’usage du nom Macédoine tels qu’ils apparaissent dans des affiches largement placardées à Athènes par des mouvements politiques antagonistes.

Mobilisation de l’Extrême-droite grecque contre la négociation sur le nom de Macédoine

Affiche 1 « L.E.P.EN » Quartier Attiki, Mars 2018, F. Giraut

Du côté de l’extrême-droite nationaliste très mobilisée sur cette question, une affiche d’un improbable parti intitulé « L.E.P.EN ». Ce petit parti s’est lancé dans une concurrence avec les néo-nazis d’Aube dorée pour tenter de capturer son électorat en soulignant le fait qu’il serait en capacité d’avoir des alliés au niveau européen, à la différence d’Aube dorée, via les liens potentiels avec le réseau du Front national français dont il reprend aussi la flamme aux couleurs nationales comme logo. Cette affiche placardée dans le quartier d’Attiki (fief d’Aube dorée) en février 2018 (photo mars) appelle à la mobilisation contre la négociation et contre tout usage du nom de Macédoine par la République voisine en mobilisant une fameuse représentation guerrière d’Alexandre le Grand (Mosaïque d’Alexandre découverte à Pompéi…) et en associant son mythe à l’histoire grecque. Au passage c’est la gauche qui est accusée de trahison.
Non loin de ce quartier, celui d’Exarchia est le fief des cultures politiques alternatives anarchistes et d’extrême-gauche investies dans les mouvements squats. C’est également un foyer d’expression artistique alternative via le street art. On y voit, en ce mois de mars 2018, de nombreux murs se couvrir d’affiches où la question de la Macédoine est mentionnée. C’est notamment la mouvance anarchiste qui se mobilise pour contester la pertinence des mobilisations nationalistes et pour fournir une analyse critique de ses arguments historiques et politiques. Ceci via des affiches humoristiques et des prises de position argumentées placardées ou distribuées sous forme de flyers ou de magazines (également en ligne) distribués lors des manifestations et performances dans le quartier ou en contre-manifestations.
Affiche 2 L’ours macédonien, Quartier Exarchia, Mars 2018, M. Petinaki
 
La dimension humoristique apparaît sur l’affiche du Groupe anarchiste Rocinante qui après avoir manifesté en soulignant le leurre que représente la question du nom des Etats et de la querelle sur les origines de la Macédoine, présente la Grande Macédoine (englobant celle du voisin ex Yougoslave et celle de la région grecque) comme étant avant tout et de manière originelle le pays des Ours!
Egalement dans le magazine Apatrides, une photographie d’une boite (française) de conserve de Macédoine est censée illustrer un article sur le caractère fondamentalement composite de la Macédoine et de ses populations.
Affiche 3 et 4 Contre tous les nationalistes, Quartier Exarchia, Mars 2018, M. Petinaki
Par ailleurs, les affiches, flyers et textes de magazine de la mouvance anarchiste développent un discours fondé tout d’abord sur la dénonciation du leurre que représentent les mobilisations nationalistes (face aux Macédoniens, aux Albanais et aux Turcs) vis-à-vis des vrais problèmes qui touchent les populations, problèmes liés aux régimes financiers et frontaliers imposés par les banques et les organisations internationales, et problèmes de logement
Ici les affiches exaltent l’avant garde de la lutte que constitue le mouvement squat et revendiquent un monde sans nations, états, frontières, armées, religions, fascistes et patrons … Elles font allusion à  l’opposition grecque à la Macédoine et à son nom en affirmant qu' »aucun état ne nous unis, aucun nom ne nous sépare »  et en appelle à une « marche interbalkane » en affirmant qu’en Grèce, Macédoine, Albanie et Turquie l’ennemi se trouve dans les banques et les ministères.
Flyer 2  « No naming divides us! », Argumentaire en Anglais, Distribution place Omonia 17 mars 2018
Le deuxième niveau de discours est constitué par une analyse critique des sources historiques des nationalismes grecs et macédoniens (Voir le flyer intitulé : No nations unite us- No naming divides us). Il présente là une réelle plus-value dans le débat, en s’en prenant, ce qui est rarement fait, à la nature essentialiste des deux discours nationalistes, là ou nombre de commentateurs cherchent à trouver la part objective et fondée des arguments en présence dans chaque camp. Ici l’analyse des sources historiques des appropriations nationales des régions constitutives de la Macédoine historique au début du vingtième siècle et la critique des récupérations historiques, géographiques et culturelles débouche sur la démonstration du biais essentialiste des discours en présence.
Du côté nationaliste grec, on tente en effet de s’accrocher à un passé de grandeur conquérante, avec des arguments de type ethno-historique : le Royaume macédonien de Philippe et Alexandre était grec, la Macédoine l’est par essence et n’a rien à voir avec les Slaves et leur langue postérieure, prétendument macédonienne.
Du côté Macédonien, on tente (ou on  a tenté avant la posture plus modeste actuelle) de se construire un récit national faisant la synthèse d’une Macédonité à la fois antique et médiévale slave fusionnée dans la lutte contre les Ottomans, avec le risque de la fuite en avant dans le fantasme expansionniste. Les arguments sont de type géo-culturel, le peuple est d’abord identifié à une langue qui a pris le nom du lieu et qui transmettrait son esprit. La Macédonité est donc l’esprit du lieu incarné par un peuple héritier géographiquement de cet esprit et non intégré dans un autre ensemble national linguistique, comme peuvent l’être les Grecs de la région macédonienne.
Essentialisme contre essentialisme, avec mobilisations croisées des arguments historiques, géographiques et linguistiques et conception exclusiviste et définitive de la notion de peuple, c’est bien ce que dénoncent les anarchistes et que la critique issue des humanités et des sciences sociales ne fait que trop peu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *