Nouveaux noms de régions françaises et marketing territorial, ou quand le grand, le haut et le nouveau ratent ce que l’occitan réussit

Frédéric Giraut, Professeur en Géographie politique et développement territorial à l’Université de Genève

Les nouvelles régions françaises se sont dotées de leurs noms de baptême. Ceux-ci et les réactions qu’ils engendrent sont tout sauf anecdotiques. On sait à quel point la nomination est au cœur des processus d’identification et comment elle est susceptible d’orienter l’appropriation des nouveaux territoires par leurs habitants à titre individuel et collectif. Par ailleurs, les noms assurent une visibilité et donnent éventuellement une plus value aux territoires dans le cadre d’un positionnement compétitif dans la mondialisation. Ces nouveaux noms viennent donc parachever le processus de passage aux (plus) grandes régions dans une double perspective d’identification et de marketing territorial.  L’équation toponymique semblait certes difficile, mais clairement identifiée: a) assurer une cohésion interne, autrement dit dépasser les tensions géopolitiques internes, et b) assurer un régime de visibilité au niveau international en valorisant la ou les ressources régionales identifiables. Les nouvelles nominations relèvent elles ce double défi?

La carte des 13 régions appelait des nouveaux noms pour au moins les 7 nouvelles issues de fusion. Deux ont choisi (pour l’instant) d’en rester à l’addition de ceux de leurs anciennes régions fusionnées : Rhône-Alpes-Auvergne et Bourgogne-Franche-Comté, tandis que 5 se sont dotées d’un véritable nouveau nom éventuellement complété à titre secondaire par celui des anciennes régions. Nous avons donc : les Hauts-de-France ; le Grand-Est ; la Nouvelle Aquitaine (avec en nom secondaire Aquitaine-Limousin–Poitou-Charentes), l’Occitanie (avec en nom secondaire Pyrénées-Méditerranée) et la Normandie.

En ce qui concerne le positionnement toponymique de ces nouvelles entités, ils sont révélateurs des aspirations des exécutifs qui ont piloté l’opération et des citoyens qui ont joué le jeu des différents types de consultations préalables. Celles-ci ont été organisées dans une perspective de démocratie participative désormais systématique pour les questions de néotoponymie. On a pu encore à cette occasion constater les limites ou l’encadrement de l’exercice, avec des consultations surtout destinées à faire émerger ou valider des propositions filtrées et complétées par des comités ad-hoc sous contrôle des présidence de région. Ainsi un nom retenu in fine (Grand-Est) fut introduit par l’exécutif dans les propositions soumises au vote bien que ne figurant pas dans liste préétablie par le comité d’experts et de citoyens.

L’héritage toponymique régional de la fin des années 1950

Pour apprécier ce nouveau dispositif toponymique, il faut bien sur dans un premier temps en revenir à la carte précédente établie à la fin des années 1950, celle des régions programmes qui seront bientôt dotées de Conseils économiques et sociaux puis deviendrons lors de la Décentralisation des collectivités territoriales en bonne et due forme, avec élections, budget et impôts. L’introduction de ce niveau régional et la carte réalisée technocratiquement constituaient une rupture y compris toponymique, avec le système territorial exclusif des départements. Ceux-ci avaient été substitués à l’enchevêtrement des différentes juridictions d’Ancien régime et n’en rappelaient aucune, au moins dans leurs dénominations neutres relatives à l’hydro ou l’orographie ou encore à la position géographique, mais jamais à l’histoire ou à la langue.

Les noms des 21 puis 22 régions relevaient de plusieurs référentiels réhabilitant notamment des noms d’Ancien régime aux côtés de références aux grands fleuves et massif (Rhône ; Loire ; Alpes ; Pyrénées) et à la position dans l’ensemble national (Nord ; Centre ; Midi). On sait que la notion de province d’Ancien régime est assez galvaudée car elle correspond à des institutions et des cartes multiples et changeantes (généralités, gouvernements, évêchés, grands fiefs) et que seul les ressorts des Etats et parlements avaient vocation à incarner des territoires véritablement dotés d’autonomie et de particularisme reconnus, or ces « Pays d’Etat » existaient essentiellement à la périphérie du Royaume (Bretagne, Languedoc, Provence, Bourgogne, Franche Comté, Dauphiné) mais ne pouvaient être invoqués pour un très vaste bassin parisien et ligurien. Toujours est il que la carte des années 1950 invoquait nombre de « provinces » en se référant plutôt à la carte des Gouvernements qui subdivisait l’ensemble du Royaume, mais dans un certain nombre de cas en faisant de la région une subdivision de l’entité de référence (les deux Normandies) ou au contraire une entité englobante (Provence-Alpes-Côte d’Azur ; Languedoc-Roussillon ; Poitou-Charentes).

Si la nouvelle carte et les nouvelles dénominations recrée une Normandie intégrale, en revanche elles suppriment l’Alsace, la Lorraine, la Bourgogne, le Limousin, le Poitou, le Languedoc, la Champagne, la Picardie et ne satisfont pas les aspirations à une Bretagne intégrale malgré le nom. Et pourquoi pas, direz vous ? D’autant que parmi les inventions toponymiques, certaines permettent de se référer à des espaces historiques et culturels tout en s’adaptant à la nouvelle géographie.

Le coup occitan

C’est le cas du tour de force que représente l’Occitanie qui évite les trop gros problèmes de géopolitique interne en n’affirmant pas le primat exclusif de l’une des régions fusionnées et de sa capitale, réglant en quelque sorte symboliquement le partage entre les influences et les cadres régionaux de Toulouse et de Montpellier. Cela en capitalisant sur une référence culturelle forte dans le cadre français et à qui les désormais célèbres dans le monde entier produits cosmétiques l’Occitane en Provence et ses boutiques franchisées assurent une notoriété globale. Il s’agit même là d’une captation, car si le Languedoc renvoyait à un Pays d’Etat bien circonscrit et centré su Montpellier, l’appartenance occitane ou aire de parler occitan pourrait être également revendiquée par l’Aquitaine, l’ex Limousin, la Provence, et une partie de Rhône-Alpes-Auvergne. Mais ce coup réussit par la nouvelle région issue de la fusion Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon se paye à d’autres échelles, et c’est le Roussillon, autrement dit la Catalogne française, qui en fait les frais avec sa disparition toponymique. C’est là une règle de géographie politique, l’intégration à une échelle génère des pertes de reconnaissance et une périphérisation à une autre. On se souvient (peut être) du coup tenté il y a plus d’une décennie (en 2004) par Georges Frêche pour doter sa région d’un nom unique qui soit à la fois historique et intégrateur avec l’improbable Septimanie. Résultat : la double opposition catalane et occitane s’exprima contre la double perte de référence. Ce fut fatal à ce projet par ailleurs considéré comme un caprice. Pourtant, il provenait d’un expert en matière de marketing territorial qui avait préalablement imposé la marque montpelliéraine à coup de grands projets et d’innovations toponymiques dans tout le grand Montpellier.

Et c’est finalement bien de marketing territorial qu’il est question malgré les simulacres de gestion participative des processus de nomination. Que disent les nouveaux noms de ce point de vue ?

Quand le haut, le grand et le nouveau ratent la cible

Mis à part le vrai coup occitan, pour lequel le nom secondaire apparaît également comme un plus, et l’évidence normande, seule la Grande Aquitaine ne sacrifie pas la référence historique sur l’autel de la cohésion interne. Mais cela s’effectue avec l’usage de la pirouette que constitue l’ajout du qualificatif nouvelle. Pris de manière indépendante, il s’agit d’un mot clé positif qui porterait naturellement la nouvelle entité vers l’avenir et le progrès, mais en toponymie cette construction rappelle plutôt les dénominations coloniales qui transféraient des noms de régions européennes à l’autre bout du monde. Esprit de mondialisation direz vous, peut être – le marketing est rarement regardant sur la contextualisation historique – mais le risque est grand à l’international d’envisager la Nouvelle Aquitaine comme une région distincte de l’Aquitaine. Pas sur que cela simplifie la communication hors de l’hexagone.

On touche là le problème encore davantage soulevé par les deux créations que sont les Hauts-de-France et le Grand-Est. Dans les deux cas, le référentiel est strictement national. L’enjeu de la constitution des grandes régions était pourtant explicitement de positionner celles-ci dans la compétition internationale. Dans le cas des Hauts-de-France ce n’est pas tant la référence directe à la France qui pose problème, mais cette absurde hauteur revendiquée par transposition de la position « en haut » sur la carte de France. On croirait une trouvaille de potache ignorant du qualificatif septentrional et de la pure convention qui oriente le Nord « en haut » en cartographie. Résultat, l’ensemble est situé dans un cadre national exclusif, son nom n’a déjà pas de sens en soi, mais n’en a plus du tout si l’on quitte l’image de l’hexagone orienté. Positionnement international avez vous dit ?

Le Grand-Est relève de la même tare, même si le fait de sacrifier au grandisme territorial lui accorde un supplément d’âme pour au moins tenter de mobiliser les Grandestiens dans la compétition territoriale sur la base de la puissance supposée, à défaut des ressources patrimoniales.

Et si la toponymie était une chose trop importante pour la traiter à court terme par le marketing territorial ? Celui-ci ne sait plus où il en est entre géopolitique interne, positionnement national et compétition internationale, et finit alors dans certains cas (Grand-Est et Hauts-de-France) par opter pour la contextualisation nationale qui ne correspond pas aux enjeux principaux.

La toponymie comme enjeu de la gouvernance transfrontalière : le cas des noms de stations du tramway du Grand Genève

Au-delà de leur évidente fonction pratique – faciliter le repérage, l’adressage, les déplacements –, les noms de lieux sont un reflet de la structuration politique et culturelle des territoires, un marqueur de la volonté des acteurs officiels d’instituer un marquage de l’espace à leur image et selon leurs fins, fussent-elles démocratiquement décidées et justifiées par l’invocation de l’intérêt général. Plusieurs chercheurs se sont appliqués à travailler et théoriser cette dimension politique de la toponymie ces dernières années (Giraut et al., 2008 ; Berg et Vuolteenaho, 2009 ; Rose-Redwood et al., 2010 ; Giraut et Houssay-Holzschuch, 2016), même si les noms des stations de transports demeurent un sujet peu exploré (Dobruszkes, 2010 ; Destrem, 2015 et 2016).

Introduction : la toponymie au sein des enjeux politiques du fait transfrontalier

Dans un contexte frontalier comme celui de Genève, les enjeux de la gouvernance politique sont nombreux et complexes. Une frontière internationale suppose notamment des défis en termes d’harmonisation des données, des outils de mesure des phénomènes, des échelles de l’action et de la coopération (Mettan, 2003 ; Cahiers de la MOT nº9, 2014). Il convient de s’affranchir des pesanteurs juridiques et administratives en produisant des documents communs, de faire en fonction de codes culturels et de référents politiques divergents, de débats contradictoires et de tensions qui peuvent animer et entraver la collaboration. La réalisation de projets devant transcender la frontière cristallise souvent ces tensions ; c’est largement le cas des différents projets de transports collectifs dans l’agglomération transfrontalière du Grand Genève, dont le CEVA (branche occidentale du RER « Léman Express ») est sans doute l’exemple le plus emblématique, attisant fantasmes et désaccords depuis le XIXe siècle (Maksim, 2008). Antoine Beyer (2011), citant Jean-Marc Offner, rappelle à très juste titre que « le non-recouvrement des territoires fonctionnels et des territoires institutionnels est une donnée fondatrice de la structuration des réseaux de transport public »1).

tram moillesulaz
Figure 1 : vue aérienne du terminus frontalier Moillesulaz (Google Maps, 2016).
1800414_611615465587524_1418444829_n
Figure 2 : Matérialisation de la frontière franco-suisse à Moillesulaz. (L. Destrem, 2014).

La toponymie, outil pratique et politique, joue un rôle éminent dans la coordination des politiques de part et d’autre de la frontière. Elle doit assurer la lisibilité du projet, la fonctionnalité de l’infrastructure, conjointement de chaque côté, en s’appuyant sur l’acceptation sociale et politique des structures territoriales traversées et intéressées.

Comment cette fonctionnalité est-elle assurée, compte-tenu de la divergence des réglementations ? Comment les différentes cultures de travail s’approprient-elles la toponymie ? Le font-elles sciemment et explicitement ? Les choix toponymiques envisagés sont-ils révélateurs d’une réflexion véritablement hybride, ou témoignent-ils de la difficile conciliation entre France et Suisse ?

Compte-tenu de la faible inclusion du projet CEVA sur le territoire français2, nous avons exploré le cas du réseau de tramway genevois, dont trois extensions sont actuellement programmées à court ou moyen terme en France. L’avancement encore limité des projets – pas de travaux lancés à ce jour en 2016 – contraint notre réflexion à des hypothèses et des projections, mais nous voyons dans cette anticipation une façon d’esquisser les enjeux, faute de juger les résultats. Un travail de thèse (Zellweger, 2008) s’est déjà intéressé aux enjeux juridiques du transport en commun dans le Grand Genève, sans pour autant s’intéresser à la toponymie. Essayons d’y voir plus clair.

Un travail de recherche précédent (Destrem, 2015) consacré aux réseaux français, décliné nous a permis de prendre la mesure du rôle politique des noms de stations comme participant pleinement à l’énonciation d’un discours sur les projets métropolitains dont le tramway est un moteur essentiel. Nos principales conclusions (ou suppositions) étant que les noms relayent en France un idéal urbain concurrentiel et gentrifié ; qu’ils ancrent les valeurs idéologiques qui guident par ailleurs le projet urbain tel que mené par les pouvoirs publics, et qu’ils contribuent de façon discrète mais croissante au façonnage de paysages marqués par la collaboration privée.

Le contexte du tramway du Grand Genève

Il s’agit maintenant3 pour nous de comprendre dans quel cadre méthodologique et idéologique une néotoponymie transfrontalière va accompagner la mise en place de lignes de trams TPG au delà de la frontière.

Quatre extensions transfrontalières sont proposées dans le projet d’agglomération signé en juin 2012 et le plan directeur cantonal 2030 (fiche B02) adopté en septembre 2013. Initialement prévues pour certaines à l’horizon 2017, ces extensions ont pris du retard pour des raisons financières et des temporalités institutionnelles différentes. Ces projets sont les suivants :

  • La ligne 12 (mesure 36-1-6 du PA2012, horizon 2014 dans le PA, achèvement programmé en septembre 2019) sera prolongée de sept stations vers Annemasse (Haute-Savoie),
  • La ligne 15 (mesure 35-14 du PA2012, horizon 2018 dans le PA, 2020 dans le PDC) sera prolongée de dix stations en deux temps vers Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) via les communes genevoises de Lancy, Plan-les-Ouates, Confignon et Perly-Certoux,
  • A son autre extrémité, la ligne 15 (mesure 32-1-2 du PA2012, horizon 2022 dans le PA, 2025 dans le PDC) sera prolongée en deux temps vers Le Grand-Saconnex puis vers Ferney-Voltaire (Ain),
  • Enfin, la ligne 18 (mesure 33-7 du PA2012, horizon 2017 dans le PA, 2020 dans le PDC) sera prolongée de deux ou trois stations vers Saint-Genis-Pouilly (Ain).
text5095
Figure 3: La carte des extensions transfrontalières programmées du tramway genevois (L. Destrem, 2016).

Ces différents projets pourraient donc enrichir d’une trentaine de stations le réseau des TPG d’ici à une dizaine d’année, occasionnant autant de nouvelles dénominations. Nouvelles car la plupart du temps, la station du nouveau tramway impose son nom à l’arrêt de bus en correspondance qui se trouve déjà là (généralement, le mode de transport le plus lourd prime sur le plus léger). L’arrivée du tram est donc souvent synonyme de « ménage » dans les noms du réseau.

Comment ces noms seront-ils décidés ? Tout dépend du système juridique pris en référence.

Quels cadres légaux ? Analyse comparée des cas français et suisse

Une des principales distinctions entre contextes français et suisse tient dans l’inscription juridique de la toponymie. Si l’ONU édicte des recommandations sur la toponymie4, les États demeurent souverains dans leur choix de légiférer.

L’introuvable législation française

En France, il n’existe aucun texte juridique contraignant venant prescrire les pratiques toponymiques. Seulement des usages et des recommandations. La Commission nationale de toponymie, organisme gouvernemental, a dans ses compétences le conseil aux acteurs publics, la sensibilisation au patrimoine toponymique et à sa valorisation, ou la formalisation officielle des toponymes étrangers en Français, mais ne peut nullement imposer un choix toponymique. Si les noms des régions, des départements, des intercommunalités, des cantons et des communes doivent tous nécessairement passer par le filtre du Préfet et/ou du Conseil d’État, ils le font dans la quasi-totalité des cas sans encombre et dans l’indifférence. En outre, à notre connaissance jamais ni nulle part n’est mentionnée la question des noms de stations de transports (à l’instar de ceux des bâtiments publics).

Consciente de ce flou, la Commission nationale de toponymie s’est elle-même posé la question de la responsabilité et des limites éventuelles pouvant cadrer ces pratiques pourtant au cœur de l’ingénierie territoriale, lors de sa séance plénière du 25 septembre 20155, reconnaissant à cette occasion l’absence de règles officielles pour les micro-toponymes, et appelant à la constitution d’un « document unique » dans lequel serait distingué « ce qui est du domaine de la certitude juridique » de « ce qui est du domaine du bon sens, qui aiderait à la bonne entente entre les administrations et les administrés », qui présenterait « des recommandations » dans l’attribution de ces noms, en mentionnant spécifiquement le souci de « l’aspect linguistique » et de « la notion d’usage »6. Dans cette attente (le point est à l’ordre du jour de la plénière de juin 2016), resterait à déceler ce qui se cache derrière l’invocation de ce fameux « bon sens »…

Les préconisations en Suisse

En Suisse, différents textes de loi et règlements évoquent la toponymie, ce sujet a d’ailleurs déjà été évoqué sur Neotopo à travers une application au cas du canton de Genève (Egger, 2015). La Loi fédérale sur la géoinformation (dite LGéo) stipule que « le Conseil fédéral édicte des dispositions visant à coordonner les noms des communes, des localités et des rues. Il réglemente les autres noms géographiques, les compétences et la procédure ainsi que la prise en charge des coûts.7»

En ce qui concerne les noms de stations, deux textes font figure de référence à valeur obligatoire, traduisant des pratiques inexistantes en France.

D’une part, l’Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques (ONGéo), via les huit articles de sa section 7, qui impose les points suivants dans l’article 278 :

  1. Les noms de stations doivent être univoques sur l’intégralité du territoire suisse.
  2. La station se voit attribuer le nom de la localité qu’elle dessert.
  3. Si une station dessert plusieurs localités ou n’en dessert aucune, le nom le plus pertinent pour le ou les réseaux de transport considérés lui est associé. En règle générale, elle ne porte qu’un seul nom.
  4. Si plusieurs stations desservent une même localité, elles sont distinguées les unes des autres par des compléments au nom de la localité. Le complément ne doit pas reprendre le nom d’une entreprise, sauf si ce dernier est identique à un nom géographique.
  5. Dans la mesure du possible, l’orthographe doit coïncider avec celle des autres noms géographiques.

Ces conditions devant être vérifiées par l’Office fédéral des transports, comme mentionné dans l’article 28, qui précise également la délégation des compétences. Peuvent ainsi déposer une demande : les entreprises de transport concessionnaires, la commune et le canton sur le territoire desquels se trouve la station. On remarque donc que l’acteur public local détient la responsabilité de l’attribution des noms mais qu’il la partage officiellement et légalement avec un éventuel acteur privé. Toutefois, les conditions posées par l’article 27 (notamment l’alinéa 4 – « le complément ne doit pas reprendre le nom d’une entreprise, sauf si ce dernier est identique à un nom géographique ») semblent limiter le risque de valorisations commerciales. Les autres articles de la section précisent les modalités de procédure.

D’autre part, les Directives portant sur l’orthographe des noms de stations complètent le dispositif juridique. Le statut de directive suppose là-aussi un effet contraignant, même s’il se limite à l’orthographe. Ainsi, les différents articles précisent avant tout des principes de cohérence syntaxique et d’harmonisation linguistique (présence de déterminants, méthodes pour différencier les homonymes en ajoutant le nom de commune…), qui n’influencent qu’à la marge le choix des noms et ne paraissent pas pouvoir constituer un véritable catalyseur dans la détermination initiale de ces toponymes.

Et dans les faits ?

En France, la grande liberté des élus locaux

En France, dans les faits, ce sont les maîtres d’ouvrage des projets de transports qui mettent en place les noms, soit de façon assez directive, soit en ouvrant la démarche à la participation de la société civile. En l’absence de texte à valeur obligatoire, à eux ensuite de préciser les codes du « bon sens » et de signaler ce qui peut en relever. On a pu montrer sur des terrains étudiés en France que la subordination du nom de station à l’environnement urbain était une pratique généralisée, mais que différents dispositifs en permettaient l’affranchissement (Dobruszkes, ibid. ; Destrem, ibid.). Ces dispositifs plus ou moins explicites sont variés : il peut s’agir de valoriser des personnalités politiquement marquées au nom de l’hommage à un ancien élu local ; de s’émanciper de la règle qui veut que l’on nomme d’après un objet proche pour préférer la valorisation d’une infrastructure un brin plus lointaine mais réalisée par le maître d’ouvrage en invoquant systématiquement les « pôles générateurs de flux » ; de féminiser des toponymes au nom de la parité dans l’espace public et politique ; ou encore de valoriser le nom d’une entreprise en la prenant pour ce qu’elle représente dans le paysage culturel et l’histoire locale davantage que pour son statut privé et commercial. Tous s’inscrivent dans un phénomène lourd d’attribution au tramway de valeurs de progrès, de modernité, d’action dynamique. Le « tramway à la française » est plus qu’un outil de fluidification du trafic et de limitation des nuisances automobiles, il est un maillon idéologique du projet de ville, un instrument de reconquête (rappelons qu’il avait presque totalement disparu des centres urbains il y a trente ans), quand la Suisse le voit avant tout comme un héritage du passé, modernisé pour encadrer et accompagner l’urbanisation constatée. Cette appropriation symbolique du tram français via le recours au design, la communication politique très poussée, et donc les dispositifs toponymiques évoqués, favorise de façon relativement limitée mais croissante la production d’un paysage toponymique performatif et idéologique.

tram brest politique
Figure 4: Le tram français, outil de communication politique, ici à Brest. A gauche, extrait de l’argumentaire en faveur de la dénomination « Jean Jaurès », et à droite, visuel de la campagne de communication en faveur du nouveau projet. (Semtram 2011).
Capture d’écran 2016-06-28 à 10.45.25
Figure 5 : François Mitterrand sur une girouette de tram à Nantes. Le nom de l’ancien président est certes porté par un boulevard proche de la station, mais « l’effet » politique est patent. (L. Destrem, 2015).

Les élus locaux (les communes pour l’odonymie et les intercommunalités – AOT compétente – pour les stations) ont toute latitude pour décider. Le Ministère de l’Intérieur, via la Commission nationale de toponymie déjà évoquée, semble pouvoir donner un avis mais il n’aurait aucune force obligatoire et surtout, il semble peu probable que les décisions prises par les collectivités en matière de noms de stations puissent être retoquées.

Aucune limite officielle ne semblant exister, c’est donc au bon vouloir de chaque collectivité de pratiquer, cette liberté consacrant un pouvoir quasi-régalien aux bureaux exécutifs. Il est souvent difficile de savoir, dans le cas de noms de stations reprenant le nom d’une infrastructure ou d’un monument proche, si cet hommage est totalement dicté par le sens pratique et quelle est la part du message politique dans ce choix, il est ainsi plus aisé de l’interpréter à partir de la valeur idéologique des personnalités, souvent limpide. A Paris, un délai de 5 ans après le décès a été institué pour honorer des personnalités9 mais les dérogations existent et cette règle n’entrave en rien la volonté de faire de l’espace public un véritable Panthéon, pratique extrêmement répandue et ce dans toutes les villes de France10. La Belgique, elle aussi éminemment marquée dans sa chair par les conflits mondiaux, semble avoir eu une pratique voisine après la Seconde guerre mondiale mais limite depuis très fortement les nominations de morts récents avec son délai de 50 ans11.

En Suisse, le poids du technico-pratique

Valoriser des personnalités est donc bien plus compliqué en Suisse. Ici, la soumission des noms de stations à la géographie est totale et érigée en dogme. En définitive, l’univocité des noms à l’échelle fédérale et la relation au tissu environnant sont les règles élémentaires de la pratique helvétique, qui demeure largement pilotée par les acteurs locaux qui de ce fait, paraissent avoir une marge de manœuvre assez minime, à l’image des règles qui encadrent les choix d’odonymes. La valorisation de personnalités dans les noms de stations est limitée aux cas où le nom de ladite personnalité est déjà présent dans le tissu urbain qui l’environne. Or, la Suisse est très restrictive dans sa valorisation des grands hommes (et grandes femmes), imposant selon les cantons de notoires et indépassables délais de « décence » – il faut bien se laisser du temps pour prouver la vertu de la personnalité décédée. Ce qui est conforme aux préconisations de la Conférence des Nations unies sur la normalisation des noms géographiques de 2002 (à savoir un délai minimal d’un an12, comme pratiqué au Québec13). Dans le canton de Genève, le délai demandé est de 10 ans14, et sur 3 263 odonymes, seuls 554 rendent hommage à des personnalités.

En ce qui concerne les stations du tramway à Genève, sur les 76 stations que compte le réseau, 9 portent le nom d’une personnalité ou d’une famille. Parmi elles, toutes s’appuient sur un élément du paysage urbain antérieur, à savoir dans tous les cas un repère déjà baptisée au nom de cette personnalité ou famille :

Station Référence Repère urbain
Butini Famille de notables genevois Rue
De Staël Femme de lettres Collège
Isaac-Mercier Héros genevois Place
Pictet-Thellusson Militaire Rue
Place Favre Entrepreneur chênois Place
Quidort Négociant genevois Rampe
Simon-Goulart Pasteur installé à Genève Place
Sismondi Economiste et historien genevois Collège
Vieusseux Famille de notables genevois Cité

On a beau chercher, toutes ces stations s’appuient sur un élément de l’environnement urbain, parfois loin de la poésie (à Genève, le sigle P+R des parcs-relais est même présent dans le toponyme). Le nom ne saurait reprendre l’appellation d’une entreprise, d’un lieu privé (alors que la France reste ambiguë sur ce point en jouant sur la frontière ténue entre privé et public). Exceptions : si le nom de la société est à la base géographique (ex. Clinique des Grangettes) ou historique (famille Pictet célébrée opportunément dans l’odonymie carougeoise à proximité du siège actuel de la Banque homonyme) ou si la géographie s’avère trop bucolique et abstraite, bien moins parlante que des noms d’institutions qui par leur rayonnement sont acceptables (CERN, OMS, BIT)…

La rigueur domine, donc, et compte-tenu des discours et des usages consacrés sur la toponymie, et de la philosophie du politique helvétique (le politique intervient en Suisse dans les seuls cas où il y aurait litige par rapport à la loi), il semblerait totalement improbable que cette pratique change.

800px-Trams_de_Genève_(Suisse)_(4707883549)
Figure 6: Un tram 12, circulant dans Genève en 1976. Cette ligne existe toujours, alors qu’à l’époque, seuls trois réseaux très contractés et hors d’âge fonctionnaient encore en France. Depuis, cette dernière a proclamé son amour pour ce mode de transport : le retour du tram dans les villes a permis une production toponymique que l’inertie des réseaux historiques helvétiques n’a pas pu stimuler. (Alain Gavillet).

Faut-il y voir là l’absence de volonté des responsables locaux d’user de la toponymie urbaine comme d’un relais de leurs intentions politiques ? Probablement. Mais il est aussi nécessaire de rappeler que le tramway ne s’inscrit pas dans les mêmes temporalités et donc les mêmes schémas idéologiques selon que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la frontière : en Suisse, on a affaire à des réseaux hérités, peu ou pas démantelés dans la deuxième moitié du XXe siècle, déjà bien insérés au cœur des tissus urbains historiques, donc déjà très fortement pourvus en dénominations, alors qu’en France, les réseaux sont neufs, porteurs d’un idéal de conquête et de renouveau politique et urbanistique, pouvant entre autres être incarné par les noms. Pour toutes ces raisons, le rapport au nom des stations est nécessairement différent. Les rares éventualités de changements de noms interviennent lors de bouleversements urbanistiques ou de déplacements d’arrêts : si « Quai du Rhône » n’a jamais pu remplacer la salle « Palladium » en dépit du décalage des quais, « Grangettes » s’imposait après le replacement de l’ancien arrêt Ermitage en face de la clinique des Grangettes. De la même manière, « Gabelle » a pris la place de « Rue des Usines » quand celle-ci est devenue rue de la Gabelle… avant que ne s’impose « Industrielle » une fois l’arrêt déplacé vers l’avenue Industrielle ! Fonctionnalité de l’intermodalité oblige – et ici intervient peut-être une once de réflexion idéologique, « La Praille » a cédé la place à « P+R Etoile » à l’ouverture de ce monumental parc-relai au début des années 2000. Enfin, la perspective d’une ligne de TCSP dans le nouveau quartier des Communaux d’Ambilly va susciter des interrogations, tellement il est rare à Genève d’amener un transport lourd dans un endroit nouvellement bâti où cette fois-ci tous les toponymes restent à trouver !

Quelles perspectives pour le tramway franco-suisse ?

Difficile de prévoir les futurs noms en s’inspirant du contexte français voisin, car aucune ligne de TCSP lourd ne dessert encore ni le Genevois français ni le pays de Gex. L’unique station française d’un tram suisse (bâlois en l’occurrence) porte le nom de la commune (Leymen). Le cas du tram germano-suisse de Bâle15 ne peut d’ailleurs être pris en exemple en raison de rapports au tramway (ancien) et à la toponymie (pratique) plutôt proches. Et il serait hors de propos de chercher des modèles dans les exemples français les plus proches (Lyon, Grenoble) dont les contextes urbains et politiques ne sont pas marqués par une frontière. On signalera toutefois que le réseau des bus urbains de Thonon-les-Bains, à 35 km de Genève, n’a pas hésité à donner à plusieurs de ses stations le nom des grandes surfaces commerciales qu’elles desservent (Cora, Carrefour, Picard…). De là à parler du risque de voir des noms du tram genevois affublés de ce type de marques…

En revanche, il sera intéressant de suivre la concrétisation très prochaine du projet d’extension de la ligne D du tram de Strasbourg vers la ville allemande voisine de Kehl (ouverture prévue en 2017 avec perspectives de prolongement)16.

reseau thonon
Figure 7 : Extrait du plan du réseau de bus de Thonon-les-Bains (BUT).

L’avenir des noms provisoires

Pour le moment, des noms provisoires ont été attribués aux futures hypothétiques stations. Comme c’est d’usage dans les projets d’aménagement, ces noms sont donnés par les ingénieurs en fonction de considérations pratiques. Ils ont pour seule rôle la facilitation de l’avancée des études préalables et n’ont pas forcément vocation à demeurer une fois les travaux achevés.

Extension de la ligne 12

extension 12

Extension de la ligne 15 (sud)

extension 15sud

Extension de la ligne 18

extension 18

Figure 8 : Les noms provisoires des stations des futures extensions du tramway du Grand Genève. (L. Destrem, 2016). Sources : Annemasse Agglo, République et canton de Genève, Conseil départemental de l’Ain, SITG.

Ils s’appuient soit sur les noms des arrêts de bus préexistants, soit sur l’odonymie ou encore les noms des principaux bâtiments. Et pourquoi cela ne resterait pas ainsi ? La Suisse n’y verrait sans doute pas d’inconvénients, on l’a compris. Mais comment cette probable position pourra-t-elle s’articuler à l’attachement de la France pour les noms commémoratifs et marketing ? Dans de nombreux cas, on a pu remarquer combien les noms finalement actés différaient de ceux de la phase projet : on l’a déjà montré ici avec l’exemple emblématique de Paris, mais ce fut vrai aussi à Brest (avant que les noms soient décidés par la population), et la documentation sur les projets de nouvelles infrastructures regorge de renvois à la notion de « nom provisoire »17.

Gérer les doublons

La question des doublons, déjà réglée côté Suisse18, pourrait aussi se poser une fois le réseau devenu transfrontalier, puisqu’il faudra s’assurer qu’aucun nom imaginé pour la section française n’existe déjà dans le réseau TPG, bus compris. Le fait qu’aucune station du futur tram 12 ne s’appuie sur la station de bus ambillienne « Acacias » – alors que des stations sont prévues sur les deux arrêts de bus voisins – doit arranger les porteurs du projet, puisqu’il existe déjà à Genève une station de tram « Acacias » (il y en a déjà deux dans les réseaux de tram français, à Marcq-en-Barœul et Angers). Mais d’autres cas pourraient se poser ailleurs (le nom provisoire « Etoile » à Annemasse pourrait se heurter à  « P+R Etoile »). La France de son côté, en son sein, ne juge pas utile de limiter les doublons au niveau national. La grande taille du pays justifie sans doute cette absence de précaution. Les futurs noms des sections françaises viendront-ils grossir les rangs des Jaurès (9), République (7), Université (6) et autres Jean Moulin (5) ?

Le défi de la gouvernance partagée

Ce qui amène véritablement à poser la question suivante : qui décidera des noms pour le tramway transfrontalier ? L’enjeu est important bien entendu pour la bonne marche du réseau (un nom unique pour chaque station) mais il pose aussi des questions en termes de représentations : si ce n’est pas explicitement avancé, attribuer des noms très marqués idéologiquement, par exemple un ancien président de la République française, à un terminus français, impliquerait que ce nom apparaisse sur toutes les girouettes des véhicules en plein Genève. Cette territorialisation différenciée ne serait pas neutre et il serait dommageable qu’elle attise des tensions déjà existantes entre Suisse et France, qu’elles soient d’ordre économique, budgétaire ou identitaire.

La mise en place d’une stratégie participative de choix des noms paraît compliquée : elle n’a jamais été menée à Genève, et risquerait de se confronter autant à la divergence des systèmes institutionnels qu’à celle des schémas de pensée. Les parties prenantes ont il est vrai davantage articulé leur participation financière que leur gestion politique.

Plus qu’une simple collaboration technique et une bonne articulation entre des cultures de travail parfois différentes, cet enjeu nécessitera une collaboration politique efficace, entente que les enjeux financiers engagés par ces projets ont parfois déjà du mal à assurer19, mais que l’extrême symbolisme de la toponymie pourrait stimuler, dans un contexte où les revendications politiques identitaires ne sont pas absentes20 .

Bibliographie :

  • Annemasse Agglo, Dossier d’enquête publique préalable à la Déclaration d’utilité publique, Tramway d’Annemasse Agglo – Extension de la ligne de tramway Moëllesulaz-Annemasse, juin 2013 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • BERG, L., VUOLTEENAHO, J. (2009), « Towards critical toponymies », Critical Toponymies. The Contested Politics of Place Naming, Farnham, Ashgate Publishing, 306 p.
  • BEYER, Antoine (2011). « L’enjeu transfrontalier de l’extension des réseaux de tramway urbain à Strasbourg et Bâle », in HAMMANN, Philippe. Le tramway dans la ville. Le projet urbain négocié à l’aune des déplacements, Presses Universitaires de Rennes, p. 253 – 267.
  • Les cahiers de la MOT n°9. L’observation des territoires transfrontaliers. 15 mars 2014.
  • Conseil départemental de l’Ain, Tramway TCMC : prolongement Cern – Saint-Genis-Pouilly, mars 2016 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • DESTREM, Lucas (2015), « Les noms du tram : la toponymie des réseaux de tramway dans les aires métropolitaines françaises : une géographie des territorialisations et des pratiques institutionnelles dans les grandes agglomérations », mémoire de master, Université de Genève, 172 p.
  • DESTREM, Lucas (2016), « De la ville-musée à la ville-monde, les enjeux de la toponymie du tramway parisien », sur hypotheses.org, 28 janvier 2016 (consulté le 1er juillet 2016).
  • DESTREM, Lucas (2016, à paraître à l’automne), « Les noms du tram. Quand les dénominations des stations disent le projet de ville », Annales de géographie.
  • DOBRUSZKES, Frédéric (2010), « Baptiser un grand équipement urbain : pratiques et enjeux autour du nom des stations de métro à Bruxelles », Belgeo, p. 229-240.
  • GABUS, Laure, « Tram pour Saint-Julien : un véritable casse-tête », ch, 8 novembre 2012 (consulté en ligne le 28 juin 2016).
  • GIRAUT, Frédéric, GUYOT, Sylvain, HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Myriam (2008), « Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », L’Espace Géographique, n°37, p. 97-105.
  • GIRAUT, F., HOUSSAY-HOLZSCHUCH, M. (2016), « Place Naming as dispositif: toward a theoretical framework », Geopolitics, n°21, p. 1-21.
  • Grand Genève, Gestion des mesures du Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, cartographie en ligne.
  • Grand Genève, Projet d’agglomération 2012, annexe 4. Mesures du projet d’agglomération 2012 : urbanisation, mobilité, paysage et environnement, juin 2012 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • MAKSIM, Hanja-Niriana (2008), « CEVA, un projet centenaire au service de l’agglomération genevoise. », Flux 2/2008 (n° 72-73), p. 134-137.
  • METTAN, Nicolas (2003), « Enjeux et perspectives de la coopération transfrontalière dans le domaine de l’aménagement du territoire : l’exemple de la Suisse romande. », Revue d’Économie Régionale & Urbaine 5/2003 (décembre), p. 951-972.
  • République et Canton de Genève, « Extension du tram 15 vers Palettes – ZIPLO – Perly : venez découvrir le parcours de votre future mobilité ! », invitation aux habitants des communes concernées, 1er décembre 2015 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • République et Canton de Genève, Extension du réseau de tramway : le projet de tram Palettes – ZIPLO – Perly dévoilé, 3 décembre 2015 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • République et Canton de Genève, Plan directeur cantonal 2030, Carte n°7 : mesures de mobilité, annexe aux fiches B01 à B05, 20 septembre 2013 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • République et Canton de Genève, Plan directeur cantonal 2030, fiche B02 : renforcer le réseau TC structurant, 20 septembre 2013 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • République et Canton de Genève, Réseau de tramway : extension de la ligne 15 Palettes – ZIPLO- Perly, 3 décembre 2015 (en ligne, consulté le 1er juillet 2016).
  • ROSE-REDWOOD, R., ALDERMAN, D., AZARYAHU, M. (2010), « Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies », Progress in Human Geography, n°34, p. 453-470.
  • ROULET, Yelmarc, « Les trams transfrontaliers, un enjeu stratégique pour l’agglomération », ch, 21 mai 2014 (consulté en ligne le 28 juin 2016).
  • SITG, carte professionnelle en ligne (transports collectifs lignes TPG).
  • ZELLWEGER, Tobias (2008). Les transports collectifs de personnes dans l’agglomération franco-genevoise : étude de droit transfrontalier. Genève : Schulthess, 2008, 437 p.

 

  1. « […] les frontières nationales apparaissent comme des discontinuités majeures. Ce n’est plus seulement la question des rapports de coordination ou de concurrence politique qui se posent, mais l’appartenance à des logiques fortement différenciées quant aux enjeux territoriaux, aux échelles d’intervention ou à la non-coïncidence des niveaux de responsabilité des autorités organisatrices. A cela s’ajoutent l’interopérabilité technique des systèmes de transport parfois non-compatibles, des règlementations locales et nationales et enfin les demandes des usagers de part et d’autre de la frontière. Si ces divergences structurelles ne sont pas insurmontables, elles ralentissent, voire inhibent des prises de décision, rendues plus complexes et aussi plus coûteuses. La capacité à surmonter ces contraintes est un enjeu déterminant dans la gestion des agglomérations transfrontalières où renforcement du transport urbain transfrontalier est perçu comme un élément-clé de mise en cohérence et d’unification. » (Beyer, 2011, p. 1 []
  2. La ligne ne concerne que pour 2 km le territoire français, et n’y crée aucune nouvelle gare, donc pas de nouveaux toponymes. []
  3. Lors d’une rencontre en 2015 avec Olivier Norer, ingénieur aux Transports publics genevois, géographe de formation et par ailleurs ancien député au Grand conseil de l’Etat de Genève (2009-2013), celui-ci nous avait expliqué comment les noms de station de tramway étaient déterminés par les réglementations et usages fédéraux et cantonaux. Il avait également pu évoquer quelques perspectives concernant les projets d’extension des lignes en France voisine. []
  4. Il existe un Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques (GENUNG), qui réunit des Conférences tous les cinq ans et des sessions ordinaires tous les deux ans. []
  5. « Beaucoup de personnes s’occupent de toponymie sans vraiment s’en occuper. Les discussions sur la gestion de la base Adresse nationale, sur la modification du nom d’une nécropole nationale, sur l’action d’élus qui dépasseraient leurs prérogatives, sur des observations sur la signalisation routière, sur la création de noms d’immeubles, sur la gestion de noms de parcelles cadastrales, etc. font surgir une difficulté récurrente : la position sur la compétence à régler certains problèmes toponymiques semble assez obscure. » Commission nationale de toponymie (CNT), compte-rendu de la réunion plénière du 25 septembre 2015. []
  6. Commission nationale de toponymie, compte-rendu de la réunion plénière du 25 septembre 2015, et ordre du jour de la réunion plénière du 24 juin 2016. []
  7. Loi fédérale sur la géoinformation du 5 octobre 2007. []
  8. Ordonnance sur les noms géographiques du 21 mai 2008. []
  9. Robin Panfili, « Comment attribue-t-on un nom à une rue ? », Slate.fr, 22 avril 2013 (en ligne, consulté le 28 juin 2016). []
  10. J.C. Guillon : « Partout ou presque, s’est constituée, par-delà l’espace urbain, une géographie symbolique qui ouvre un champ d’investigation considérable. Elle constitue un panthéon, renvoie à un imaginaire dans lequel le passé, une certaine représentation du passé, tient une place essentielle ». Extrait de « Panthéon fin de siècle », contribution dans le cadre du colloque « Les usages politiques du passé dans la France contemporaine des années 1970 à nos jours », 25-26 septembre 2003, Paris. []
  11. Décision du 31 janvier 1972, extrait du Moniteur belge. []
  12. Ordre du jour de la Huitième Conférence des Nations Unies sur la normalisation des noms géographiques, Berlin, 27 août-5 septembre 2002. []
  13. Commission de toponymie du Québec, Politique de désignation toponymique commémorative. []
  14. Article 13 du Règlement sur les noms géographiques et la numérotation des bâtiments : « Les dénominations courtes se référant à la toponymie locale sont privilégiées. A titre exceptionnel, une dérogation peut être accordée par le Conseil d’État pour des noms de personnalités importantes décédées depuis plus de 10 ans et qui ont marqué de manière pérenne l’histoire de Genève (…) []
  15. « Inauguration du tram transfrontalier de Bâle à Weil, en Allemagne », rts.ch, 12 décembre 2014 (en ligne, consulté le 28 juin 2016). []
  16. « Extension de la ligne D », sur cts-strasbourg.eu, consulté en ligne le 28 juin 2016. []
  17. On renvoie entre autres aux cas de la deuxième ligne d’Angers, de la nouvelle extension du T3 parisien, de la ligne D à Bordeaux… []
  18. Pour faciliter la recherche des itinéraires à l’échelle nationale, les TPG ont ajusté 60 noms de stations en 2015. []
  19. En témoignent les reports successifs de lancement des travaux, et le fait notoire que le Département de l’Ain ait unilatéralement décidé début 2015 d’engager le financement du prolongement de la ligne 18 à Saint-Genis-Pouilly. []
  20. http://sanfargan.hautetfort.com/media/01/00/3414522481.jpg []

Dérisoires toponymes, Puissance et impuissance du nom dans Anima de Wadji Mouawad

Wajdi Mouawad avec son roman Anima (2012, Leméac et Actes Sud; judicieusement recommandé par Sophie D.) s’aventure au cœur de l’indicible, de l’horreur des tragédies individuelles et collectives.

Quête transcendantale, le parcours de Wahhch entre réserves indiennes et confins américains passe par des origines libanaises qui ramènent aux charniers et à la violence absolue.

Pour aller au delà de ce que les mots et les noms ne peuvent dire, Wadji Mouawad se fait postspéciste et fait parler les animaux, leur perception sensible rend compte des situations au delà des paroles.

Les noms sont cependant sans cesse interrogés dans leurs dérisoires limites, mais aussi dans leur puissance évocatrice et dans leur (in)capacité à donner du sens.

Extraits : (pagination de l’édition poche Babel)

Dérisoires toponymes

(où il est notamment question de toponymes coloniaux bibliques face aux tragédies de la guerre)

p. 210

Sa sœur habite Lebanon, un petit village pas loin de Springfield, dans le sud-ouest de l’Illinois. Elle tient un bed and breakfast là-bas, The Sunrise. Elle s’appelle Ashleen. Elle s’est pas mariée. Elle a gardé le nom de son père : Ashleen Wolf Rooney (…)

– Lebanon ? Comme le pays ?

– Oui, pourquoi ?

Il n’a pas répondu. Il s’est perdu au fond des nuages, là-bas, qui avaient envahi l’étendue du ciel. Quelque chose avait bougé en lui.

p. 291-292

– Le nom sur la carte m’a intrigué. Lebanon. Je suis venu pour voir.

– Plus au sud, vous avez Cairo. Ça vaut le détour.

(…)

Ils se sont tus pour écouter.

– Cette région porte le nom de Land of Egypt. Les habitants, encore aujourd’hui, se font appeler Egyptians. Le Mississippi est leur Nil. A Cairo, vous pourriez admirer la rencontre des eaux, là où l’Ohio vient se jeter dans le Mississippi. C’est comme ça. Les gens d’ici, comme partout ailleurs sur la terre d’Amérique se sont tournés vers la Bible pour baptiser leur terre de noms qui leur porteraient bonheur. A Cairo, on espérait la venue d’un Moïse qui sauverait le peuple de la famine, de la maladie, des inondations. Et plus bas encore, des hommes habités par une véritable foi en leur avenir, se sont souvenus de la grande cité millénaire des pharaons et ont baptisé leur petite bourgade Memphis. Ici, Lebanon, en hommage au pays où le Christ a réalisé son premier miracle en multipliant le pain et le vin lors des noces de Cana. Pour des gens qui mourraient de faim, ça avait évidemment tout un sens.

– Et cela les a sauvés ?

– Je dirais plutôt que cela les a perdus. Les calamités se sont succédé. Famines, inondations, maladies et, pour finir, la guerre civile. Beaucoup d’hommes sont morts sur les chemins de leur enfance. Il y a une frontière ici, la Mason-Dixon Line. Pendant la guerre de Sécession, elle séparait les États du nord de ceux du sud. On est à la jonction. L’Illinois était unioniste et le Missouri, qui se trouve à dix kilomètres, était exclavagiste. L’armée de l’Union a tenu un barrage à Cairo. A Lebanon aussi, la guerre civile a fait des ravages.

(…)

Beaucoup d’Américains sont morts dans des rivières qui portaient leur propre nom, car elles avaient été baptisées par leurs ancêtres. Ils sont morts au milieu de leurs troupeaux et dans des vergers qu’ils auraient du labourer leur vie durant. Les Français, eux, sont morts loin de chez eux, désemparés, perdus au milieu de la Grande Guerre civile américaine.

p. 271

Il se redresse et demande à mon maître vers où ce chemin le mènera s’il le pousse jusqu’au bout.

– Angola, a dit mon maître.

– Angola ? Like the African country. Angola Indiana.

– There is some hotel there ?

– There’s the Days Inn at the entrance to Angola.

p. 278

Il a redit combien ce coin du monde était le plus beau de toute l’Amérique du Nord. Avec une lenteur pénible, il a raconté les mêmes histoires, commençant par celles de notre ville, Angola, laquelle, bien que bâtie par des nègres venus d’Afrique, a aujourd’hui une économie florissante et un niveau de vie jalousés par toutes les villes des États-Unis.

p. 339

Les portes du bâtiment étaient ouvertes. Nous avons passé le seuil et nous nous sommes enfoncés dans la pénombre où nous avons trouvé un homme, au fond d’une vaste pièce ornée de fenêtres, affairé à l’arrière d’un comptoir. A ma vue, il s’est immobilisé. Nous ne voulions pas l’inquiéter davantage. Je me suis assis. L’homme au visage balafré s’est avancé vers lui. Sans faire de gestes brusques, il a posé une main à plat sur la surface vernie du comptoir et, de sa voix la plus calme, il a demandé s’il était bien, ici, au Mason-Dixon Line Bar.

– It was. The name was changed to Katrina’s Bar in 2005 after the hurricane, but everybody still calls it The Mason-Dixon Line.

– I am looking for a man, a Frenchman, his name is Humbert. He lives in this town and he often comes to this bar. Do you know him ?

p.  346

– Tu ne connais pas le nom de la rivière ?

– Je sais juste qu’en marchant vers l’ouest, je suis sorti de la forêt et je suis arrivé dans une petite ville qui s’appelle Thebes.

– C’est un peu plus au nord, sur le Mississippi. Ce serait plutôt un ruisseau, non ? Ta voiture doit être restée là.

– Sûrement.

– Quelle marque ?

– Oldsmobile 90, de couleur bleue.

A la recherche du nom

p. 338

Je suis d’une race sauvage, plus tard il me le dira : Tu es d’une race sauvage, un rejeton brut de la nature. Ce sera après qu’il m’aura donné mon nom, bien après qu’il m’aura appris ce qu’est un chien, ce qu’est un mot, ce qu’est le mot chien, qui me nomme et me désigne. Nous allons côte à côte à la surface de la terre. Sous la terre, il y a d’autres terres et derrière les noms, il y a d’autres noms. Cela aussi il me le dira.

p. 349

C’est comme un macabre jeu de piste qui se joue sur la terre d’Amérique où d’autres que moi, Indiens, colons, nordistes ou sudistes ont traversé les mêmes carnages et je commence seulement à le pressentir. Ce n’est pas fini parce que ça continue à hurler et ça semble m’appeler de plus en plus, ça semble me nommer par mon propre nom.

p. 351

Quand on me demandait mon nom, je répondais Humbert. Un bear. Un ours. On s’est mis à m’appeler Mr. One Bear. Ca m’allait bien. Je suis devenu Rolland One Bear Humbert. C’est un baptême qui a scellé mon exil.

p. 357

Alors donne lui son nom, et Humbert s’est mis à parler de la mort, cette ligne où tout s’efface, et de la guerre, cette ligne où tout se déchire. Il a parlé des lignes poreuses qui séparent les humains des bêtes et des lignes qui sillonnent les visages des vivants. Il a parlé des lignes qui nous font et nous défont, rides, traits, limites, frontières, démarcations. Il a parlé des lignes qui nous sauvent, conductrices, électriques, musicales, et il a parlé de celles qui nous manquent, ces lignes blanches disparues au tracés de nos routes, ces lignes invisibles à nos âmes égarées au fond de leurs labyrinthes. Il a parlé des lignes verticales au bout desquelles se sont pendues tant et tant d’Ariane sans plus de Thésée à sauver ni de Minotaure à abattre, il a parlé des lignes de vie au creux de nos paumes, il a parlé des lignes sans encre pour s’inscrire sur le papier des mémoires puis, avec le passage interminable du train convoyant ses voitures, il s’est mis à hurler : et je voudrais aussi te parler de la ligne que tu portes sur ta figure, cette balafre qui sépare ton visage comme celle qui, ici même, il y a plus d’un siècle, a séparé ce pays entre le nord et le sud, faisant couler le sang de toute une jeunesse, et puisque la bar où l’on s’est rencontrés portait le nom de cette ligne de démarcation, je donne à ton chien le nom de Mason-Dixon Line, il faudra que ton cœur bondisse hors de ta poitrine ! Promets-le-moi !

p. 360

Tu es un chien, de la race des loups. Chien est un mot, c’est le mot qui te désigne. Je suis un homme de la race des humains. Homme est un mot, c’est le mot qui me désigne. Homme et chien nous allons côte à côte à la surface de la terre. Mais dans un homme qui marche il y a d’autres hommes qui marchent et sous la terre il y a d’autres terres et derrière les noms de pays il y a d’autres pays. Il importe que tu le saches.

p. 423

– Debch est le nom de votre famille adoptive, n’est-ce pas ?

– Oui je n’ai aucun moyen de connaître mon vrai nom.

– Qui vous a prénommé Wahhch ?

– Mon père adoptif.

– Vous savez ce qu’il signifie ?

– Oui. Féroce ?

– Si on veut. Wahhch signifie plutôt Monstrueux. C’est un prénom d’autant plus étrange que Debch signifie Brutal … Vous le savoiez ?

– Je n’y avais jamais pensé.

– Debch est peut-être un dérivé de Debs qui, au contraire, signifie doux, sucré, puisqu’il désigne le jus du caroubier. Au Liban, Debs est un nom très fréquent parmi la communauté chrétienne, alors que Debch est très rare. Personne ne s’appelle ainsi, au Liban du moins.

– C’est peut-être un surnom, a dit Jean.

Wahhch n’a pas répondu. Une ombre a voilé son front, altérant son visage. Son regard s’est défait.

– Je ne sais pas, je ne saurais pas vous dire.

– Vous devez aussi ignorer votre date de naissance, non ?

– En effet, la date inscrite sur mon passeport est fictive. Officiellement, je suis né le 9 février 1977.

– Pourquoi cette date ?

– C’est la fête de saint Maron, patron de mon père.

– Comment s’appelle-t-il ?

– Maroun, il m’a donné la date de sa fête.

– Vous êtes donc un chrétien maronite d’adoption.

p.  462

– Il a pris le garçon et il s’est enfui.

– … Comment il s’appelait ? … Son frère Issâm, sa sœur Hala, mais lui… le garçon… le fils de l’homme… Comment il s’appelait… ?

– Ma ba’rif.

– Il ne sait pas.

– M ba’rif la enno ma hhadann ‘ayyattlo, ma hhadann sammé.

– Le garçon, on ne connaît pas son nom parce que personne ne l’a appelé par son nom.

p. 476

Il n’a pas cherché à me faire parler non plus, il m’a simplement demandé si je savais qu’il existait, au sud du Nouveau-Mexique, un petit village qui s’appelle Animas et m’a dit qu’il serait heureux si je venais l’y retrouver dans les prochains jours. (…). Dans ces circonstances, un coup de fil du Nouveau-Mexique de la part d’un plus désespéré que moi, pour aller le retrouver dans un village improbable, au nom tout aussi improbable, pouvait correspondre assez bien à mon état, sinon à mes aspirations.

p. 492

Malgré la mise à mort d’un homme, je ressentais la joie d’avoir vu de mes propres yeux un animal de fiction, d’avoir eu le privilège de croiser le regard de Mason-Dixon Line dont j’écris ici le nom en tremblant, comme si je posais là un geste sacrilège.

p. 493-494

Pour quelle autre raison, sinon, m’aurait-il demandé d’aller le retrouver à Animas ? Pour quelle autre raison, sinon, m’aurait-il demandé d’être témoin du châtiment qu’il avait réservé à celui qui avait tué ses parents, effaçant à jamais son nom et son prénom de la mémoire des hommes ? (…)

Il m’a confirmé qu’un homme, une jeune fille et un chien aux dimensions hors du commun avaient été aperçus dans la ville de Whitehorse. Plus tard, un employé de la station de Pelly Crossing, au nord du 60e parallèle, leur a fait un plein d’essence. Quelqu’un croit les avoir vus passer par Eagles Plains où ils auraient dormi, puis leurs traces se perdent du côté de Fort McPherson. A la frontière des Territoires du Nord-Ouest, par delà le 67e parallèle.

J’ai vérifié sur une carte, Je les ai imaginés tous les trois monter encore plus haut, pour arriver à Inuvik, attendre la glaciation, avant de poursuivre le long des chenaux gelés, vers Tuktoyaktuk, dans la baie de Kugmallit, ouverte sur la mer de Beaufort et le grand océan Arctique.

Que jetteront-ils dans le tumulte des vagues ? Que voudront-ils confier aux abysses ? Quelle douleur ? Quel chagrin ? Il existe, tout au fond des mers, des pissons monstrueux doués de parole, gardien d’une langue ancienne, oubliée, parlée jadis par les humains et par les bêtes aux rivages des paradis perdus.Qui osera jamais plonger pour les rejoindre et apprendre auprès d’eux à reparler et à déchiffrer ce langage ? Quel animal ? Quel homme ? Quelle femme ? Quel être ? Celui-là, s’il remontait à la surface, aurait à l’intérieur de sa bouche bleuie par le froid les fragments d’une langue disparue dont nous cherchons inlassablement et depuis toujours l’alphabet. Nous réapprendrions à parler. Nous inventerions des mots nouveaux. Wahhch retrouverait son nom. Tout ne serait pas perdu.

 

Au Québec, un plaidoyer pour l’inventivité toponymique

Il y a quelques jours, le quotidien montréalais Le Devoir publiait un dossier consacré à la pratique toponymique. À travers quatre articles signés Fabien Deglise et Christian Rioux, c’est un état des lieux des méthodes utilisées au Québec – et de leurs limites – qui est proposé.

Dans « Des toponymes à longue portée« , c’est la question des imaginaires toponymiques et des mémoires qu’ils véhiculent qui est soulevée. Valoriser tel ou tel corpus en dit long sur la volonté d’honorer une histoire ou une conception du territoire donnée.

Cette réflexion se prolonge dans « 101, rue de l’Amnésie collective« , dans lequel les géographes Caroline Desbiens et Rachel Bouvet attribuent aux nécessaires consensus politiques la faible inventivité des toponymes, et leurs hommages historiques timides.

Dans « Plein de vides toponymies à combler« , on aborde la question des corpus sous-valorisés, en rappelant notamment combien au Québec (comme ailleurs et déjà évoqué à plusieurs reprises ici ou là sur le blog), les femmes sont sous-représentées dans le paysage toponymique. Idem pour certaines disciplines, notamment artistiques.

« La France, championne de la toponymie » rappelle combien l’Hexagone se fait remarquer pour les débats nourris et parfois houleux suscités par certaines dénominations, preuve de la résonance éminemment idéologique de certains choix portés par les autorités locales.

Ces contributions ont la petite originalité d’oser proposer un plaidoyer pour l’inventivité toponymique. Dans un article-bilan publié encore plus récemment, les journalistes présentent un échantillon de réactions de lecteurs, avec autant de suggestions de corpus à honorer.

Par ce nouveau dossier sont réaffirmés de manière très stimulante le vif intérêt des Québécois pour la toponymie, et l’application des institutions de la Belle Province à porter sur la place publique l’enjeu toponymique. Rappelons en effet que la Commission nationale de toponymie du Québec récompense chaque année ses toponymes les plus originaux (« Coups de cœur« ), et qu’elle a lancé au printemps 2015 un dispositif participatif original permettant aux citoyens de faire leurs propres propositions en matière de noms sur les lieux qui n’en possèdent pas encore (la nouvelle place de la ville de Québec avait déjà fait l’objet d’une grande opération participative). Un moyen de valoriser une plus grande diversité de mémoires et de patrimoines. Un moyen de limiter aussi l’uniformisation des paysages toponymiques régulièrement constatée.

Crédit photo : VegaSpica, 2012.

La toponymie politique entre soft et hard power

La nomination des lieux (place naming) a toujours une dimension politique par le biais de la sélection ou de la hiérarchisation qu’elle opère dans la commémoration et la mise en scène des mémoires et références collectives ou communautaires. Elle a aussi une dimension géopolitique lorsqu’elle promeut certaines représentations territoriales et/ou place certains espaces ou lieux en position dominante ou centrale.
Hors des périodes de conquête, de lutte pour l’indépendance ou encore de révolution, il s’agit de processus actifs mais qui relèvent plutôt du soft power, dans le sens où il s’agit d’affirmer un positionnement relatif dans le cadre de recompositions territoriales et/ou mémorielles avec recherche de compromis.
Un certain nombre d’initiatives sont cependant là pour nous rappeler que la toponymie peut aussi et toujours relever du hard power en venant appuyer des revendications territoriales contradictoires et hégémoniques ou en venant contester la politique d’un Etat ennemi ou rival. Ainsi trois initiatives récentes peuvent être mentionnées.
La première met en scène le jeu de représentations et revendications contradictoires à Jerusalem et en Cisjordanie dans le cadre du conflit Israélo-palestinien et plus généralement de l’opposition d’un certain nombre de pays à la politique d’Israël en matière de gestion des sites patrimoniaux controversés dans les Territoires occupés. Il s’agit d’une motion déposée par plusieurs pays arabes et votée par le Conseil exécutif de l’Unesco. La version initiale de cette motion faisait référence à un certain nombre de sites et de lieux en les nommant exclusivement avec leur dénomination arabe et en rappelant leur localisation entière ou partielle dans les Territoires occupés. Dans la version finale adoptée notamment par la France, certains noms sont doubles tandis que d’autres restent conformes à la seule dénomination arabe, notamment l’esplanade des Mosquées nommée dans le texte « mosquée al-Aqsa/al-Haram al-Sharif (…) étendue à ses accès » dont « La Rampe des Maghrébins » et la « Porte al-Rahma », ceci en vertu de la situation prévalant à partir de 1967 et jusqu’en 2000 qui déléguait l’autorité exclusive sur le site au Département des affaires religieuses (Waqf) de Jordanie. L’interprétation faite par le gouvernement israélien de l’adoption de cette motion est très critique car d’une part, la dénomination de Mont du Temple n’est pas retenue pour l’esplanade des Mosquées pour la raison évoquée ci-dessus, et d’autre part la mention de la position totalement ou partiellement en Territoire occupé pour les sites qui disposent dans la version finale d’une double appellation ( « Place Al Buraq « place du Mur occidental» » ; « Sites palestiniens d’Al-Haram Al-Ibrahimi/ Tombeau des Patriarches à Al-Khalil/Hébron et mosquée Bilal Bin Rabah/Tombe de Rachel à Bethléem »), est considérée comme une négation de leur caractère juif. On voit que dans les deux cas, c’est en fait le rappel de la situation en terme de droit international et de souveraineté qui est interprétée par le gouvernement israélien comme une tentative de négation du caractère historiquement (mais pas exclusivement) juif des sites qui font l’objet de la motion. Pour l’analyse du contenu de cette motion et des réactions qu’elle suscite nous renvoyons à son texte final en français et à l’analyse qu’en fait Guillaume Weill Reynal sur le site de Mediapart.
Les deux autres initiatives récentes sont peut être plus anecdotiques mais impliquent tout de même des grandes puissances mondiales et régionales. Elles relèvent d’un tentative de condamnation symbolique internationale de régimes étrangers vis a vis du traitement d’opposants. Le premier cas décelé avec sagacité et signalé par Sophie D. concerne la proposition faite en février 2016 par le Sénat américain (avec, rappelons le,  une majorité d’opposition républicaine) à l’initiative du candidat à l’investiture républicaine Ted Cruz, de renommer une rue de Washington DC du nom du dissident chinois emprisonné et prix Nobel de la Paix 2010 : Liu Xiaobo. La présidence des Etats-Unis y a bien entendu mis son véto car il ne s’agissait pas de n’importe quelle rue, mais de celle où se trouve l’ambassade de Chine. Entre grandes puissances rivales, cette guerre toponymique aurait pu devenir une pomme de discorde particulièrement lourde de conséquences avec comme risque évident un retrait de l’ambassadeur et une crise diplomatique.
Une initiative du même type est allée jusqu’au bout de ses conséquences en janvier 2016 à Téhéran lorsque les autorités iraniennes (ici le Tehran Islamic City Council) ont décidé de renommer la rue (Boustan Street) dans laquelle se trouvait l’ambassade d’Arabie Saoudite en «  Nimr Baqir al-Nimr »  du nom d’un fameux Imam chiite opposant au régime saoudien et exécuté la veille à Ryad. La grave crise entre ces deux puissances régionales rivales trouvait là un terrain d’expression symbolique et géopolitique tandis que les relations déjà très tendues se détérioraient gravement avec pour conséquence immédiate la fermeture de l’ambassade d’Arabie Saoudite, par ailleurs attaquée, et le retrait de ses services qui n’auront donc pas eu à subir leur nouvelle adresse.
Cette technique politique toponymique de modification de l’adresse d’une représentation diplomatique à l’étranger pour condamner le traitement réservé à un opposant, n’est pas nouvelle. Un intéressant article au sujet de l’initiative iranienne en profite pour recenser d’autres initiatives du même type. On peut ajouter les précédents relatifs au sort de Nelson Mandela, alors emprisonné, dans le cadre de la lutte contre le régime d’apartheid, c’est ainsi que fut nommé le  Nelson and Winnie Mandela Corner à Manhattan, non loin du siège de l’Onu, au croisement de la Second Av et de la 42 St, où se trouvait la mission sud-africaine.
Encore une illustration de la contribution de la toponymie aux questions géopolitiques comme scène et comme enjeux, à ranger entre hard et soft power, ce dernier si fondamental dans les relations internationales contemporaines.

La question de la sous-représentation des femmes dans le paysage toponymique de l’agglomération transfrontalière genevoise

La question de la sous-représentation des femmes dans les noms de rues (l’odonymie) fait l’objet de dénonciations régulières en Europe occidentale par les mouvements féministes et par les partis de gauche au niveau local. Des initiatives associatives, militantes et artistiques via des performances et journalistiques via des inventaires, viennent régulièrement souligner le déséquilibre existant et proposer des promotions toponymiques. Nous avons déjà consacré une note de recherche et un billet à cette question aux niveaux international et francophone.

A Genève, des inventaires mettant en évidence le déséquilibre sont apparues bien avant la vague italienne et française des années 2010 : dès 1972 pour Genève dans la presse féministe, et à nouveau en 2009 dans un blog de la Tribune de Genève. En Suisse romande, des performances artistiques et politiques sont également à noter en 2008 à Fribourg et en 2011 à Lausanne, et plus récemment encore à Genève. Enfin, et peut être surtout, le Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme du Canton de Genève a réalisé en 2005 un remarquable travail de documentation de la question du déséquilibre et de propositions positives pour aller dans le sens d’un rééquilibrage dans la nomination d’après des personnalités. Ceci en respectant l’esprit et la lettre de la législation en la matière et en proposant un inventaire de personnalités féminines correspondant aux profils des personnes pouvant s’inscrire dans la nomenclature des noms géographiques. Liste qui peut donc apparaître prioritaire pour les nominations à venir dans le canton. On voit là une tendance à traiter la question sur un mode constructif qui se traduit également dans le traitement positif par la presse qui met en valeur les initiatives de renomination qui vont dans le sens d’un rééquilibrage et d’une promotion féminine. Ainsi cet article du Temps de 2010, intitulé « Petit à petit les femmes se font un nom dans les rues suisses ».

Cependant ces initiatives se heurtent désormais à une autre dynamique qui est celle de la limitation et de l’encadrement strict des recours aux noms de personnes en Suisse et à Genève. Ceci pour éviter toute récupération politique et toute polémique ou controverse, mais en contradiction avec la politique de rééquilibrage de genre voulue par la ville de Genève et préparée par le service pour la promotion de l’égalité du canton. Il semblerait, comme un article de la Tribune de Genève le suggère, que ce soit justement la polémique autour de la promotion d’une figure féminine à Genève, la docteure Gabrielle Perret-Gentil pionnière de l’avortement qui ait motivé de nouvelles restrictions dans l’usage de noms de personnes dans la toponymie, comme le passage à 10 ans de la période post mortem pour qu’une personnalité puisse être promue dans la nomenclature genevoise, tandis qu’ailleurs le héros national bien vivant qu’est Roger Federer peut être honoré. On voit donc que la voie suisse de la promotion positive et consensuelle articulée à un respect de la doctrine toponymique d’ensemble semble se heurter à des contradictions, notamment à Genève.

C’est dans ce cadre qu’en février 2016, un groupe d’élu-es des Verts relayé par la presse locale interpelle le Grand conseil, ceci après que des élues du même parti en aient fait de même au conseil communal de Lausanne. L’exécutif genevois se contente alors de rappeler sa politique modeste d’évitement des noms de personnalités à connotation politique et de promotion de références strictement locales et patrimoniale, empruntée à la microtoponymie historique : « Il y a eu une polémique sur le vœu d’une commune d’honorer un homme dont on peinait à comprendre en quoi il avait marqué l’histoire du canton, de sa commune ou même de son quartier ou de son métier. Nous favorisons désormais les noms de lieux-dits ou évocateurs des anciennes activités d’un site, témoignant de l’histoire genevoise.» (François Longchamp à la Tribune de Genève le 7 mars 2016.)

Au sein de l’agglomération transfrontalière, la question se pose également côté français où les choix toponymiques relèvent du niveau municipal et sont moins encadrés par une doctrine restrictive. Si du côté de l’Ain la question est ignorée, en revanche à Annemasse, la prise de conscience se traduit par l’annonce d’une politique volontariste de la mairie et par des actions concrètes via la nomination de rues récentes en Lucie Aubrac (figure d’engagement héroïque dans la Résistance au niveau national) et Simone Signoret (figure de la vie culturelle nationale),  et via celle d’équipements publics d’après des figures féminines toujours de niveau national et associées classiquement à la cause féministe : Camille Claudel et Olympes de Gouges.

L’agglomération transfrontalière semble ainsi un bon observatoire des tendances, mobilisations et pratiques en matière de toponymie politique de genre.

Trois contributions à une géographie de l’odonymie française

Mathieu Garnier et Etienne Quiqueré, du magazine en ligne Slate, ont tout récemment publié plusieurs articles traitant des choix toponymiques français en matière de rues nommées d’après des personnalités historiques.

Les contributions ont le mérite de correspondre au traitement exhaustif d’une base nationale d’odonymes, la base FANTOIR (Fichier Annuaire Topographique Initialisé Réduit), mis à disposition du grand public par l’Etat depuis quelques mois. L’intérêt de ces articles est aussi de présenter des résultats de façon attractive par le biais de cartographies et graphiques explicites, qui actualisent l’aperçu du paysage odonymique français.

À ce jour, trois articles sont disponibles :

    • Le premier, « Ces 200 personnalités sont les stars des rues françaises », nous rappelle que le général de Gaulle est bien le leader de l’odonymie hexagonale tous types de voies confondues, avec ses 3903 occurrences (plus d’une commune sur 10, donc), devant Pasteur (qui est le numéro un des rues), Hugo (en tête dans les impasses (!)), Jaurès et Jean Moulin. La première femme est… Notre-Dame (1157 occurrences), devant Marie Curie et Jeanne d’Arc. On y apprend aussi que les écrivains dominent les responsables politiques et militaires.
    • Dans « Comment nos noms de rues se féminisent et s’internationalisent (lentement) », on (re)prend conscience si besoin était, du fossé important qui demeure dans les dénominations de rues entre femmes et hommes, et du fort franco-centrisme des choix toponymiques. L’article met notamment en évidence la sur-représentation des figures féminines religieuses et … aériennes, mais aussi un réel processus d’ouverture au monde via des figures contemporaines consacrées comme Nelson Mandela ou Martin Luther King.
    • Enfin, avec « Quelle personnalité a le plus de rues à son nom dans votre département ? », les auteurs croisent un nouveau champ et esquissent une petite géographie des influences politiques des noms de l’Histoire de France. De Gaulle domine nettement dans les départements de l’Ouest et du Nord, mais quelques particularismes locaux sont mis en évidence (Napoléon en Corse, George Sand dans son Berry d’adoption, Frédéric Mistral en Provence, Jaurès dans son fief midi-pyrénéen mais aussi dans la banlieue rouge parisienne…).

Le champ des possibles de l’interprétation toponymique est indubitablement élargi par la mise à disposition de toutes ces données. D’autres études devront être menées.

Crédit : Garnier/Quiqueré, 2016.

Le voeu de la mairie d’Ajaccio pour une corsisation des toponymes

Corse Matin publie ce lundi 25 avril un article revenant sur les nouvelles priorités avouées par la mairie d’Ajaccio en matière de choix toponymiques. La signature d’une convention entre la municipalité et la fédération du BTP doit inciter les constructeurs à opter pour des noms valorisant le patrimoine linguistique corse, dans une cité impériale cherchant à affirmer sa corsitude. Une nouvelle preuve de la porosité du politique avec les noms de la promotion immobilière, et de l’utilisation de ce patrimoine culturel à des fins stratégiques.

Cg3i-dQW0AAzhvc.jpg-large

 

Le 1er avril toponymique de la RATP

Chaque 1er avril, il est de coutume pour les médias variablement inspirés de proposer leur lot de fausses informations humoristiques. Certaines entreprises se permettent aussi de se lancer dans la blague. Cette année, la RATP a frappé un grand coup – toponymique – en remplaçant certaines plaques de treize des stations de métro de Paris1.

Si le procédé demeure assez classique dans son énonciation (une annonce en forme de communiqué officiel sur le site de l’entreprise, se terminant par une pirouette ne laissant plus de doute sur le sérieux de la modification toponymique), il est plus original dans sa mise en œuvre pratique : dans la nuit du 31 mars au 1er avril, les véritables plaques ont été masquées et momentanément recouvertes par de nouvelles appellations reproduisant parfaitement la charte graphique des transports franciliens.

Original, cet « auto-happening » l’est également dans les récupérations qu’il fait. La RATP semble signer en fin de compte un double pastiche. D’une part en travestissant elle-même ses propres plaques, elle propose ce qu’on ne peut s’empêcher de voir comme un renvoi aux groupes activistes dont la critique vise le conservatisme du paysage toponymique urbain et se matérialise dans le barbouillage régulier des plaques officielles – dont celles du métro, cible notoire2 – pour y placer des noms jugés plus représentatifs de la diversité de la société contemporaine (femmes, minorités ethniques). Profitant de l’atmosphère légère du 1er avril, la RATP pratique-t-elle l’auto-dérision, premier pas vers l’auto-critique ?

Par ailleurs, la RATP réalise à notre sens une véritable parodie de marketing territorial, au sens où dans un haut lieu de la publicité urbaine fortement convoité par les collectivités pour y déclamer leurs messages touristiques, elle réinvestit le matériau classique de l’énonciation de discours politique – le panneau –, et – c’est une hypothèse que nous proposons – singe gentiment l’argumentaire un brin galvaudé et stéréotypé des acteurs publics justifiant tel ou tel autre baptême toponymique, là en convoquant une chanson de Bourvil comme référence, ici en associant « ville intelligente » et télégraphe, ou encore en rendant hommage aux Alpes après 80 ans de « Pyrénées ».

Faisant notamment écho aux récupérations artistiques menées par Janol Apin dans les couloirs du même métro, cette initiative, qui n’en demeure pas moins commerciale, réaffirme aussi le jeu comme un des leviers de l’action des groupes publics comme privés, stratégies dans lesquelles la toponymie, parce qu’elle est un élément du quotidien fédérateur, est un support de plus en plus récurrent, dans des acceptions plutôt humoristiques3 mais parfois très sérieuses4.

Crédit photo : RATP.

  1. Le succès médiatique a été important avec une couverture de l’information par la plupart des quotidiens et des articles bien placés dans le classement des consultations en ligne. []
  2. Le collectif FémiCité s’est particulièrement fait remarquer dans son maquillage des plaques de rue et sa critique de l’hypertrophie masculine des stations de métro. Citons aussi le plan de métro féminisé de l’artiste Silvia Radelli. []
  3. On peut citer le concours de jeu de mots sur les gares du Transilien, le jeu-concours sur les stations TCL à Lyon, ou encore celui sur les communes ardéchoises, et dans un autre registre la pub de Voyages SNCF et sa traduction phonétique et décalée des villes-monde sur des parodies de panneaux indicateurs français []
  4. Dans ce cas on peut penser aux expériences participatives de dénomination de lieux comme les stations du nouveau tram de Brest ou les rues du quartier Hautepierre à Strasbourg []

Un état des lieux des noms de la fusion des communes en Suisse

Pour un projet de recherche sur la toponymie des fusions de communes en Suisse

Par le Groupe Metronom
Auteur principal de la note : Lucas Destrem

Mix et Remix, 2010.
Mix et Remix, 2010.

Dans le cadre d’une réflexion critique en toponymie, l’intérêt porté aux noms émergents est central. Cette production contemporaine et permanente, « néo-toponymie » par excellence, procède entre autres de phénomènes tels que la métropolisation et son corollaire, la périurbanisation, ou encore des différents projets de redécoupages territoriaux, matrices efficaces d’une toponymie inédite. Des phénomènes qui avaient notamment fait l’objet en 2010 du cycle de conférences Recomposer/redécouper les territoires, oui mais pourquoi ? à l’Université de Genève1, et avant cela d’un numéro entier de L’Espace politique en 20082, dont l’introduction proposée par F. Giraut et M. Houssay-Holzschuch signifiait un intérêt notoire pour « la toponymie relative à ce que les […] francophones [appellent] l’affirmation des “territoires de projet” qui participent de la complexité territoriale contemporaine et des restructurations en cours (Giraut & Vanier, 1999 ; MacLeod & Jones, 2007). » Parmi ces refontes territoriales, la fusion des communes est un processus hautement signifiant en Suisse où il a pris une ampleur notoire. Les initiatives menant aux fusions mettent en mouvement les entités communales, donc de fait leurs noms et en-deçà et au-delà l’ensemble des représentations, discours, pratiques et projets qui les sous-tendent.

Le processus de fusion des communes, par son ampleur et son actualité, suscite l’attention des chercheurs en sciences sociales, a fortiori des géographes. Il est lui-même à l’origine de nouveaux discours et de représentations sur les territoires qu’il génère. En Suisse, ces fusions ont des motivations multiples, qui peuvent être financières (bénéficier d’une incitation cantonale), logistiques (faire face à des besoins de la population de plus en plus importants et exigeants), politiques au sens premier du terme (faire face au manque de vocations politiques locales). En dépit de quelques controverses, et de tendances aléatoires selon les cantons, ces fusions se sont multipliées depuis les années 1990, s’inscrivant dans une véritable dynamique à l’échelle confédérale34, nous allons y revenir. Étudiant principalement le cas de l’Arc jurassien, P.-A. Rumley (2010) relève trois contextes spécifiquement favorables à la fusion : difficultés de fonctionnement politique des petites communes, efficacité de collaborations intercommunales antérieures et donc motivantes, raisons fiscales.

Parmi les enjeux que posent les fusions, celui de la toponymie est central : il faut faire des choix concernant les noms des entités fusionnées et de celles qui émanent de ces regroupements. Cette problématique est peu étudiée et peu évoquée, y compris par les détracteurs de la fusion5, en comparaison des multiples études qui ont été réalisées concernant l’impact des fusions en termes d’efficacité des politiques, de revitalisation du vivier des élus, ou d’optimisation des ressources, et qui de ce fait les réclament (Dafflon, 1998 ; Rumley, op. cit. ; Association Métropole Suisse6 ). En Suisse, pays qui s’est fait une spécialité dans l’application à légiférer sur les toponymes (Egger, 2015), les cantons ont établi plusieurs recommandations sur le choix des noms communaux – nous y reviendrons –, mais quoi qu’il arrive cela n’a pas de valeur obligatoire, le nom de commune demeurant compétence communale libre, dans le cadre de la loi fédérale.

Pourtant, la toponymie interroge bien au-delà de l’esthétisme du nom. Les implications sont certes technico-pratiques (un nom mémorisable, cohérent, collectivement accepté), mais sont aussi largement d’ordre identitaire, culturel, idéologique, questionnant le rôle même du nom de la commune. Il s’agit de s’intéresser aux motifs et modalités du maintien de tel nom, de l’abandon de tel autre, de la sélection du nom de la commune ainsi façonnée. Doit-il honorer le patrimoine historique ou un élément de conception contemporaine ? Doit-il faciliter le repérage de la nouvelle commune et sa visibilité au sein de territoires en pleine recomposition économique ? Jusqu’où pousser la démarche de re-création toponymique ? Comment parvenir à une acceptation générale du nouveau toponyme ? Qui décide du nom et pourquoi ? Qu’est-ce que ces débats disent des rapports entre communes amenées à fusionner (notamment la relation centre-périphérie) ?

La Suisse, où s’observe entre autres une tension-relation notoire entre des territoires urbains dynamiques s’affirmant sur la scène internationale (Genève, Zürich, Lausanne notamment), et des zones de montagne partagées entre un idéal rural pluriséculaire et une mise en tourisme importante, est un terrain particulièrement propice à l’étude des enjeux politiques et culturels posés par les toponymes, à l’aune des recompositions des territoires de la post-modernité.

Le département de géographie de l’Université de Genève prépare actuellement une réflexion poussée sur la toponymie des fusions de communes. Un inventaire des fusions depuis le XIXe siècle a d’ores et déjà été réalisé ; il figure une première pierre dans la construction d’un véritable panorama critique des productions toponymiques. Est ici présenté un aperçu des premières investigations et des tendances qui peuvent déjà être identifiées.

En Suisse, on compte en date du 1er janvier 2016, près de 500 expériences de fusions depuis le début du XIXe siècle. La quasi-totalité des fusions correspond au regroupement d’entités communales entre elles, mais quatre font référence à des démembrements de communes entre plusieurs autres communes.

Quelques tendances générales sont présentées ci-après. Il s’agit avant toute chose d’élaborer un tableau général des processus de fusions.

Tableau général des fusions en Suisse

Répartition temporelle des fusions

Les initiatives de fusions en Suisse par période (1/2), L. D. 2016.
TABLEAU 1. Les initiatives de fusions en Suisse par période (1/2). (L. D., 2016)
Les initiatives de fusions en Suisse par période (2/2), L. D. 2016.
TABLEAU 2. Les initiatives de fusions en Suisse par période (2/2). (L. D., 2016)
Fusions par période chrono
GRAPHIQUE 1. Chronologie des fusions de communes en Suisse (1/2). (L.D., 2016)
Fusions par période 2 chrono
GRAPHIQUE 2. Chronologie des fusions de communes en Suisse (2/2). (L.D:, 2016)

On remarque que ces fusions sont en grande majorité très récentes ; plus de la moitié (57,6 %) a eu lieu durant les deux dernières décennies, et plus de 35 % de l’ensemble des fusions se concentre même sur les dix dernières années – et plus précisément depuis le pic de 2004 et ses 28 fusions – avec un record pour l’année 2013 (34 fusions), suivie de près par 2009 (32 fusions). Les différents dispositifs incitatifs mis en place par les cantons ne sont pas pour rien dans l’accroissement de ces démarches (notamment Fribourg7 ou Vaud8 en Romandie, mais aussi dans plusieurs cantons alémaniques répertoriés par le canton de Berne9 ).

Le processus est quoi qu’il en soit plutôt tardif par rapport à la majeure partie des pays européens (la dynamique suisse a longtemps suivi celle des pays latins, peu motivés sur le sujet, comme la France ou l’Italie, et contrairement à l’Allemagne, aux Pays-Bas ou à l’Autriche), ce que W. Haug, M. Schuler et D. Ullmann expliquent par un « ancrage identitaire » et une « participation démocratique […] encore trop forts » et des « mesures de péréquation et de coopération intercommunale trop développés » (2002).

© Office fédéral de la statistique, Neuchâtel 2002 Source: Schuler Martin, Régionalisation et urbanisation: des concepts convergents, Lausanne, 1999
GRAPHIQUE 3. © Office fédéral de la statistique, Neuchâtel 2002 Source: Schuler Martin, Régionalisation et urbanisation: des concepts convergents, Lausanne, 1999

Répartition géographique des fusions

> Par canton :

Répartition des initiatives de fusions par canton suisse, L.D. 2016.
TABLEAU 3. Répartition des initiatives de fusions par canton suisse. (L.D., 2016)
L'évolution du nombre de communes par canton entre 1850 et 2016, L.D. 2016.
TABLEAU 4. L’évolution du nombre de communes par canton entre 1850 et 2016. (L.D., 2016.

Note : le canton du Jura a été créé en 1979. Les communes de 1850 appartenaient donc au canton de Berne, mais pour faciliter la compréhension elles ont ici été considérées comme jurassiennes. De fait, le nombre de communes du canton de Berne en 1850 est amputé de ces mêmes 84 communes.

Seuls deux cantons voient le nombre de leurs communes augmenter entre les deux dates : Bâle-Campagne et Genève. A contrario, quatre cantons ont diminué leur nombre de communes de plus de moitié. Et ce en dépit d’inflations communales encore régulières jusqu’au début du XXe siècle.

L.D., 2016.
GRAPHIQUE 4. La répartition des fusions par canton (14 principaux cantons, comptant au moins 10 initiatives de fusions dans leur histoire). (L.D., 2016)

Le canton de Fribourg arrive assez nettement en tête des cantons suisses pour le nombre de fusions (82, soit plus de 16,5 % des fusions réalisées en Suisse).

Il est suivi des cantons de Thurgovie (64, soit 12,9 %), Berne (60, soit 12,1 %) et des Grisons (54, soit 10,9 %). En Suisse centrale, cinq cantons – de petite taille il est vrai – n’ont connu aucune fusion. Il faut dire qu’ils comptent chacun assez peu de communes, quand les cantons comptant beaucoup de communes sont davantage sujets aux fusions (Fribourg, Tessin, Thurgovie, Vaud…).

Ces tableaux ne peut suffire à la compréhension du phénomène. Il convient de raisonner en valeurs relatives.

Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l'histoire du canton d'Argovie correspond à 15,45 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). L.D., 2016.
TABLEAU 5. Taux de disparition de communes par rapport au nombre total de communes en 1850. Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l’histoire du canton d’Argovie correspond à 15,45 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). (L.D., 2016)

Note : le canton du Jura a été créé en 1979. Les communes de 1850 appartenaient donc au canton de Berne, mais pour faciliter la compréhension elles ont ici été considérées comme jurassiennes. De fait, le nombre de communes du canton de Berne en 1850 est amputé de ces mêmes 84 communes.

En rapportant le nombre et l’ampleur des fusions au nombre initial de communes par canton, ces chiffres nous permettent de dessiner une géographie plus fidèle des regroupements communaux, qui prenne davantage en compte les disparités de taille des différents cantons. Ainsi, en privilégiant le ratio de communes disparues après fusion par rapport au nombre de communes avant le début des fusions, ce calcul met en évidence la forte densité en fusions de certains petits cantons (Glaris, Appenzell-Rhodes-Intérieures, Schaffhouse).

A noter que le nombre de communes disparues ne correspond généralement pas à la différence entre communes de 1850 et communes de 2016, ceci s’expliquant par la création entre-temps de communes supplémentaires. Glaris, qui détient le taux le plus élevé, a ainsi connu 27 disparitions de communes dans son histoire, car le canton a compté jusqu’à 29 communes en 2003. Autre exemple, Neuchâtel a vu disparaître 38 communes (soit 52 % de son total de 1850). Le canton de Berne, bien que 3e au rang des cantons ayant le plus fusionné, a un taux de seulement 17,6 %, car nombre de ses fusions n’ont concerné que deux ou trois communes à la fois seulement (2,28 en moyenne, contre 2,93 à l’échelle nationale, cf. tableau n°11 ci-après).

Ainsi, on peut mettre en évidence combien le processus de fusion a une ampleur importante à Glaris, en dépit du faible nombre d’expériences de fusions. A contrario, cela relativise quelque peu l’ampleur spatiale du phénomène dans le canton de Berne (60 fusions), et dans une moindre mesure ceux d’Argovie ou Vaud, qui comptent chacun une trentaine de fusions.

ILLUSTRATION 1.
ILLUSTRATION 1. Répartition géographique par canton des initiatives de fusions. (L.D., 2016)

> Par grande région :

Fusions par région
TABLEAU 6. Répartition des initiatives de fusions par grande région suisse. (L.D., 2016)

En termes de grandes régions, le Mittelland et la Suisse orientale dominent nettement. Mais ces chiffres sont encore une fois à nuancer sur le plan démographique et spatial : le nombre des fusions n’est pas corrélé à la population concernée mais tient compte de considérations politiques et morphologiques (nombre de fusions concernent des communes très peu peuplées, c’est d’ailleurs souvent un principe somme toute assez logique). Ainsi, le Valais francophone ne rassemble que 8 des 29 fusions du canton, alors que seuls 27 % des Valaisans sont germanophones.

taux disparition communes par region
TABLEAU 7. Taux de disparition de communes par rapport au  nombre total de communes en 1850. Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l’histoire du Mittelland correspond à 29,18 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). (L.D., 2016)

Le tableau ci-dessus reprend les éléments d’analyse du tableau consacré aux cantons. Si les chiffres sont moins parlants du fait du regroupement des cantons, on retrouve tout de même la forte concentration en fusion des cantons ruraux orientaux, du Tessin et du plateau.

Fusions Suisse régions (2)
ILLUSTRATION 2. Répartition géographique par grande région des initiatives de fusions. (L.D., 2016)

Le décompte suivant permet de montrer que la part des fusions selon l’aire linguistique est plus ou moins en phase avec la part démographique de ces trois grands ensembles : la Romandie rassemble plus de 28 % des fusions pour un quart de la population nationale. La Suisse italienne est sur-représentée : plus de 10 % des fusions pour moins de 5 % de la population, soulignant combien le Tessin et les vallées italophones des Grisons, très découpées, ont soutenu activement les processus de regroupements. En raison de l’impossibilité de trouver la correspondance linguistique du découpage communal de 1850, nous avons en revanche renoncé à présenter un tableau des taux de disparitions communales.

> Par aire linguistique :

Fusions par langue
TABLEAU 8. Répartition des initiatives de fusions par grande aire linguistique. (L.D., 2016)

Note : la Suisse romanchophone a été incluse dans la Suisse alémanique.

fusion communes langue
GRAPHIQUE 5. (L.D., 2016)

Note : la population correspond au cercle intérieur.

Les zones romanchophones et francophones sont surreprésentées. Pour la première, le caractère éminemment rural des territoires concernés par les fusions l’explique. Pour la seconde, l’archi-domination de la partie romande du canton de Fribourg dans les expériences de fusion est une raison majeure.

Mise en relation temps/espace des fusions

Essayons de mettre en relation périodes et cantons. Dans un premier temps, nous avons découpé 9 périodes par tranches de vingt années pour tâcher de dégager des tendances, et les avons mises en relation avec les processus de fusions par canton. Dans les tableaux suivants (numéros 9 et 10), en jaune sont mis en avant les cantons les plus sujets aux fusions par période. Ainsi, entre autres constats, le canton de Berne se dégage, il est à quatre reprises le canton « le plus fusionné » de la séquence de vingt ans.

On remarque surtout une fois encore qu’un gros élan s’est produit depuis les années 1990 (comme le montre bien le deuxième tableau) : le canton des Grisons a produit 57 % de ses cinquante-quatre fusions en dix ans (2007-2016), phénomène similaire à Fribourg (50 % en dix ans), Vaud (63 %) ou même le Jura (90 %) ! 13 des 18 cantons ayant observé plus d’une fusion ont connu leur maximum de fusions ces 20 dernières années, et 12 d’entre eux ces dix dernières années. La fusion des communes est donc un processus éminemment contemporain, touchant de façon relativement indifférenciée les cantons suisses, et c’est de cette manière qu’il conviendra de considérer les toponymes produits. Cas original toutefois, le canton de Thurgovie qui entre 1993 et 2000 a réalisé 43 de ses 64 fusions, et n’en a plus produit aucune depuis lors. Là encore, l’analyse du contexte institutionnel pourra peut-être apporter des éclairages, même si les propos de M. Schuler (2015) laissent entendre que la logique a dans ce canton été poussée méthodiquement et collectivement jusqu’à un niveau de satisfaction général.

La récence et l’ampleur du phénomène font écho aux nombreux mouvements contemporains (depuis la fin du XXe siècle) de regroupements des structures territoriales et a fortiori communales en Europe. P.-A. Rumley se demande d’ailleurs pourquoi la Confédération n’encourage-t-elle pas encore davantage ces fusions, évoquant les pesanteurs du système de décision et parlant notamment d’une fusion genevoise « envisageable voire souhaitable ».

Les tableaux 9 et 10 soulignent donc encore une fois l’ampleur et la récence du phénomène, tout en pointant quelques particularismes locaux.

Fusions espace-temps
TABLEAU 9 / TABLEAU 10. Croisement des initiatives de fusions selon le canton et la période, avec zoom sur les séquences récentes, plus prolifiques. (L.D., 2016)

Note : cadres bleu et vert = maximum cantonal ; fond jaune = maximum par séquence.

communes supp par periode et canton
TABLEAU 11. Nombre de communes supprimées par période et par canton. Mode de lecture : dans le canton d’Argovie (AG), l’ensemble des 32 fusions successives a conduit à la suppression de 38 communes. Tous ces processus de fusion ont mis en jeu 71 communes (certaines étant redondantes, car pouvant participer à plusieurs fusions successives). En moyenne, la fusion-type en Argovie mobilise 2,22 communes, consacrant la disparition de 1,19 commune en moyenne. Sur la période 1957-1976, 51 communes ont disparu (5,32 % du total), à travers 42 processus de fusion, engageant au total 93 communes. En moyenne, la fusion-type sur cette période mobilise 2,21 communes, consacrant la disparition de 1,21 commune en moyenne. (L. D., 2016)

 

En complément des tableaux sur les « taux de disparition » de communes, qui ont déjà apporté de la nuance dans notre panorama général, ce dernier tableau (n°11) permet d’affiner encore le constat et de prendre une plus juste mesure de la temporalité de l’ampleur des fusions en insistant non plus sur le résultat du processus mais sur le nombre de communes qui disparaît successivement. En effet, le nombre d’expériences de fusions ne peut à lui seul exprimer l’ampleur du phénomène à l’échelle des cantons et de la Confédération. Il s’agit de s’intéresser au nombre de communes au sein des expériences de fusions.

Ainsi, la fusion qui a abouti en la création de la commune de Val-de-Ruz (NE) en 2013 a vu la disparition de 13 communes d’un coup (14 communes ont fusionné). Soit davantage de communes disparues dans ce canton qu’entre 1870 et 2009 en douze fusions successives. Ce tableau souligne ainsi combien les fusions à grand nombre de communes sont en augmentation (2,13 communes par fusion en moyenne avant 1857, 3,25 pour ces vingt dernières années – un record). Les cantons du Tessin, de Thurgovie et de Fribourg sont ceux qui ont le plus perdu de communes depuis le démarrage des fusions. Glaris (4,5 communes supprimées à chaque initiative de fusion en moyenne), Zurich (3,2) et le Tessin (3,07) suppriment en plus grand nombre à chaque fois. Berne, 3e dans le classement des cantons pour le nombre de fusions (cf. tableau n°3), n’est que 5e pour le nombre de communes fusionnées. Les lignes du bas nous donnent le nombre moyen de communes en jeu à chaque fusion et le nombre moyen de communes disparaissant à chaque fusion (idem par période sur les colonnes de droite, nous montrant bien que les fusions depuis quelques décennies engagent davantage de communes et des suppressions en plus grand nombre à chaque fois).

En conclusion :

  • Des fusions globalement récentes, qui se multiplient (valeur absolue), se répartissent (extension dans la grande majorité des cantons, sauf exceptions) et s’amplifient (nombre de communes associées), dans des formes variées : dans des secteurs urbains (Zurich, Argovie) ou ruraux (Glaris, Grisons), parfois à l’échelle d’agglomérations (Tessin) et de districts (arc jurassien).
  • Une surreprésentation dans certains cantons, en nombre de processus de fusions et/ou en densité (Mittelland, cantons sud-orientaux).
  • Quelques zones rétives (Genève, cantons centraux historiques).

L’ensemble de ces éléments de panorama doit pouvoir orienter les recherches concernant leur toponymie (comprendre le contexte institutionnel et linguistique, cibler les « bonnes » périodes dans la recherche de documentation, mettre les noms produits et effacés en perspective évolutive, historique, etc.)

La toponymie des fusions

Il convient enfin de cibler plus précisément les choix toponymiques produits, même si notre présentation se limitera pour l’heure à quelques hypothèses et des constats issus d’un panorama général.

Les noms de communes dans les textes officiels

Avant tout, que disent les institutions sur le sujet ?

La loi

Comme le rappelait sur ce blog F. Egger (2015), la Confédération, répondant en cela à la Constitution, a mis en œuvre une Loi sur la géoinformation dont l’article 7 établit que « le Conseil fédéral édicte des dispositions visant à coordonner les noms des communes, des localités et des rues. Il réglemente les autres noms géographiques, les compétences et la procédure ainsi que la prise en charge des coûts. »10. L’Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques (ONGéo) précise les règles élémentaires (nom et prononciation uniques à l’échelle de la Suisse). La tenue de la mensuration officielle (ce qu’on nomme les « noms géographiques ») demeure toutefois une compétence locale : ce sont les communes qui décident en premier lieu. Le canton (via la commission cantonale de nomenclature) et l’Etat (via l’Office fédéral de topographie, qui peut être saisi en procédure préalable) se contentent de donner successivement un avis et de valider, ou de refuser si et seulement si la législation portée par l’ONGéo n’est pas observée. Voilà pour le cadre légal.

Les recommandations nationales et cantonales

Au-delà de ce cadre à valeur obligatoire, des recommandations se répartissent de la manière suivante.

Pour l’État, par le biais des Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités du 20 janvier 201011, consignées par les offices fédéraux de topographie et de statistique, dont les différents reliefs concernent avant tout les abréviations autorisées et souhaitées ou la réitération de l’unicité des noms à l’échelle nationale. Le document délivre en outre des « possibilités […] envisageables pour le choix des nouveaux noms [de communes] » :

  • Utilisation d’un nom de commune préexistant (cas de figure majoritaire avec près de 64 % des fusions, que nous relions au type toponymique « Confirmation » dans notre étude ci-après),
  • Combinaison des noms de communes préexistants (types « Juxtaposition » et « Juxtaposition partielle », qui à eux deux concentrent 13 % des fusions),
  • Choix d’un nouveau nom de commune (le reste !), le document évoquant ici un exemple de « naturalisation » avec Val Müstair. Sans doute pour limiter les créations farfelues, le texte oriente les choix en rappelant que peuvent ici rentrer en ligne de compte « des noms géographiques de la mensuration […]

On voit bien qu’en s’interdisant de s’engager en faveur ou défaveur de l’une ou l’autre des orientations (principe fédéral oblige), la Confédération en légitime finalement la diversité et par conséquent laisse libre cours à de nombreuses possibilités. F. Egger le rappelle, « les règles de principe que [ces recommandations] contiennent restent relativement vagues alors que les règles relatives à l’orthographe sont précises et contraignantes » (id.).

Pour le canton, par une documentation aléatoire qui formalise les critères d’analyse de la Commission de nomenclature (mais rappelons-le, la Commission se contente d’étudier et avaliser les propositions des communes).

Prenons l’exemple du canton de Fribourg, dont voici une partie des préconisations12 :

  • Choisir de préférence pour nouveau nom celui de l’une des communes qui fusionnent,
  • Privilégier l’aspect culturel, historique et géographique,
    • Veiller à ce qu’un nom tiré de la géographie corresponde relativement bien au territoire de la nouvelle commune.
    • éventuellement s’inspirer du nom des anciennes paroisses dont la création est antérieure à celle des nouvelles communes.
  • Tenter d’obtenir des noms simples,
  • Éviterles doublons,
  • S’abstenir de créer un nom par la combinaison de syllabes empruntées aux noms des différentes communes qui fusionnent.
  • Examiner les incidences possibles sur le nom d’une nouvelle commune lors des études de fusions en cours dans les communes limitrophes et prendre éventuellement en considération une région.

Ces suggestions invitent à penser globalement les fusions, à les inscrire dans une histoire locale et à les conformer aux lois fédérales.

Dans le canton de Vaud, le Guide pour les fusions de communes 13 reprend les trois possibilités jugées envisageables par l’État :

  • Le nom de l’une des communes concernées s’impose.
  • Une combinaison des noms anciens (seulement dans le cas de la fusion de deux communes).
  • Un nouveau nom pour les communes qui fusionnent, dont :
    • Recours à un toponyme partagé par les communes concernées: lieu-dit commun, rivière, montagne, etc.
    • Recours à un nom emblématique (aux plans historique, religieux, culturel, etc.).
    • Recours à un nom de région (qui peut suivre un nom de commune, mais pas le précéder).

Et d’ajouter trois préconisations négatives :

  • il est préférable de ne pas recourir à un nom de fantaisie ni de nature touristico-commerciale.
  • on évitera aussi la composition d’une dénomination par l’accolement des premières syllabes des noms des communes concernées.
  • on tiendra également compte des règles en matière de protection des marques, des raisons de commerce, et de la personnalité.
Capture d'écran 2016-02-17 18.12.33
ILLUSTRATION 3. Du pays de Vaud au canton de Vaud, Département de l’intérieur, Service des communes et du logement, 2013.

Le document reconnaît que la quête d’un nouveau nom « apparaît dans nombre de cas comme la meilleure ou même la seule solution possible. Mais c’est aussi la plus difficile, surtout lors de la fusion de plusieurs communes ; il n’est en effet pas aisé de trouver une dénomination convenant à tous », le risque pouvant être de céder à la tentation d’un « nom « mode », un nom sans histoire, sans racine étymologique, apparaissant comme un jeu de mot plus que comme l’affirmation d’une véritable identité locale »14, supposant que le nom doit avant tout relayer une histoire. Posant d’intéressantes questions sur le rôle du nom dont une réflexion sur les enjeux politiques et culturels – donc sociaux – de la toponymie ne peut se passer. À ce sujet, notons une originalité particulièrement enthousiasmante pour des chercheurs en sciences sociales, dans les quelques questions aux nombreuses implications (démocratiques, économiques, culturelles…) que se pose le Canton de Vaud à lui-même et aux communes :

  • Souhaite-t-on une dénomination procédant des anciens noms ou un nom totalement nouveau ?
  • Souhaite-t-on que la population participe au choix de la nouvelle dénomination (ex: concours d’idées) ?
  • Souhaite-t-on ne former qu’une seule localité ou plusieurs ?

En somme, des libertés manifestes mais quelques tendances qui se recoupent, autour du rapport à l’histoire, au patrimoine, à l’environnement.

Dans les faits, quels choix sont effectués ?

Analyses du référent choisi

Nous avons essayé d’analyser la nature des référents choisis dans les noms des communes issues des fusions depuis le début du processus au XIXe siècle.

Explication des types :

type referent
TABLEAU 12. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi. (L.D., 2016)

Note : les référents peuvent être conjugués (type « Hybrides« ). Par exemple, La Brillaz (FR), répond à la fois au principe de naturalisation (nom d’une forêt) et de promotion (c’est un micro-toponyme infra-communal). Nesslau (SG), issue de Nesslau-Krumenau et de Stein, répond à la fois au principe de promotion (la section Nesslau devient nom de chef-lieu) et confirmation, car Nesslau apparaissait déjà dans le toponyme communal.

Dans près de 64 % des cas, le référent du nom de commune issue de la fusion procède d’une confirmation d’un toponyme communal antérieur (on parle dans ces cas-là de fusion d’absorption, où le nom sous-tend une hiérarchie). Si l’on y ajoute les noms issus d’une juxtaposition de noms de communes antérieures (12,02 % + 1,0 %) et ceux de l’unification de deux noms renvoyant au même village (4,01 %), on obtient l’ensemble des noms issus de fusions reprenant explicitement le(s) nom(s) de communes dont l’indépendance administrative a disparu avec la fusion, soit environ 81 %. De fait, moins d’un toponyme sur cinq est un toponyme communal véritablement nouveau.

type referent et periode
TABLEAU 13. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi, par période. (L.D., 2016)

Le tableau n°13 nous montre que les fusions les plus récentes, en plus de se multiplier, se caractérisent par une diversification des référents toponymiques (création de mots nouveaux, promotion croissante des lieux-dits infra-communaux…).

Les trois tableaux suivants (numéros 14, 15, 16) s’efforcent de mettre en relation les référents avec le contexte géographique et temporel de leur attribution.

type referent et canton
TABLEAU 14. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi, par canton. (L.D., 2016)
fusions selon typo urbaine
TABLEAU 15. Recensement des fusions des vingt dernières années selon la typologie urbaine en vigueur à compter du 18 décembre 201415. (L. D:, 2016)
type referent et typo urbaine
TABLEAU 16. Croisement des initiatives de fusions selon le référent toponymique choisi pour le nom final et la typologie urbaine, sur les vingt dernières années. (L.D., 2016)

Nous souhaitions aller plus loin que la présentation d’un panorama cantonal et proposer une application aux territoires en fonction de leur typologie urbaine/rurale. De ce fait, nous avons choisi de reprendre la typologie des communes suisses selon les centres urbains et l’espace sous influence des centres urbains (nouvelle typologie en vigueur au 18 décembre 2014), en scindant les communes en deux types d’espace hors d’influence (type Plateau et type Montagne), et en ne retenant que les fusions de moins de vingt ans afin d’étudier un espace relativement contemporain.

Quelques-uns des enseignements principaux :

  • Les fusions sont avant tout dans les espaces ruraux (50 % des expériences), puis périurbains, ce qui fait écho au regret de Métropole Suisse devant la difficulté des fusions urbaines.
  • On relève une archi-domination des « Confirmations », soulignant le phénomène de polarisation et métropolisation en Suisse. Le type « Confirmation » domine partout, surtout en ville. Les villes, qui ne comptent « que » pour 15,6 % des fusions récentes, sont bien plus majoritairement dans le type toponymique « Confirmation » (88,9 %). Et ce devant le rural du plateau (66,7 %), les couronnes (48,5 %) et le rural de montagne (39,7 %). Sans doute peut-on y voir l’idée de conforter des communes « leader », des pôles urbains dans un contexte de métropolisation active, en dépit d’un contexte suisse assez favorable à la préservation du rural. Cependant, le cumul des deux types de ruraux montre que 54,9 % tout de même des fusions qui s’y déroulent sont de type « Confirmation », preuve que les mêmes codes s’appliquent autant en ville et à la campagne, et que là-aussi le souci de parvenir à des seuils communaux critiques à même de peser dans les décisions et de mener des politiques ambitieuses motive les regroupements autour du leadership des centres communaux antérieurs. D’ailleurs, beaucoup de « confirmations » sont observées dans les cantons en forte urbanisation / périurbanisation (Fribourg, Thurgovie, Tessin, Vaud…)
  • Le type « Naturalisation » concerne avant tout les espaces ruraux de montagne (notamment les Grisons) : faut-il y voir à la fois un processus de valorisation (plus ou moins idéalisée) de la nature comme patrimoine emblématique de la nation alpine qu’est la Suisse, et une stratégie de promotion de la nature comme ressource économique et culturelle en zone de sports d’hiver ? Cette diversité de sorts que connaît l’espace rural de montagne explique peut-être la répartition importante entre les trois types toponymique « Confirmation », « Naturalisation » et « Juxtaposition ».
  • Le type « Juxtaposition » domine en rural de montagne (Grisons), où les fusions de deux communes ont été nombreuses.
  • Le type « Promotion » domine en couronne périurbaine, là où la concurrence des périphéries urbaines similaires peut conduire à la valorisation d’un tiers ?
  • On peut remarquer l’absence de cas de « naturalisation » en Thurgovie ; il serait intéressant de dégager des hypothèses.

Des exemples à approfondir

Grâce à quelques travaux préparatoires et en nous confrontant à plusieurs documents utiles (presse locale, évolution temporelle de la carte générale de la Suisse, documentation officielle des cantons…), nous avons pu identifier quelques cas intéressants en Suisse romande qu’il serait probablement intéressant d’étudier de façon plus approfondie, en ciblant notamment les comptes rendus de conseils communaux et commissions de fusions :

  • Dans ceux qui s’inscrivent dans une véritable logique de création toponymique, correspondant à plusieurs reprises aux types « Promotion » ou « Toponyme culturel », notamment :
    • Hauterive (FR, 2001), nommée d’après une chapelle cistercienne, fille de l’abbaye de Cherlieu en Franche-Comté.
    • La Tène (NE, 2009), valorisation d’un site archéologique ayant par son ampleur donné son nom mondialement reconnu à l’âge le plus tardif de la période protohistorique entre les Ve et Ier siècles avant J.-C.
    • La revalorisation des toponymes en langue locale et dialectes. La question de la place du patrimoine linguistique dans les fusions peut être un créneau à développer dans la perspective d’une recherche interdisciplinaire, avec le romanche dans les toponymes grisons où le bilinguisme est explicite et revalorisé à l’occasion d’une fusion : Donat (GR, 2003), Ilanz/Glion (GR, 2014), Albula/Alvra (GR, 2015), Surses (GR, 2016), et le franco-provençal, avec La Brillaz (FR, 2001), nommée d’après la forêt de la Brilla, nom auquel a été ajouté un « z », conformément à l’orthographe dialectale franco-provençale originelle.
  • Les quelques cas qui voient véritablement l’émergence de nouveaux paradigmes dans la création toponymique, où l’on dépasse la notion patrimoniale communément acceptée pour construire des toponymes inédits, quitte à contrevenir aux recommandations cantonales telles que présentées précédemment :
    • Villorsonnens (FR, 2001), par contraction des quatre noms de communes fusionnées (Villarsiviriaux et Villargiroud, et Orsonnens et Chavannes-sous-Orsonnens), donnant un résultat critiqué par la commission cantonale16, et des érudits17, mais qui va également à l’encontre des recommandations cantonales.
    • Milvignes (NE, 2013), « mille vignes » en phonétique !
  • L’identification des objectifs officiels et officieux dans la valorisation massive de toponymes « naturels » ou présentés comme tels (ruralité fantasmée dans une Suisse à l’urbanité contrariée, usage des référents naturalistes « neutres » déjà utilisés pour les districts)
    • Le Glèbe (FR, 2003), du cours d’eau du même nom, choix n’ayant pas obtenu l’aval immédiat de la commission cantonale.
    • Mont-Noble (VS, 2011), valorisation d’un nom « naturel » mais zone en réalité périurbaine après échec d’un projet de fusion plus large.
    • Montanaire (VD, 2013), où une simple ferme donne son nom à toute la commune.
    • Gibloux (FR, 2016), choix du nom du massif adopté par votation.
    • Les différents « Val » : [Val d’]Anniviers (VS, 2009), Val-de-Travers (NE, 2009), Val Müstair (GR, 2009), Valbroye (VD, 2011), Val Terbi (JU, 2013), Val-de-Ruz (NE, 2013), Val-de-Charmay (FR, 2014), Valbirse (BE, 2015)…

Parmi les autres tendances minoritaires ou phénomènes marginaux (ne pouvant être considérés comme des tendances lourdes) mais intéressants par leur irruption, leur originalité…

  • La valorisation des sports d’hiver en Valais où l’activité peut jouer un rôle moteur pour les territoires locaux (Riederalp, 2003 ; Bettmeralp, 2014 ; projet de fusion Crans-Montana, 2017).
  • Valais alémanique : nombreuses juxtapositions de noms dans le cas de fusions à deux.
  • La tentation du marketing territorial ? Quoique très mesurée, en comparaison de ce qui peut se faire en France par exemple18 . Citons Bourg-en-Lavaux (VD, 2011), avec la mobilisation d’une référence au terroir agricole et à ses implications touristiques et économiques.

Au-delà des choix toponymiques issus des fusions, l’analyse des contextes où les fusions paraissent justement compliquées peut aussi s’avérer fructueux, dans l’optique d’identifier le rôle éventuel de la toponymie dans ces blocages. L’évocation de Genève, où la superficie communale moyenne est d’un peu plus de 6 km2 mais où aucune fusion n’a été effectuée depuis l’unique regroupement de 1931 entre Genève et trois communes limitrophes, peut faire sens ici. L’impossibilité d’imposer un toponyme commun contribue-t-elle à l’échec d’une fusion des communes genevoises, au-delà d’une configuration peu favorable (risque de doublon Canton/Grand Genève), et alors que la question, a priori taboue, revient sur le devant de la scène avec l’hypothèse d’une alliance Carouge/Lancy et la perspective d’un projet de loi cantonal facilitant les fusions19 ?

Et maintenant, aller plus loin !

Pour analyser au mieux la toponymie de la fusion et en faire découler des interprétations, il conviendrait notamment d’identifier le contexte géographique, économique et politique de la fusion en question, de prendre connaissance de son histoire (y’a-t-il eu des précédents ? depuis quand et par qui est-elle promue ?), et d’avoir accès aux traces et acteurs des débats qui ont conduit le choix du nom finalement validé (a-t-il fait l’objet d’un consensus ? quelles propositions ont été écartées et pourquoi ? qui a proposé ? etc.)

a-villars-le-terroir-le-non-saffiche-acc80-chaque-extrecc81mitecc81-du-village, Joelle Misson
ILLUSTRATION 4. La démocratie de la fusion, un enjeu à étudier dans la perspective d’une lecture critique des processus de dénomination. © Joëlle Misson, 2014.

D’autres analyses pourraient être menées : étude des noms disparus, étude des échecs de fusions et du rôle éventuel de l’enjeu toponymique dans ce cas (Schaffhouse20, Grand-Neuchâtel à huit communes, Rondchâtel, Bödeli ou Villars-les-Moines/Clavaleyres dans le canton de Berne21…), étude du rôle des conseils de bourgeoisie dans les cantons où ils demeurent actifs (comme en Valais) et peuvent porter un avis sur les processus de fusions.

Un travail plus approfondi est donc en cours (il pourrait faire l’objet d’un programme de recherche plus conséquent dans les prochains mois). Dans ce cadre, un intérêt particulier sera porté sur les débats et motifs d’attribution des noms, à même de renforcer et préciser des hypothèses en termes d’enjeux géopolitique locaux (rapport centre/périphérie, marketing territorial, enjeux de gouvernance communale et intercommunale…)

Parmi les défis que l’on s’efforcera de relever :

  • consultation approfondie des documents communaux, des documents des commissions de fusions et des préconisations cantonales, pour comprendre et différencier les contextes de fusions, confronter les recommandations cantonales et fédérales aux choix finalement faits, et bien entendu prendre connaissance des argumentations en faveur ou défaveur de tel ou tel nom ;
  • consultation des avis reportés dans les médias locaux ;
  • sollicitation des personnes ressources locales, ayant pu prendre part aux processus de fusions ;
  • étendre la réflexion aux zones germanophone et italophone (notamment grâce à d’autres chercheurs), afin de brosser un portrait général de la fusion en Suisse et de dégager des perspectives intéressantes à la lumière de la complexité du système institutionnel et des identités culturelles helvétiques, pouvant gagner encore en significations dans une comparaison avec d’autres contextes (Belgique, France, Allemagne…)

Références

  • ANDREY Georges (2013), « Les fusions de communes en Suisse romande. Rapide survol historique », Colloque Les communes, une entité en mutation, Société vaudoise d’histoire et d’archéologie, Bourg-en-Lavaux.
  • Atlas statistique interactif de la Suisse, version en ligne, sur admin.ch, consulté le 17 février 2016.
  • BOYER Henri, CARDY Hélène (dir.) (2011), Dossier « Les collectivités territoriales en quête d’identité », Mots. Les langages du politique, 97 | 2011, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 15 mars 2016 (en ligne).
  • « Communes, fusion de »,  in Dictionnaire historique de la Suisse (2005), sur hls-dhs-dss.ch, consulté le 17 février 2016 (en ligne).
  • DAFFLON Bernard (1998), « Les fusions de communes dans le canton de Fribourg. Analyse socio-économique », Annuaire des collectivités locales. Tome 18, pp. 125-166.
  • Du Pays de Vaud au Canton de Vaud, évolution du territoire, des communes et des fusions de communes, État de Vaud, 2013.
  • EGGER Florian (2015), « Le cadre juridique de la détermination des noms géographiques en Suisse et à Genève », sur hypotheses.org.
  • GIRAUT Frédéric, HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam (2008), « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L’Espace Politique 5 | 2008-2, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 14 mars 2016 (en ligne).
  • HAUG Werner, SCHULER Martin et ULLMANN Dominik (2002), Recensement fédéral de la population 2000. Evolution de la population des communes 1850-2000, Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, 145 p.
  • Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques, sur admin.ch (en ligne).
  • Pour une réorganisation du territoire suisse (2003), Association Métropole Suisse, Zürich, 34 p. (en ligne).
  • Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités, Directives portant sur l’orthographe des noms de stations, version 1.0 du 20 janvier 2010, sur admin.ch, 23 p. (en ligne).
  • Répertoire officiel des communes de Suisse, en ligne sur admin.ch, consulté le 17 février 2016.
  • RUMLEY Pierre-Alain (2010), La Suisse demain, Lausanne, 162 p.
  • SCHULER Martin (2015), « Fusion de communes : il y a du nouveau à l’Est de la Suisse », sur ch, consulté le 17 février 2016 (en ligne).

Crédit photo de l’image en tête : extrait de la Carte synoptique de mutations de communes 2000-2010, Office fédéral de la statistique.

  1. Redécouper/recomposer les territoires : oui, mais pourquoi ?, Cycle de conférences Enjeux sociaux – enjeux spatiaux, Département de géographie et environnement de l’Université de Genève. Programme et contributions vidéo disponibles en ligne. []
  2. GIRAUT Frédéric, HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam (2008), « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L’Espace Politique 5 | 2008-2, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 14 mars 2016 (en ligne). []
  3. Patrick Monay, « Des fusions de communes à la chaîne », sur 24heures.ch, 2 juin 2015 (consulté le 16 mars 2016). []
  4. « Nette diminution du nombre de communes entre 2000 et 2010 », actualités OFS, décembre 2010. []
  5. Fusionite.ch, site opposé aux fusions de communes. []
  6. Pour une réorganisation du territoire suisse, Association Métropole Suisse, Zürich, 2003. []
  7. Loi du 9 décembre 2010 relative à l’encouragement aux fusions de communes (LEFC), Grand conseil du canton de Fribourg. []
  8. Décret sur l’incitation financière aux fusions de communes du 25 janvier 2005 (DIFFusCom), Grand conseil du canton de Vaud. []
  9. Fusions dans d’autres cantons – Bases légales et informations disponibles, Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques, Canton de Berne. []
  10. Loi fédérale sur la géoinformation (LGéo) du 5 octobre 2007 []
  11. Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités du 20 janvier 2010 []
  12. Recommandations à l’attention des communes projetant de fusionner : critères utilisés par la Commission de nomenclature, Canton de Fribourg, 30 juin 2003. []
  13. Guide pour les fusions de communes du canton de Vaud, Service des communes et du logement, 2005/2015. []
  14. Du Pays de Vaud au Canton de Vaud, évolution du territoire, des communes et des fusions de communes, Etat de Vaud, 2013. []
  15. Statistique suisse. Typologies territoriales : espace à caractère urbain 2012 []
  16. Réponse du Conseil d’Etat du canton de Fribourg au Postulat nº215.02 de Jean-Pierre Dorand sur la dénomination des communes après fusions, 18 février 2003. []
  17. Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, par Henry Suter. []
  18. Voir à ce sujet le dossier « Toponymie » de L’Espace géographique piloté en 2008 par Frédéric Giraut, Myriam Houssay-Holzschuch et Sylvain Guyot, le dossier « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents » paru dans L’Espace politique la même année, ou le dossier « Les collectivités territoriales en quête d’identité » de la revue Mots, dirigé en 2011 par Henri Boyer et Hélène Cardy []
  19. Isabelle Jan-Hess, « Des élus rêvent d’unir Carouge et Lancy », La Tribune de Genève, 27 janvier 2016. []
  20. Voir : Marianne Wüthrich, « Abandon du projet de fusion du Klettgau (Schaffhouse) », Horizons et débats nº11, 17 mars 2008. Voir également les propos de M. Schuler dans la liste des références. []
  21. Évaluation de la loi sur les fusions de communes (synthèse), Office des affaires communales et de l’organisation du territoire, Canton de Berne, 18 février 2009. []

Un cadre analytique et théorique en « Place Naming Studies »

Sortie d’un article paru dans la revue Geopolitics qui propose un cadre analytique et théorique en Place Naming Studies:

Giraut, F. & M. Houssay-Holzschuch (2016) Place Naming as Dispositif: Toward a Theoretical Framework. Geopolitics, 1-21. http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14650045.2015.1134493

L’article propose d’envisager les processus de nomination ou renomination des lieux comme des dispositifs politiques qui fonctionnent selon différents régimes. Ceux-ci  peuvent être appréhendés comme des combinaisons de contextes géopolitiques types et de technologies toponymiques activées par des coalitions d’acteurs.

De la ville-musée à la ville-monde, les enjeux de la toponymie du tramway parisien

Par Lucas DESTREM, assistant de recherche au département de géographie – Université de Genève.

Ce propos est issu d’une réflexion menée dans le cadre d’un mémoire de master réalisé entre septembre 2014 et mai 2015 au département de géographie de l’Université de Genève.

En France, le tramway est présenté et défendu par les principaux responsables politiques et acteurs techniques comme un agent majeur du renouvellement des mobilités urbaines, à l’heure où les principes de la ville durable semblent de plus en plus infuser dans les pratiques urbanistiques contemporaines (Stambouli, 2005 ; Lois Gonzalez et al, 2013). Parce qu’il contribuerait à façonner de nouveaux plans de circulation et à favoriser le report modal, mais aussi et avant tout parce qu’il est quasi-systématiquement associé à des grandes opérations d’esthétisation de l’espace public, le « tramway à la française » est aussi – et par ce biais – un vecteur essentiel de la communication politique. En ce sens, il apparaît comme un catalyseur presque automatique de renouvellement urbain, et donc de modernité, dépassant de loin les simples enjeux techniques (Hamman et al., 2011 ; Gwiazdzinski, 2015). Soutenu en cela par l’institutionnalisation croissante quoique contrariée du fait métropolitain qui se l’approprie autant comme argument électoral que comme élément de légitimation et de territorialisation de son action, le tramway demeure aujourd’hui au cœur des débats politiques métropolitains. Et ce, en dépit d’un contexte financier moins favorable que dans les années 1990 et 2000 (Laisney, 2011 ; Hamman et al, op. cit ; Pinson, 2014 ; Razemon, 2014). Par conséquent, il s’impose au cœur des réflexions sur la territorialité urbaine post-moderne, puisqu’il contribue à renouveler l’interrogation du rapport du politique à l’espace.

Dans l’analyse de son rôle politique, autant sa matérialité que les valeurs qu’il véhicule par ses supposés bienfaits et qui lui sont assignées par ses promoteurs ont été traitées par la littérature académique et technique. Nous avons choisi d’explorer une nouvelle dimension qu’est sa toponymie, en essayant de questionner son rôle supposé dans l’énonciation du rôle et du message politique du tramway, en nous appuyant sur les travaux des chercheurs en critical toponymy.

La toponymie des transports : tout reste à faire !

La toponymie des transports collectifs reste un champ très exploratoire : si dans leur ouvrage collectif consacré au processus de négociation dans les projets de tramway, Hamman Franck et Blanc (op. cit.) évoquent très brièvement le choix des noms comme relevant d’un choix politique anticipé dans le cas de Montpellier, aucune étude n’est menée concernant les noms, que ce soit une lecture critique des processus de désignation ou une analyse des corpus toponymiques choisis. A notre connaissance, seul Frédéric Dobruszkes paraît à ce jour avoir proposé une réflexion uniquement consacrée au choix des noms d’un réseau de transport, en l’occurrence le métro de Bruxelles (2010), dans laquelle il souligne combien les valeurs « officielles » des institutions s’expriment dans certains choix de noms, mais nuance fortement en estimant que le cas bruxellois ne peut relever d’une véritable opération de marquage intentionnel et performatif dépassant la simple vocation pratique d’aide au repérage du toponyme.

La présentation de notre exemple suivant doit contribuer à présenter cette toponymie particulière des réseaux de transports comme extrêmement signifiante, et de surcroît mettre en évidence combien elle peut surpasser – au moins ici – l’aide au repérage pour devenir socle et repère d’un discours urbain en tant que tel. Pour ce faire, nous avons choisi de développer l’exemple de Paris, qui nous semble mettre en évidence les reliefs de la communication d’une ville globale, et du discours que celle-ci entend donner d’elle-même pour prouver et affirmer son statut dans une société de la concurrence. Un contexte qui éclaire les grandes tendances des choix toponymiques contemporains, à l’aune des grandes libertés que permet en France l’absence de cadre légal véritable, au contraire de la Suisse par exemple (Egger, 2015).

Le projet du T3 Est et la commande paritaire

Éradiqué des agglomérations françaises durant les deux premiers tiers du XXe siècle (Lois Gonzalez et al, op. cit.), le tramway effectue son retour à compter des années 1980, en cela soutenu par un concours à destination des industriels français, le Concours Cavaillé. Sur fond de considérations environnementales et de projets de renouvellement urbain, le tramway effectue son retour, d’abord en province, puis en Île-de-France. Si la première ligne est mise en service en 1992 dans la « banlieue rouge », en Seine-Saint-Denis, la majorité de droite au Conseil de Paris rechigne, classiquement acquise à l’automobile, voyant dans le tramway un moyen de transport « provincial », peu adapté à la densité et au paysage sacralisé et muséifié de la capitale. Il faut attendre l’arrivée de la gauche aux affaires en 2001 pour voir revenir ce mode de transport, soixante-neuf ans après sa dernière circulation intra-muros. L’inauguration en 2006 du premier tronçon de la ligne T3 s’effectue sur le parcours des boulevards des Maréchaux, entre le pont du Garigliano et la porte d’Ivry. La ligne est prolongée jusqu’à la porte de la Chapelle en 2012.

C’est cette dernière réalisation sur laquelle nous nous focaliserons, la section dite « T3 Est », qui consiste en l’extension de la ligne T3 entre la Porte d’Ivry et la porte de la Chapelle, aujourd’hui divisée en deux exploitations indépendantes : ligne T3a entre Porte d’Ivry et Porte de Vincennes, et T3b de la porte de Vincennes à Porte de la Chapelle. Ce tronçon a fait l’objet d’une commande politique municipale explicite, à savoir assurer la parité dans les choix de noms des nouvelles stations. Effectivement, les noms produits détonnent dans le paysage toponymique local : neuf noms de femmes sont présents parmi les 25 nouvelles stations. Un chiffre qui prend tout son sens quand on le compare aux seize toponymes féminins sur 181 arrêts de tram, trois stations de métro portant un nom féminin sur 302, ou à la trentaine de stations de tram françaises sur plus de 1 300.

Schéma de la ligne 3 du tramway d'Île-de-France (L. D., 2015)
Schéma de la ligne 3 du tramway d’Île-de-France (L. D., 2015).
Le tramway à la station "Séverine" (L. D., 2015)
Le tramway à la station « Séverine » (L. D., 2015).

Ce choix de féminisation, édicté par la Ville de Paris, s’inscrit de façon évidente dans la politique de rattrapage paritaire lancée par Bertrand Delanoë, maire de 2001 à 2014, qui a vu les baptêmes odonymiques parisiens concerner un nombre inédit de femmes. En 2013 par exemple, la Ville choisissait la Journée de la femme, le 8 mars, pour baptiser de concert douze rues du nom de femmes célèbres1. Cette stratégie, poursuivie depuis par la maire Anne Hidalgo, recoupe les revendications en faveur de la parité dans l’espace public, fondées sur un fossé très important entre femmes et hommes célèbres dans les odonymes, et plus largement un mouvement de revendication et de reconnaissance des minorités, des mémoires occultées et du combat féministe (Giraut, 2014). L’adjoint au maire en charge des transports, Julien Bargeton, défendait ainsi cette initiative en la reliant implicitement à ces combats, justifiant qu’il fallait « faire un effort légitime et mérité pour les femmes »2.

Technique et politique : une articulation complexe dans la quête du toponyme acceptable

Deux acteurs indissociables aux intentions différentes

Dans les faits, l’imposition de noms de femmes n’a pas été si aisée ; le projet toponymique, en ce qu’il émane d’une vision idéologique et politique particulière, s’est confronté aux nombreuses règles techniques qu’un tel projet d’ingénierie suppose, et qui dans notre cas sont portées par la Régie autonome des transports parisiens (RATP), entreprise publique chargée de l’exploitation d’une part importante du réseau de transport francilien, dont le tramway.

Quelques éléments de contexte. En Île-de-France, c’est le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) – émanation de la Région – qui en tant qu’Autorité organisatrice des transports sur le territoire régional, délègue les maîtrises d’ouvrage et attribue les contrats d’exploitation aux délégataires historiques que sont principalement la RATP et la SNCF (entreprises au capital exclusivement public). A ce jour, la RATP conserve un rôle singulier et quasi-monopolistique – à la fois expert technique et maître d’ouvrage pour le compte des intérêts publics, et à ce titre joue un rôle majeur dans le façonnage du projet, y compris la détermination des noms. Si la loi portant la création de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires (ARAF) augure la fin de ce statut spécifique3, et donc laisse penser que la RATP devra laisser place à d’autres acteurs dans la conduite des projets et le choix des noms, elle conserve pour le moment une sorte d’exclusivité dans la préconisation de noms à l’égard des acteurs politiques – ici, la Ville de Paris.

On peut parler de confrontation pour qualifier la rencontre des impératifs politiques de la Ville et des règles techniques de la RATP au sens où ces dernières, en de nombreux points, avancent des préconisations parfois difficilement conciliables avec le souci d’imposer des noms à visées politiques. Ces mesures sont typiques de l’ingénierie technique. Durant nos recherches, nous les avons rencontrées sur tous les autres terrains (Brest et Montpellier notamment) : les noms doivent servir la praticité et l’efficacité du réseau. La RATP a produit une documentation conséquente de règles à observer en ce qui concerne la toponymie du réseau. Il s’agit dans un premier temps d’insister sur trois fonctions essentielles et indissociables du nom de station :

  • Fonction « d’information » : aider au repérage et au déplacement des usagers, fonction technique, pratique et pragmatique par excellence.
  • Fonction de « toponymie » (sic) : les noms sont présentés comme un reflet de l’histoire du lieu, ce qui intègre bien sa fonction potentiellement commémorative… pour peu qu’elle se superpose sans encombre a la fonction d’information. « (…) au-delà de la fonction du point de repère, le lexique particulier des dénominations possède une dimension symbolique et affective qui fait de lui un patrimoine sensible. La RATP dans sa responsabilité de transporteur urbain doit être consciente que, de par leur usage au quotidien, les gares, stations et arrêts ne sont pas les lieux adéquats de la commémoration » (RATP, 2007, p. 7). Valoriser un patrimoine, oui, mais la praticité ne doit pas en être négligée : la cohésion entre réseau de transport et tissu urbain, donc sa pleine inscription dans le paysage antérieur, est indispensable.
  • Fonction de « cohérence » : les noms doivent s’intégrer au réseau existant, pour en garantir la fonctionnalité, la fluidité, et l’efficacité commerciale.

A ces grands principes s’ajoutent huit préconisations dans le choix des noms, qui précisent les intentions initiales, notamment l’idée que le nom s’appuie sur son environnement urbain (rue, quartier, bâtiment, station de transport lourd antérieur en correspondance), et qu’il doit être concis et facile à mémoriser et prononcer.

A priori, donc, peu de place pour la fantaisie et les interprétations libres du paysage urbain. La RATP n’est toutefois pas naïve, reconnaissant explicitement le lobby « symboliste » que le commanditaire public peut exercer : « les noms de stations [sont] (…) l’objet de convoitises, de la part de ceux qui cherchent à commémorer une personne ou un événement » (ibid.).

Le processus de négociation : un révélateur de valeurs et d’intérêts

De ce fait, des tensions ont émaillé le processus de discussion entre Ville de Paris et RATP, processus ayant rapidement pris la tournure d’une négociation. L’étude des propositions de noms et des débats qui y ont mené (et de leur chronologie) permet de comprendre le rôle de chaque acteur dans ce processus, et de saisir la dimension et l’impact de leurs intentions (mais aussi de leurs référents culturels et outils juridiques).

Dans un premier temps, durant la phase technique du projet, des dénominations provisoires sont proposées selon les règles d’ingénieurs de la RATP. Ces noms provisoires (étape 0) sont indéniablement basés sur la géographie la plus élémentaire : les ingénieurs n’ont pas hésité à reprendre le nom des portes, éléments de repérage fondamentaux du paysage parisien. Il s’agit pour le moment de faciliter la concrétisation technique du projet de transport.

Une fois la phase technique des travaux validée et lancée, ces premières dénominations provisoires sont réétudiées en interne par la RATP, au regard de ses propres règles comme des revendications déjà formulées par les acteurs publics (en l’occurrence, la parité). Le projet entrant dans sa phase commerciale, il faut aussi adapter les noms aux contraintes de l’exploitation, les rendre conformes aux exigences des modes d’information aux voyageurs. La RATP communique donc les propositions qu’elle s’est efforcée de rendre conforme à ses principes d’usage et à ses règles écrites (étape 1), et a soumis ses propositions à l’avis des élus de la Ville de Paris. La Ville de Paris fait connaitre à son tour ses suggestions (étape 2). Le consensus n’est pas automatique mais doit être recherché (étape 3). Après avis du STIF, la RATP validera (étape 4) et réinjectera les noms dans ses plans, sa signalétique, dans les codes station, etc. La détermination des noms est ainsi le fruit de tractations et de longs débats.

EVOLUTION DU NOM PROVISOIRE DES STATIONS DU T3 « EST », ENTRE PORTE D'IVRY ET PORTE DE LA CHAPELLE

A noter : le nom de la phase Projet (étape 0) n’a pas fait l’objet d’une proposition officielle. Formulé par les ingénieurs, il ne sert qu’à l’élaboration des premiers plans et des travaux. Il n’a jamais vocation à demeurer le nom final.

Globalement, ce processus témoigne de la nécessité pour la RATP de « faire avec » les demandes du public (le STIF, désormais « chef » stratégique dans la programmation du réseau et de son identité, et les collectivités locales qui financent), sans cadre officiel et juridique, laissant d’autant plus de latitude aux revendications des élus. Le fait que nous soyons dans une période transitoire en matière de responsabilités juridiques, et que la RATP conserve une expertise inégalée, soutient le constat d’un consensus difficile, expliquant les tensions notoires dans le choix des noms4.

Zoom sur l’évolution des propositions de noms des deux parties (RATP/Ville de Paris) : des consensus complexes, des règles initiales contrariées

Ces débats se matérialisent dans la succession des propositions, sur lesquelles il faut désormais revenir, ce qui nous permet de prendre la mesure de la complexité des négociations.

Le tableau proposé un peu plus haut nous montre qu’exception faite des « Portes de », fort peu de stations ont fait l’objet d’un consensus de départ, maintenu et validé par la dénomination finale. Ces stations sont au nombre de 3, et ne concernent pas les noms de femmes : « Hôpital Robert-Debré » ; « Porte de la Villette » ; « Canal Saint-Denis ». On peut les porter au nombre de 9 si l’on inclut celles pour lesquelles le consensus a pu se faire en élaguant parmi plusieurs propositions non consensuelles : « Montempoivre » ; « Butte du Chapeau-Rouge » ; « Delphine Seyrig » ; « Ella Fitzgerald » ; « Porte d’Aubervilliers » et « Colette Besson ». Mais ces six derniers exemples ne cachent pour autant pas la complexité des débats et du processus de décision concernant l’enjeu commémoratif. Ainsi, seules 7 des 19 femmes proposées par la RATP ont été conservées par la Ville à l’étape 2.

Plus loin, la liste des suggestions finales (après l’étape 3) que la RATP entend retenir ne correspond pas tout-à-fait au choix finalement validé. Dans quelques cas, ce choix final validé (étape 4) ne correspond pas aux dernières propositions faites par les deux parties toujours en désaccord. Ainsi, le nom « Séverine » a été adopté sans avoir jamais été suggéré dans les étapes précédentes, vraisemblablement pour dépasser l’absence d’accord (il se trouve qu’un square proche porte déjà ce nom, légitimant finalement ce choix tardif et alternatif). D’autre part, « Adrienne Bolland », initialement pressentie pour la station avant que « Séverine » ne soit imposée, a été choisi pour la station répondant au nom de projet « Saint-Fargeau » où là non plus aucun accord n’avait abouti.

Dans un cas, l’étape 4 ne correspond même pas au consensus dégagé à l’étape 3 : il s’agit de la station « Françoise Dolto », nommée « Porte de France – Bibliothèque F. Mitterrand » dans la phase projet. Face à l’inexistence d’une « Porte de France », à l’éloignement de la bibliothèque (plus d’un kilomètre) et à l’existence d’une station de métro la desservant déjà, de nouveaux noms ont été suggérés par la RATP à l’étape 1, dont celui de Françoise Dolto, attribué à une rue déjà plus proche (500 m.). La notoriété de la figure, sa féminité et la connotation sociale de son parcours ont favorisé le consensus… Mais le nom finalement validé est « Avenue de France ». au dernier moment pour imposer ce choix, qui pourtant n’était même plus défendu par la Ville.

Si les noms proposés à l’issue de l’étape 3 sont censés être le fruit du débat et la conclusion des échanges, l’enjeu peut amener la RATP à renier certaines de ses règles et de ses premières propositions, consciente de l’intérêt de parvenir à un accord rapidement et de ménager la sensibilité des élus, financeurs incontournables de l’infrastructure, et d’autant plus avec le renforcement du rôle du Syndicat des transports d’Île-de-France. Par exemple, deux écrivains missionnés par la Ville de Paris pour faire des propositions de noms, ont imaginé donner le nom « Aviateurs » à la station initialement appelée « Capitaine Ferber », en raison de la présence de nombreux aviateurs dans les rues voisines : or cette dénomination propre, actée par la RATP, ne correspond à aucun élément urbain précisément éponyme… ce qui est pourtant une des règles de base de la RATP. La proposition, finalement rejetée par la Ville, n’était-elle qu’un alibi donné à une démarche de dénomination novatrice ? Autre exemple : initialement proposé par la RATP, puis accepté par la Ville, « Marcel Duchamp » a finalement été abandonné par la RATP au nom de la parité (les élus parisiens exigeant une égalité entre noms de femmes et noms d’hommes sur la ligne, il semble que M. Duchamp ait été « sacrifié »…) La rue Maryse-Bastié se trouvant plus près de l’emplacement de la station que la rue Marcel Duchamp, le choix a été acté. Quant à la station « Adrienne Bolland », celle-ci ne s’appuie finalement sur aucune rue, aucun bâtiment, aucun monument la célébrant, à rebours des règles de la RATP. Il n’existe pas de traces et d’explications de cette modification finale : on peut sans doute y voir une victoire symbolique de la Ville de Paris, au détriment des considérations pratiques portées par la RATP, victoire favorisée par l’absence de consensus initial.

Les exemples de revirement et de concessions comme les réitérations sont finalement symptomatiques de cette « diplomatie de la toponymie » où les enjeux de responsabilités (et donc de pouvoirs) sont patents, et où les noms semblent cristalliser autant de valeurs culturelles que d’intentions politiques. Dans ce jeu, si les résultats finaux découlent d’une succession habile de compromis consentis de part et d’autre, et si la RATP a pu faire respecter plusieurs de ses principes (limiter la monotonie toponymique en refusant la succession des « Porte de » par exemple), on remarque que l’acteur politique a su imposer tant bien que mal sa commande.

Ces résultats finaux, négociés, sont en l’occurrence déterminés par un processus de relecture et de réécriture du tissu urbain, bien davantage que par un simple appui sur les toponymes existants. A ce titre peut-on parler d’une véritable géographie arrangée : en d’autres termes, au nom de la commémoration paritaire, au nom de l’idéal politique, on pouvait bien se passer de suivre ces principes à la lettre … Cette volonté s’incarne dans trois nuances d’affranchissement vis-à-vis des règles technico-pratiques (i.e. un nouveau nom s’appuie sur une réalité urbaine ancrée et antérieure). Ces pratiques éclairent encore le rôle stratégique du toponyme :

  • S’affranchir un peu…
    Il s’agit ici de ne pas renier complètement les règles élémentaires du repérage urbain mais de jouer avec les notions de « proximité » et de « cohérence », en les interprétant favorablement. Pensons à la proposition non-retenue « Françoise Dolto », initialement suggérée sous réserve par la RATP mais reprise sans hésitation par la Ville pour la station « Avenue de France », et dont la rue est certes parallèle au boulevard des Maréchaux sur lequel circule le tram, mais seulement au 4e rang (trois autres rues parallèles sont plus proches). Cet éloignement a peut-être pesé dans l’abandon final du toponyme. Exemple encore plus flagrant, la rue Gerty-Archimède, dont le nom a été un temps suggéré par des élus parisiens, alors qu’elle est à 1,2 km de la station finalement appelée « Baron Le Roy », et que son parcours n’augurait aucun accès direct à la station même à terme. Mais reconnaissons que nos deux exemples concernent des noms finalement abandonnés.
  • S’affranchir beaucoup…
    Il s’agit ici d’aller un peu plus loin dans la transgression en recourant à un processus délibéré et calculé de mise en coïncidence d’un repère urbain et du toponyme de station, en créant exprès pour l’occasion le repère en question. C’est un moyen de laisser plus de libertés au décideur public tout en posant une condition de respect de la règle technico-pratique initiale5. Cette négociation apparaît donc comme un pis-aller pour la RATP qui a conditionné son accord à la dénomination parallèle de rues au nom des femmes pressenties (« Ella Fitzgerald » et « Delphine Seyrig »)6.
  • S’affranchir complètement !
    Enfin, pour trois stations (« Alexandra David-Néel », « Adrienne Bolland » et « Colette Besson »), les noms validés ne s’appuient sur aucune réalité spatiale, ni antérieure ni même créée simultanément7. Ces rares exemples, un comble de la subversion, sont donc l’expression totale de la victoire des impératifs posés par la Ville de Paris, au sens où les noms en question sont validés parce qu’ils sont des noms de femmes, avant d’être des éléments repères du paysage urbain. Ils participent donc totalement à la création d’un nouveau paysage toponymique symbolique.

Le cas du T3 parisien condense donc quelques originalités – des dénominations pour le moins créatives par leur thème et leur caractère parfois a-spatial, motivées par des exigences politiques très fortes, médiatisées et médiatiques avec lesquelles doit composer un acteur technique très puissant mais contraint par la médiatisation, le temps et la volonté politiques. Ce balancement permanent, tendu mais productif, entre pragmatisme et symbolisme, ergonomie et créativité, façonne une sorte de paradoxe incarné par la tentation permanente de la technicisation de la méthode (règles précisées, objectivation de la démarche et des critères…) sans cesse contredite, du moins nuancée par une plus grande prise en compte des représentations, de l’histoire et du patrimoine. Dans ce travail, la RATP apparaît comme un acteur très complet, garde-fou soucieux d’adapter ses règles pour assurer une juste intégration des lieux et de leurs territorialités au lexique du réseau.

Essai sur la finalité du projet toponymique

Donner à voir et lire Paris comme métropole créative et mondiale

Pour terminer, il nous semble important de proposer des pistes d’interprétation de ces jeux d’acteurs et stratégies desquels découle ce paysage toponymique du tramway parisien.

Partant de l’idée que le tram endosse plus que tout autre objet urbain des représentations et intentions politiques très fortes, les noms des stations de tramway matérialisent selon les villes des thématiques déjà relayées par les acteurs institutionnels dans leur communication et leurs projets. Ici le projet urbain s’incarne dans une nouvelle ligne de transport en commun élevée au rang de marque identitaire (Boyer, 2008) et inscrite dans un paysage remodelé et d’une nouvelle odonymie. Agir dans l’espace en y matérialisant son action, en y concrétisant ses représentations, est aussi pour l’acteur politique le meilleur moyen d’asseoir sa légitimité. « Les opérateurs n’agissent pas ‘sur’ l’espace, mais bel et bien ‘avec’ l’espace » (Lussault, 2007). Les marques toponymiques sont une matérialisation de ce souci.

A Paris, à l’idée des valeurs de modernité et au facteur de féminisation de l’espace public paraît pouvoir s’ajouter une variable essentielle en ce qui concerne le T3 : c’est l’incursion d’un tel chantier dans Paris intra-muros, sur un secteur du boulevard des Maréchaux qui concentre au début du XXIe siècle un nombre important de projets urbanistiques médiatiques (la tour Triangle, le nouveau boulevard McDonald, l’agrandissement du stade Roland-Garros…). Pour la première fois, Paris peut dépasser l’historicité et le patrimoine que son métro séculaire lui impose, en réalisant en son sein un projet de transports collectifs novateur. Nous sommes dans Paris : le message est donc porté par la ville-centre qui aura à cœur de faire du tramway – et des noms choisis – un relai efficace de sa mondialité, son statut de ville à la fois intemporelle et bien actuelle, au fait des enjeux socio-culturels contemporains (le féminisme, la durabilité, la mondialisation culturelle). Les noms choisis – des femmes étrangères (sept sur quinze), des artistes, scientifiques et militantes pionnières – participent à l’énonciation et même la réaffirmation de l’idée que Paris est une ville-monde, qui rayonne et influence, une ville créatrice, égalitaire, internationale. Il s’agit d’assurer la commémoration des valeurs de l’action politique (présence des femmes en parité exacte, à l’instar d’une assemblée élue ou d’une liste électorale ; valorisation de personnalités et d’éléments internationaux à même de réaffirmer la dimension mondiale de la ville-centre…). Les deux acteurs RATP et Ville de Paris ont paru se retrouver autour d’un principe fort de la pratique parisienne : celui de valoriser la diversité des personnalités ayant œuvré au rayonnement de la France, en s’extirpant du lexique classique des militaires, des hommes politiques (Bourillon et al., 2012).

Tramway et renouvellement urbain : le T3 irriguedes quartiers en plein essor (L. D., 2015)
Tramway et renouvellement urbain : le T3 irrigue des quartiers en plein essor (L. D., 2015).
Rosa Parks : une "femme du tram" très emblématique (L. D., 2015).
Rosa Parks : une « femme du tram » très emblématique (L. D., 2015).

Quels effets pour ces toponymes ?

L’effet est néanmoins à double-tranchant : la valorisation de sportives et d’artistes avant tout peut constituer un hommage à la créativité et aux loisirs dans l’Histoire, mais aussi supposer que les femmes célèbres n’ont pas réussi à l’être par la politique ou l’économie.

Ce qui pousse à se demander si les effets de cette « parité commandée » sont obtenus. Il paraît bien malaisé de le quantifier. Quoi qu’il en soit, il est moins pour nous question de discuter la pertinence politique et morale de ces initiatives – ce que les élus s’attachent à faire –, que d’en discuter les modalités et les effets. On a pu toutefois mettre en évidence les limites d’une telle entreprise, du moins en ce qui concerne ses modalités qui ne sauraient rétablir un réel équilibre. Ainsi, compte-tenu de la densité urbaine préexistante, F. Giraut (2014) souligne combien les noms de femmes donnés à Paris concernent avant tout des jardins, des squares, des placettes, des carrefours et places qui bien souvent n’existaient pas avant dans le répertoire officiel des voies parisiennes, ou des bâtiments qui ne remettent pas en cause l’adressage, ce qui cantonne très largement la féminisation toponymique à un cadre symbolique8. La perspective d’un tramway à Paris avait de quoi permettre de dépasser cet « anecdotisme » ; on allait en outre pouvoir nommer de nouveaux lieux repères et fréquentés, dont on pouvait clairement s’attribuer la paternité. Cependant, les « femmes du tram » ont beau s’appuyer en plusieurs points sur des lieux et toponymes totalement « neufs », elles n’en demeurent pas moins aux marges de la ville, sur un réseau de transport moins fréquenté que le métro.

Un autre élément de réflexion qui émane des propos de la Pr. Marylène Lieber lors d’un séminaire thématique consacré aux enjeux de la toponymie métropolitaine, organisé par le département de géographie et environnement de l’Université de Genève à l’automne 20159 nous semble stimulant : l’idée que les politiques de genre promeuvent finalement à leur mesure un modèle gentrifié, favorable aux catégories sociales moyennes et supérieures et à leurs codes culturels, produisant en fin de compte un universalisme biaisé. Cette réflexion peut trouver un écho dans notre cas : si les femmes du tram sont des femmes de la diversité ethnique, sont-elles celles de la diversité sociale et culturelle de la région parisienne ? Cette idée pose au moins deux questions : celle de la pertinence des politiques de genre dans l’espace public, dont la toponymie est une entrée récurrente et médiatique10, et celle de la validité sociétale et démocratique des noms et registres promus, autre vaste débat que nous n’ouvrirons pas maintenant.

En dépit de ces limites, le croisement des valeurs attribuées au tramway, de la féminisation de l’espace public et des enjeux de gouvernance dans un territoire en recomposition institutionnelle paraît pouvoir faire des stations du T3 un cas d’école dans l’expression du rôle politique du toponyme. Puisse cette petite réflexion constituer une modeste contribution à la lecture des jeux de pouvoirs à l’œuvre dans les institutions territoriales et à l’identification du rôle du toponyme comme dispositif.

Remerciements

Mes plus sincères remerciements à Magali Slanka, responsable du service Conception et identité des espaces – entité information voyageurs et identités à la RATP, qui m’a accueilli le 24 février 2015 dans les locaux de la RATP à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), sans qui cette étude n’aurait tout simplement pas pu avoir lieu. Mes réflexions découlent directement des éléments qu’elle a bien voulu me présenter.

Références :

  • BOURILLON Florence (dir.) (2012), Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Mémoire commune & Paris, Comité d’Histoire de la Ville de Paris, 345 p.
  • BOYER Henri (2008), « Fonctionnements sociolinguistiques de la dénomination toponymique », Les langages du politique, 86 (en ligne).
  • DESTREM Lucas (2015), « Les noms du tram : la toponymie des réseaux de tramway dans les aires métropolitaines françaises : une géographie des territorialisations et des pratiques institutionnelles dans les grandes agglomérations », mémoire de master, Université de Genève, 172 p.
  • DOBRUSZKES Frédéric (2010), « Baptiser un grand équipement urbain : pratiques et enjeux autour du nom des stations de métro à Bruxelles », Belgeo, pp. 229-240.
  • EGGER Florian (2015), « Le cadre juridique de la détermination des noms géographiques en Suisse et à Genève », sur hypotheses.org.
  • GWIAZDZINSKI Luc (2015), « Des tramways nommés désirs. Entre design et urbanisme fictionnel des réseaux de transport », eu. (en ligne)
  • GIRAUT Frédéric (2014), « Contre la sous-représentation des femmes dans les noms de rues : géopolitique d’une mobilisation contemporaine multiforme », sur hypotheses.org.
  • HAMMAN Philippe, BLANC Christine, FRANK Cécile (2011), La négociation dans les projets urbains de tramway, Berne, Peter Lang, 246 p.
  • LAISNEY François (2011), Atlas du tramway dans les villes françaises, Paris, Recherches, 424 p.
  • LOIS GONZALEZ Rubén, PAZOS OTON Miguel, WOLFF Jean-Pierre (2013), « Le tramway entre politique de transport et outil de réhabilitation urbanistique dans quelques pays européens : Allemagne, Espagne, France et Suisse », Annales de géographie, 694, pp. 619-643.
  • LUSSAULT Michel (2007), L’homme spatial, Paris, Seuil, 2007, 300 p.
  • PINSON Gilles (2014), « La gauche, la droite, les villes », eu. (en ligne)
  • RATP, « Guide information Dénomination des gares, stations et arrêts », Département des espaces et du patrimoine, 2007.
  • RAZEMON Olivier (2014), « Municipales : la malédiction du tramway », fr, consulté le 8 mai 2015.
  • STAMBOULI Jacques (2005), « Les territoires du tramway moderne : de la ligne à la ville durable », Développement durable et territoires, Dossier 4.

  1. Marie-Anne Kleiber, « Plus de 50 nouveaux noms de femmes dans les rues parisiennes », sur lejdd.fr, 7 mars 2013 (consulté le 22 janvier 2016). []
  2. Marion Bordier, « Des noms de femmes pour le nouveau tram », sur dixhuitinfo.com, 14 septembre 2012 (consulté le 22 janvier 2016). []
  3. Cette loi et l’institution qui en découlent doivent préparer l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire français, et notamment du réseau francilien d’ici à 2039. []
  4. La presse rapporte aussi cette tension : « Annick Lepetit, maire adjointe de Paris, chargée des déplacements, des transports et de l’espace public, ne cache pas sa satisfaction. « Ce fut une rude bataille. Pendant un an, nous avons argumenté contre les avis de la RATP, qui souhaitait que les usagers s’y retrouvent et puissent faire le lien avec un lieu existant déjà dans le quartier. » Des conditions au demeurant compréhensibles ou de nouvelles embûches pour freiner l’ambition de féminisation ? » (In. Mélina Gazsi, « Un tramway nommé égalité », sur lemonde.fr, 6 décembre 2011 (consulté le 22 janvier 2016). []
  5. Et d’ici quelques années, qui se souviendra que la rue du même nom n’a pas plus d’ancienneté que la station ? Et qui s’en émouvra ? []
  6. Pour plusieurs propositions non-retenues, des processus voisins mais cette-fois immatériels ont été observés. « Mère Teresa », « Caroline Aigle », « Emmy Noether » ou « Ada Lovelace » ne répondaient à aucun repère urbain initial. Souvent, l’argumentaire prend conscience de cette omission des règles pratiques de base et cherche ainsi un ancrage spatial parfois très discutable. Ainsi, selon la mairie de Paris, « Marie-Hélène Lefaucheux » était présentée comme pertinente au sens où ses actes de résistance pouvaient être suggérés par la proximité d’une caserne. Idem pour « Taos Amrouche », écrivaine algérienne qui aurait pu donner son nom à la station « Porte Chaumont – Porte Brunet » en raison de la proximité du boulevard d’Algérie. Même raisonnement avec « Arletty » pour la station « Pantin – Ladoumègue » : la proximité du site de maintenance et de remisage des tramways devait suffire à justifier le choix de l’actrice, dont le père était chef de dépôt des anciens tramways de Courbevoie… de l’autre côté de Paris. []
  7. La RATP avait pourtant conditionné son soutien à l’appellation « Colette Besson » si le stade voisin des Fillettes était renommé ainsi – ce qui ne semble toujours pas être le cas. Si le nom d’Adrienne Bolland était initialement promis à une station proche de rues aux noms d’aviateurs, son déplacement a effacé ce maigre et très discutable lien géographique. Quant à « Alexandra David-Néel », la proximité immédiate de la commune natale de l’exploratrice, Saint-Mandé, a pu jouer, mais ni cette dernière, ni Paris n’ont donné à une de leurs rues le nom d’A. David-Néel. []
  8. « [Cela] illustre la difficulté pour les villes-centre à dégager des possibilités de nomination dans un stock odonymique peu extensible, mais cette création de nouveaux noms au sein de la trame existante peut apparaître comme de la pseudo-promotion s’agissant de toponymes sans adressage et désignateurs de lieux secondaires (placettes, esplanades et bâtiments publics), de plus les femmes n’y sont pas forcément majoritaires s’agissant d’une priorité toponymique au même titre que celle d’honorer des figures contemporaines de l’action politique et sociale progressiste. » []
  9. Séminaire de réflexion Metronom, consacré aux enjeux de la toponymie métropolitaine en Suisse, organisé par le département de géographie et environnement de l’Université de Genève, piloté par le Pr. Frédéric Giraut, dans le cadre du programme interdisciplinaire Langage & communication (octobre-décembre 2015). []
  10. Voir par exemple les opérations de happening toponymique menées par des groupes féministes dans les stations de tram de Clermont-Ferrand (source : Patrick Ehme, « Des stations de tram clermontois rebaptisées du nom de grandes figures féminines », sur lamontagne.fr, mis en ligne le 8 mars 2015, consulté le 22 janvier 2016). []

Le cadre juridique de la détermination des noms géographiques en Suisse et à Genève

Le cadre juridique de la détermination des noms géographiques

Par Florian EGGER, assistant à la Faculté de droit de l’Université de Genève.

  1. Sur le plan international

Sur le plan international, l’ONU incorpore dans son organisation un groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographique (GENUNG) depuis 1960, date de leur première Conférence. Ce groupe d’experts, réunis en Conférence mondiale, a reconnu, dès le départ, la nécessité pour chaque Etat d’instituer une autorité de toponymie. Cette remarque constitue la résolution fondamentale de ce groupe d’experts et représente le pilier de la normalisation des noms géographiques. Dès lors, diverses recommandations ont été adoptées (par le biais de résolutions) à la suite des onze Conférences qui se sont succédé. La coopération internationale a été mise en avant dans le but d’harmoniser les pratiques et d’échanger les expériences en la matière. La sixième Conférence a notamment reconnu qu’en raison de l’importance des noms géographiques en tant qu’« éléments significatifs du patrimoine culturel des nations » (et que leur normalisation procurait des avantages économiques non négligeables), les pouvoirs publics devaient s’engager à soutenir comme il convenait les activités de normalisation et ainsi reconnaître que la normalisation des noms géographiques occupait une place importante dans les programmes de coopération et d’assistance technique internationales.[1]

Depuis 1998, une division francophone de toponymie existe auprès de la GENUNG. Le projet de mise en place de cette division a notamment été soutenu par la Suisse. En conséquence de quoi le droit suisse a subi toute une série de modifications, dont notamment une modification de la Constitution fédérale par l’ajout d’un art. 75a (votée par le parlement en 2003 et entrée en vigueur en 2008 suite au vote populaire positif en 2004)[2].

  1. La réglementation fédérale

La compétence en matière de noms géographiques revient à la Confédération (art. 75a Cst. fed.). Son alinéa 2 prévoit une obligation de légiférer au sujet de la mensuration officielle. L’alinéa 3 prévoit, quant à lui, une compétence fédérale facultative (« peut ») pour légiférer sur la question de « l’harmonisation des informations foncières officielles »[3].

Le législateur fédéral a mis en œuvre cette compétence en adoptant la Loi fédérale du 5 octobre 2007 sur la géoinformation[4] (Loi sur la géoinformation, LGéo)[5]. L’art. 7 al. 1 LGéo donne mandat au Conseil fédéral d’édicter « des dispositions visant à coordonner les noms des communes, des localités et des rues ». Le message relatif à l’article 7 de la LGéo[6] fait référence à l’Ordonnance du 30 décembre 1970 concernant les noms des lieux, des communes et des gares[7] abrogée à la suite de l’introduction de l’Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques[8] (ONGéo)[9]. Le message laisse entendre qu’en ce qui concerne les noms géographiques, l’essentiel de la règlementation doit être établi par le Conseil fédéral en vue de leur harmonisation en tenant compte des spécificités locales[10]. L’art. 29 al. 3 LGéo énonce les principes sur lesquels le Conseil fédéral doit légiférer au sujet de la mensuration officielle, notamment en ce qui concerne « les exigences minimales applicables à l’organisation cantonale » (let.c)[11]. Il faut néanmoins préciser que les compétences du Conseil fédéral sont limitées « à la coordination pour les noms des communes, des localités et des rues. Ainsi l’autonomie communale et les particularités des cantons sont pleinement prises en compte dans ce domaine sensible des noms géographiques. Mais une coordination au niveau fédéral reste indispensable, de nombreuses applications se référant aux noms géographiques sur l’ensemble de la Suisse »[12]. En plus de l’ONGéo, il faut également prendre en compte l’Ordonnance du 18 novembre 1992 sur la mensuration officielle[13] (OMO) ainsi que l’Ordonnance du 21 mai 2008 sur la mensuration nationale[14](OMN).

La Constitution, ainsi que la loi, opèrent une distinction entre la mensuration nationale et la mensuration officielle. La première a notamment pour but le relevé, la détermination, la mise à jour et la gestion des noms d’objets topographiques relevant exclusivement des cartes nationales (art. 3 let. c et art. 7 al. 1 let. a ONGéo) [15], la compétence restant principalement fédérale[16]. La seconde comprend les « noms des objets topographiques utilisés dans les couches d’information de la nomenclature (noms locaux, noms de lieux et lieux-dits […] » (art 3 let. b ONGéo) et incorpore les noms géographiques[17]. Ces informations servent notamment à la tenue du grand livre du registre foncier[18], c’est pourquoi la compétence d’exécution de la mensuration officielle revient aux cantons (art. 34 al. 2 let. a LGéo et 43 al. 1 OMO) avec une « haute surveillance » de la part de la Confédération par le biais de la Direction fédérale des mensurations cadastrales (art. 34 al. 1 let. d LGéo et art. 40 al. 2 OMO)[19].

  1. Les recommandations de l’Office fédéral de topographie

Outre les dispositions légales applicables aux noms géographiques, des recommandations et des directives sont édictées par l’Office fédéral de topographie (art. 6 ONGéo et art. 11 al. 3 OMN). Ce dernier est compétent pour la mensuration nationale[20]. Ces recommandations sont au nombre de deux, à savoir : Les Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités et directives portant sur l’orthographe des noms de stations du 20 janvier 2010 et La Recommandation: adressage des bâtiments et orthographe des noms de rues du 3 mai 2005[21].

Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités Directives portant sur l’orthographe des noms de stations.
Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités.
Directives portant sur l’orthographe des noms de stations. (Crédit : Office fédéral suisse de topographie)

En ce qui concerne le premier texte, l’on peut constater qu’il s’agit avant tout d’une recommandation orthographique. Néanmoins, il est intéressant de constater que ce texte comprend à la fois des recommandations concernant l’orthographe des noms des communes, des localités et des stations et à la fois quelques principes afin de guider les autorités dans le choix des noms géographiques[22]. Ces recommandations prennent en compte les traditions ainsi que les règles en vigueur en matière d’écriture[23]. Les règles de principe qu’elles contiennent restent relativement vagues alors que les règles relatives à l’orthographe sont précises et contraignantes.

Le second texte a pour but d’harmoniser un adressage des bâtiments afin d’éviter toute lacune ou ambiguïté, assurant ainsi une « adresse propre »[24]. En effet, le droit fédéral ne contient pas de règles explicites sur la procédure et la compétence en matière d’adressage des bâtiments, il se contente de faire référence à cette recommandation (art. 6 al. 2 let. c ONGéo). « Ce texte se base sur la norme 612040 sur l’adressage des bâtiments de l’Association suisse de Normalisation (SNV) qui traitent de la structure, des références spatiales, de la présentation et du transfert de donnés des bâtiments »[25] et correspond à une reprise de la recommandation élaborée par l’Office de l’aménagement du territoire et des mensurations de la Direction des constructions du canton de Zurich[26]. L’adressage des bâtiments est, en général, de compétence communale, plus précisément, en main du conseil municipal.[27] « L’adresse d’un bâtiment se compose de l’indication d’une localité, d’un nom de rue […] et d’un numéro de maison »[28]. Au surplus, les directives fournissent tous les détails relatifs à l’attribution du nom de la rue et numéro des bâtiments ainsi que sur les règles orthographiques strictes[29]. L’adressage des bâtiments est considéré par la doctrine comme un acte de nature juridique double. Sous l’angle du droit administratif, la doctrine le considère comme un acte matériel alors qu’au regard du droit civil, elle le considère comme un acte juridique de par son lien étroit avec le plan du registre foncier, étant un de ses éléments constitutif (art. 7 al. 2 OMO)[30].

 

  1. Les règles de l’ONGéo

Le but de l’ONGéo est d’uniformiser l’utilisation des noms géographiques dans les relations officielles ainsi que dans les supports d’informations officiels (art. 1 ONGéo). Elle « fixe la compétence, la procédure et la prise en charge des frais en matière de relevé, de détermination, de mise à jour et de gestion des noms géographiques » (art. 2 ONGéo). L’ordonnance précise que par la notion de « noms géographiques », il faut comprendre les noms des communes, des localités, des rues, des stations et des objets topographiques (art. 3 let. a ONGéo).

4.1.      Les noms géographiques : généralités

Les noms géographiques doivent être faciles à lire, à écrire et bénéficier d’une large acceptation (art. 4 al. 1 ONGéo). En d’autres termes, ils doivent être « si possible simples, courts et faciles à mémoriser [et] à la typographie familière»[31]. À ce titre, les recommandations précisent que « le choix des noms géographiques doit tenir compte de la grande importance qu’ils revêtent généralement. La perception de zones géographiques données s’effectue au travers de noms qui leur confèrent une identité propre, éveillent des attentes et véhiculent leur réputation. Les noms ne renvoient pas seulement à la conscience d’un héritage culturel et linguistique, ils nous servent aussi à nous orienter […]. Il est recommandé pour les noms de communes, de localités et de stations, de faire systématiquement appel à des noms géographiques familiers […] et de renoncer à toute touche de fantaisie ou de marketing pour de tels noms »[32]. Ils doivent également, en principe[33], être libellés sur le modèle de la langue écrite de la région (art. 4 al. 2 ONGéo). « Par “sur le modèle de la langue écrite”, on entend d’une part l’orthographe traditionnelle, généralement fondée sur la langue écrite, et d’autre part le fait que l’orthographe des noms en dialecte doit s’efforcer de prendre modèle sur la typographie de la langue écrite. Le principe selon lequel les noms «sont libellés sur le modèle de la langue écrite […], pour autant que ce soit possible et judicieux», vaut pour tous les noms géographiques, donc également pour les noms locaux »[34]. Ils ont force obligatoire pour les autorités (art. 19 al. 3, 20 al. 3 et 25 al. 3 ONGéo). Les recommandations suggèrent enfin de faire participer la commission de nomenclature, la commune ainsi que sa population à la procédure d’attribution du nom, de communiquer publiquement les propositions et les décisions prises en les justifiant[35].

La modification des noms géographiques est limitée et requiert la présence d’un intérêt public (art. 4 al. 3 ONGéo). La notion d’intérêt public est précisée dans les directives et correspond à « la mise en balance des différents intérêts en présence; il n’existe pas de règle préétablie déterminant l’intérêt qui devra finalement prévaloir. Aucune règle contraignante ne peut être énoncée ici, seuls quelques points de repère peuvent être indiqués »[36]. Il faut notamment mettre en balance le coût ainsi que l’intérêt de la modification envisagée. « Un changement de nom doit pouvoir être justifié et ne doit pas être arbitraire »[37].

L’art. 7 al. 1 ONGéo octroie la compétence de gestion et récolte des noms géographiques, à l’Office fédéral de topographie (swisstopo). L’art. 8 al. 1 ONGéo prévoit que les données sont récoltées, mises à jour et gérées localement par le service cantonal désigné comme compétent par la législation du canton (art. 8 al. 2 ONGéo). Dans le cadre de cette compétence cantonale, l’art. 9 al. 1 ONGéo prévoit la constitution d’une commission cantonale de nomenclature par le canton[38]. Celle-ci « vérifie la conformité linguistique de ces noms lors de leur relevé et de leur mise à jour, s’assure du respect des règles d’exécution […] et transmet ses conclusions et ses recommandations au service compétent pour la détermination des noms » (art. 9 al. 3 ONGéo). Cette commission émet des recommandations à destination du service cantonal compétent, lequel n’est pas obligé de les suivre[39] (à condition de demander l’avis du Direction fédérale de mensurations cadastrales) (art. 9 al. 4 ONGéo).

4.2.      Les noms de communes

En ce qui concerne les noms géographiques des communes, l’art. 10 al. 1 ONGéo prévoit que « [l]e nom d’une commune doit être univoque sur l’intégralité du territoire suisse et ne doit pas prêter à confusion avec le nom d’une autre commune ». Il est précisé qu’un complément au nom communal est requis lorsque plusieurs communes portent le même nom ou lorsqu’ils se prononcent de la même manière (art. 10 al. 2 let. a et b ONGéo)[40]. En principe, les noms de communes ne devraient pas dépasser les vingt-quatre caractères, une forme abrégée de maximum vingt-quatre caractères doit être prévue à titre de complément en cas de noms trop longs[41].

L’art. 15, en lien avec l’art. 11, ONGéo prévoit une procédure d’approbation de la détermination et de la modification de noms de communes par l’Office fédéral de topographie à la suite d’une demande d’approbation introduite par le service cantonal compétent. En d’autres termes, il s’agit d’une procédure d’autorisation fédérale[42]. La demande est introduite auprès de la Direction fédérale des mensurations officielles. « Si un examen préalable du nom a déjà été conduit, la demande d’approbation doit être déposée au plus tard trente jours avant la date prévue pour l’entrée en vigueur de la modification. En l’absence d’examen préalable du nom, la demande doit être déposée au plus tard deux mois avant cette date »[43]. Une enquête publique est introduite après vérification du respect des exigences fédérales afin de recueillir les éventuelles oppositions des propriétaires fonciers (art. 28 al. 1 OMO). La durée de cette enquête publique est de trente jours (art. 28 al. 3 let. a OMO). La procédure d’approbation se solde par une décision publiée dans la Feuille fédérale (art. 16 al. 1 ONGéo). Contre cette décision, un recours peut être formé auprès du Conseil fédéral, lequel statue « définitivement » (art. 17 al. 1 ONGéo en lien avec l’art. 7 al. 2 LGéo).

Cette demande d’approbation peut être précédée d’une demande d’examen préalable relative aux modifications du nom d’une commune (art. 13 al. 1 ONGéo). Une fois la demande d’examen préalable introduite par le service cantonal compétent auprès de le Direction fédérale des mensurations officielles, il est imparti un délai de trente jours aux services fédéraux concernés pour prendre position[44] et ainsi se positionner sur la conformité aux exigences requises par le droit fédéral (art. 27 al. 1 OMO). L’examen préalable se solde par une décision, communiquée au plus tard deux mois après l’introduction de la demande, en indiquant si les modifications de noms sont recevables et, dans le cas contraire, les motifs pour lesquels elles n’ont pas été jugées recevables (art. 14 al. 1 et 2 ONGéo). L’examen préalable n’est donc pas formellement obligatoire mais déploie un certain effet utile dans la procédure d’approbation. En effet, l’art. 15 al. 4 ONGéo, précise que « si le nom de la commune est conforme à la décision arrêtée au terme de l’examen préalable, l’Office fédéral de topographie donne son approbation d’emblée. Dans tout autre cas, il mène une procédure d’approbation complète ».

Aux termes de l’art. 12 ONGéo, ces deux procédures ont pour objet de vérifier le respect des principes de l’art. 10 ONGéo (nom univoque et « non-confusion ») (let. a), le respect des règles d’exécution édictées par l’Office fédéral de topographie (art. 6 ONGéo) (let. b)[45] ainsi que de vérifier l’adéquation du nom (let. c)[46].

L’art. 18 ONGéo prévoit une obligation d’annonce pour le service cantonal compétent. Ce-dernier doit informer l’Office fédéral de topographie des modifications territoriales entre communes (let. a), de la suppression d’un nom de commune en cas de fusion ou de scission de communes (let. b), des modifications de noms de districts ou d’entités administratives comparables du canton (let. c) et des modifications de l’appartenance de communes à un district ou à une entité administrative comparable du canton (let. d). « Dans les cas précités, une procédure d’approbation est superflue et les modifications font simplement l’objet d’une publication dans la Feuille fédérale par la Direction fédérale des mensurations cadastrales »[47].

Ces données permettent la tenue d’un répertoire officiel des communes géré par l’Office fédéral de la statistiques (art. 19 al. 1 ONGéo).

4.3.      Les noms de localités

En ce qui concerne les localités, à savoir « les zones urbanisées d’un seul tenant, géographiquement délimitables et d’importance nationale, pouvant également comporter des agglomérations secondaires », celles-ci doivent également être nommées et disposer d’un code postal univoque (art. 20 al. 1 ONGéo). La compétence pour délimiter le périmètre, fixer le nom et l’orthographier revient ici également au service cantonal désigné par la législation du canton après consultation des communes concernées ainsi que de la Poste Suisse (art. 21 al. 1 ONGéo). L’autorité cantonale compétente dépose une demande comportant les indications suivantes auprès de la Direction fédérale des mensurations cadastrales : nom actuel de la localité et NPA6[48]; nouveau nom de la localité et NPA6; plan des états ancien et nouveau avec périmètre, nom, NPA6; commune d’appartenance de la localité; date de la mise en vigueur; d’autres informations éventuelles. En ce qui concerne les procédures d’approbation et d’examen préalable, l’art. 22 ONGéo renvoie aux règles applicables pour les communes qui s’appliquent par analogie[49]. Les noms de localités doivent être le plus courts possibles et d’une longueur maximale de vingt-sept caractères[50].

Un répertoire officiel des localités est dressé par l’Office fédéral de topographie (art. 24 ONGéo).

4.4.      Les noms de stations

En ce qui concerne les stations, à savoir les « gares, stations, y compris les stations amont, aval et intermédiaires, de même que les arrêts de toutes les courses régulières servant au transport des voyageurs […] » (art. 3 let. g ONGéo), leur nom doit être également univoque et correspondre à la localité qu’elles desservent (art. 27 al. 1 et 2 ONGéo). Ils sont limités à trente caractères[51]. Lorsqu’une station dessert plusieurs localités voire aucune, le nom le plus pertinent pour le ou les réseaux de transport considéré lui est associé (art. 27 al. 3 ONGéo). L’art. 27 al. 4 ONGéo précise que dans le cas où une même localité serait desservie par plusieurs stations, le nom de la station doit se voir associer un complément. L’al. 5 du même article énonce que « dans la mesure du possible, l’orthographe doit coïncider avec celle des autres noms géographiques ». Il faut préciser que « si l’orthographe d’un nom de rue et du nom local correspondant ne coïncident pas, c’est logiquement l’orthographe du nom de la rue qui est reprise pour le nom de la station. Si l’orthographe de noms locaux s’éloigne trop des règles typographiques traditionnelles, il peut être renoncé à la coïncidence de l’orthographe du nom de la station et du nom local »[52]. Il n’y a donc pas de marge de manœuvre dans la détermination du nom des stations.

La compétence pour fixer les noms de stations revient à l’Office fédéral des transports (art. 28 al. 1 ONGéo). Les demandes peuvent être déposées par les entreprises concessionnaires (let. a), par la commune (let. b) ou par le canton (let. c) où se situe la station au sens de l’art. 28 al. 2 ONGéo. La décision (« détermination ») de l’Office peut être attaquée par un recours auprès du Conseil fédéral qui statue « définitivement » (art. 32 al. 1 ONGéo).

Il est tenu un répertoire officiel des noms de stations (art. 34 ONGéo).

4.5.      Les noms de rues

En ce qui concerne les rues, l’ordonnance se contente de fixer les principes généraux à son art. 25 ONGéo, en indiquant que celles-ci doivent porter un nom (al. 1), que l’orthographe doit être harmonisée au niveau régional (al. 2) et qu’il est obligatoire pour les autorités (al. 3). Pour le surplus, une délégation de compétence aux cantons est prévue à l’art. 26 ONGéo, indiquant que ceux-ci sont garants de la dénomination de toutes leurs rues (al. 1) et qu’ils doivent régler la compétence et la procédure (al. 2). « Les deux articles de cette section décrivent les compétences et procédures […] avec l’avantage de les ancrer juridiquement dans la législation fédérale, tout en laissant aux cantons une large marge de manœuvre pour leur organisation interne »[53]. Il n’est exigé de leur part qu’une simple communication au service cantonal du cadastre, à l’Office fédéral de la statistique et aussi aux fournisseurs de services universels concernés (ex : la Poste) (art. 26 al. 3 ONGéo).

La doctrine majoritaire ainsi que la pratique considèrent la dénomination des rues ainsi que la modification de leur nom comme des actes matériels. Le nom des rues, bien qu’il s’agisse d’un acte unilatéral, individuel et concret et émanant d’une autorité, n’aurait, en définitive, qu’une influence indirecte sur la situation juridique des administrés ne liant, par principe, que les autorités. De ce fait, il manque certains éléments essentiels pour rattacher le nom des rues à la notion de décision administrative.[54]

Müller, dans le commentaire de l’arrêt du Tribunal cantonal de Berne du 18 avril 2013, critique cette approche. Selon lui, la dénomination et les modifications du nom des rues prennent la forme juridique d’une décision administrative, plus précisément, d’une décision générale. Il expose que la modification d’éléments composant une adresse peut déployer des effets juridiques administratifs « classiques » pour les particuliers. En d’autres termes, l’auteur va contre la position de la doctrine majoritaire qui veut que les noms de rues ne déploieraient d’effets directs qu’envers les autorités.[55]

Il est à préciser que l’Office fédéral de topographie est désigné comme l’organe compétent en matière de coordination internationale (art. 35 ONGéo) et nationale (art. 36 ONGéo) tout en garantissant « une participation adaptée des cantons et une consultation appropriée des organisations partenaires lors de l’élaboration de règles d’exécution (art. 37 ONGéo).

4.6.      Les voies de recours

L’art. 7 al. 2 LGéo prévoit que « le Conseil fédéral se prononce en dernière instance en cas de litige […]» relatif aux noms des communes, des localités et des rues. Il s’agit d’un recours hiérarchique auprès d’une autorité politique.

Il convient toutefois de nuancer le propos en ce qui concerne le nom des rues. En effet, la doctrine précise qu’en cas de litige, étant donnée sa nature d’acte matériel, la contestation du nom d’une rue auprès du Conseil fédéral dépend du droit cantonal[56]. En effet, les objets susceptibles de fonder un recours divergent en fonction du droit cantonal. Toutefois, un certain nombre de canton prévoient une protection juridique contre les actes matériels en application de l’art. 25a PA[57].

Selon Kettiger, l’on peut essentiellement invoquer des questions relatives à l’harmonisation des noms de rues ainsi qu’à leur orthographe. La modification d’un nom de rue ou le choix d’un nom de rue ne peuvent ainsi pas fonder un recours auprès du Conseil fédéral car cela ne correspond pas à un objet attaquable au sens de l’art. 7 al. 2 LGéo, faute de violation du droit fédéral, excluant ainsi également tout recours au Tribunal fédéral.[58] Cette position appelle elle aussi à la critique. En effet, l’on voit mal comment dissocier une éventuelle revendication en harmonisation des noms de rues ou de leur orthographe sans contester la modification ou le choix du nom de rue lui-même.

Il en va autrement lorsque l’autorité compétente refuse de nommer une rue. Ces litiges, au sujet de l’art. 26 al. 1 ONGéo, peuvent toujours être attaqués en RMDP puisqu’il s’agit d’une question d’application correcte du droit fédéral. À l’art. 26 al. 1 ONGéo, il n’en va pas de la question de la dénomination mais plutôt de la garantie d’accès à une prestation de base (art. 43a al. 4 Cst fed.). En d’autres termes, un refus de dénomination d’une rue constitue un déni de justice formel (art. 29 al. 1 Cst. fed.).

La non-entrée en matière d’une demande de modification de nom d’une rue correspond à une décision et peut donc être contestée judiciairement, mais uniquement sur ce point et non en rapport avec la dénomination de la rue[59].

L’ONGéo ne prévoit en définitive aucune voie de recours générale au Conseil fédéral en ce qui concerne les noms de rues (contrairement aux communes, localités et noms de stations).[60]

  1. Le droit genevois

En droit genevois, le Règlement sur les noms géographiques et la numérotation des bâtiments du 30 septembre 2009 (RNGNB)[61] constitue le cadre légal cantonal. Ce règlement est complété par les Directives genevoises en matière de nomenclature du 6 octobre 2010 (ci-après : directives) au sens de l’art. 9 RNGNB.

Dans l’ensemble, le Règlement genevois rappelle les grands principes du droit fédéral en ce qui concerne la détermination et les principes du choix des noms géographiques. En effet, l’art. 4 RNGNB énonce que « les noms géographiques doivent être faciles à lire et à écrire et bénéficier d’une large acceptation » (al. 1) et que l’orthographe ne peut être modifié que si l’intérêt public l’exige (al. 2).

Les Directives ont pour but de « préciser les règles applicables à la détermination des noms et de l’orthographe des rues (artères) et des objets topographiques du canton de Genève »[62]. Les directives indiquent de manière précise notamment les règles orthographiques à respecter en ce qui concerne les traits d’union et les majuscules et minuscules. Elles fournissent également une liste d’abréviations officielles[63].

La compétence en ce qui concerne la dénomination des rues et des objets topographiques du canton revient au Conseil d’Etat, compétence qu’il peut déléguer au DALE (art. 5 et 14 al. 1 RNGNB). Le relevé des noms géographiques, leurs mises à jour ainsi que leur gestion sont de la compétence de la Direction de la mensuration officielle (art. 6 RNGNB).

5.1.      La commission cantonale de nomenclature

La commission cantonale de nomenclature est instituée à l’art. 7 RNGNB. Cet organe a pour tâche de fournir un préavis consultatif au Conseil d’Etat en matière de dénomination des rues (al. 2). Elle vérifie notamment la conformité linguistique des noms ainsi que le respect des règles d’exécution (al. 3). La commission se compose de sept membres, à savoir le géomètre cantonal, directeur de la Direction de la mensuration, qui la préside, un autre représentant de la Direction de la mensuration, un représentant de l’office de l’urbanisme, un représentant des Archives d’Etat de Genève, un représentant de l’Association des communes genevoises, un représentant de la Ville de Genève et un historien (art. 8 al. 1 RNGNB). Ils sont nommés par le Conseil d’Etat (art. 8 al. 2 RNGNB).

5.2.      Les noms de rues

Il n’y a qu’en matière de détermination du nom des rues, suite à la délégation de compétence de l’ONGéo, que le législateur genevois dispose d’une certaine marge de manœuvre. L’art. 13 RNGNB définit les principes applicables à la dénomination des rues. Les rues doivent être nommées si elles sont habitées. Dans le cas contraire, elles peuvent être nommées si un intérêt prépondérant l’exige (al. 1). Les noms doivent être courts et se référer à la toponymie locale (al. 3). Les rues doivent recevoir une dénomination différente (les unes par rapport aux autres), tant écrite que sonore (al. 5). Exceptionnellement, le Conseil d’Etat peut autoriser que le nom d’une personnalité soit associé à une rue si cette personne est décédée depuis plus de dix ans et qu’elle a marqué « de manière pérenne » l’histoire de Genève (al. 4). Ces noms géographiques sont obligatoires pour les autorités (al. 2) et sont communiqués à l’Office fédéral de la statistique ainsi qu’aux fournisseurs de services universels (al. 6).

En principe, la procédure veut que la Direction de la mensuration informe la commune en cause de la nécessité de dénommer une rue de son territoire. La commune dispose alors d’un délai de trois mois pour informer ses habitants de la procédure et proposer une dénomination à la commission pour préavis (art. 16 al. 1 et 2). La demande de la commune doit comprendre: un extrait de procès-verbal de l’autorité communale, un plan de situation sur lequel figure le lieu à dénommer, avec les tenants et aboutissants, un exposé des motifs justifiant le nom proposé, un dossier contenant les pièces résultant de l’information faite auprès de ses administrés et de la large acceptation ainsi que toute autre information utile à l’examen de la demande par la commission[64]. Le Conseil d’Etat fait publier un arrêté de dénomination dans la Feuille d’Avis Officielle (art. 16 al. 3 RNGNB). La législation aménage toutefois également la possibilité pour les communes de proposer une dénomination d’une rue de leur territoire (art. 15 al. 1 RNGNB).

5.3.      Les voies de recours

En ce qui concerne les contestations éventuelles contre les dénominations de noms de rue, l’arrêté du Conseil d’Etat fixant la dénomination d’une rue n’est pas sujet à recours (art. 16 al. 4 RNGNB). Partant, le recours hiérarchique au Conseil fédéral n’est pas ouvert contre les noms de rue.

5.4.      Les noms de communes, de localités et de stations

En ce qui concerne la dénomination des communes, des localités et des stations, le droit genevois se contente d’indiquer quelle autorité est compétente, à savoir le Conseil d’Etat (art. 11, 12 et 28 RNGNB).

En ce qui concerne les stations, les directives indiquent les entreprises exploitant des lignes de transport publique doivent adresser la demande de dénomination à la commission cantonale de nomenclature en fournissant : la liste des stations, arrêts à dénommer ou nécessitant une modification de nom; un plan de situation (plan de ville 1:10’000) sur lequel figure le ou les stations/arrêts à dénommer; un exposé des motifs justifiant le nom proposé; toute autre information utile à l’examen de la demande par la commission[65].

5.5.      Sanctions et mesures administratives

Des mesures voire des sanctions administratives, par renvoi des art. 77 à 93 de la Loi sur les routes du 28 avril 1967[66] (LRoutes) peuvent être ordonnées par la Direction de la mensuration officielle au nom du département (art. 28 RNGNB).

[1] http://www.toponymiefrancophone.org/divfranco/genung.html.

[2] RO 2007 5767 et 5771.

[3] Dans ce sens voir : HOFFMAN Kristin/GRIFFEL Alain, art. 75a Cst. N 14 in WALDMANN/BESLER/EPINEY, Commentaire bâlois, Constitution fédérale, Helbing Lichtenhahn, Bâle 2015. (ci-après: HOFFMAN/GRIFFEL); BIAGGINI Giovanni, Bundesverfassung der Schweizerischen Eidgenossenschaft : Mit Auszügen aus der EMRK, den UNO-Pakten sowie dem BGG, Kommentar, Orell füssli, Zurich 2007, p. 430.

[4] RS 510.62.

[5] Dans ce sens voir : HOFFMAN/GRIFFEL, N 3.

[6] FF 2006 7439.

[7] RS 510.625 ; Historiquement celle-ci, nonobstant une révision en 1970, était quasiment restée la même depuis 1954, date de sa rédaction alors que le domaine de la localisation avait fortement évolué (cf. le Rapport explicatif des Ordonnances d’exécution de la loi sur la géoinformation (LGéo) de mai 2008, ch. 2.4.1, p. 51).

[8] RS 510.625.

[9] Art. 38 ONGéo ; Cette ordonnance a pour but de clarifier et fixer les compétences des différents acteurs concernés (cf. le Rapport explicatif des Ordonnances d’exécution de la loi sur la géoinformation (LGéo) de mai 2008, ch. 2.4.1, p. 51).

[10] FF 2006 7439.

[11] KETTIGER Daniel/OESCH Matthias, Die Auswirkungen des internationalen Rechts auf die amtliche Vermessung in der Schweiz / Les conséquences du droit international sur la mensuration officielle en Suisse, Forum droit européen/Nr. 26, Schulthess, Zurich, 2013 p. 115. (Ci-après : KETTIGER/OESCH).

[12] Rapport explicatif des Ordonnances d’exécution de la loi sur la géoinformation (LGéo) de mai 2008, ch. 2.4.2, p. 51.

[13] RS 211.432.2.

[14] RS 510.626.

[15] HUSER Meinrad, Schweizerisches Vermessungsrecht : Unter besonderer Berücksichtigung des Geoinformationsrechts und des Grundbuchrechts N 417 à 420 in Contributions de l’Institut pour le droit suisse et international de la construction, Université de Fribourg Band/Nr. 28, 3e éd., Schulthess, Fribourg 2014 (Ci-après : HUSER).

[16] HOFFMAN/GRIFFEL N 6: « eine umfassende Gesetzgebunskompetenz ».

[17] http://www.cadastre.ch/internet/kataster/fr/home/av/names.html.

[18] Art. 1 al. 1 OMO; HOFFMAN/GRIFFEL N 8; Dans ce sens, voir également les informations de la page internet du cadastre fédéral (http://www.cadastre.ch/internet/kataster/fr/home/av.html).

[19] FF 2002 2329.

[20] Art. 11 al. 1 OMN.

[21] Instruction «Noms de communes et de localités – Examen préalable, approbation et publication» du 1er avril 2014 (ci-après : instruction), Office fédéral de topographie (swisstopo) p. 3.

[22] Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités et directives portant sur l’orthographe des noms de stations, ch. 1.3, p. 5. (Ci-après : Recommandations).

[23] Ibid., ch. 1.1, p. 5.

[24] Recommandations sur l’adressage des bâtiments, p. 3.

[25] Arrêt du Tribunal cantonal de Berne du 18 avril 2013, consid. 1.5 in Jurisprudence administrative bernoise 2013/9 p. 427-428.

[26] Recommandation sur l’adressage des bâtiments, p. 3.

[27] Ibid., ch. 1.2, p. 6.

[28] Ibid., ch. 2.2, p. 8.

[29] Ibid., ch. 3, p. 16 à 18.

[30] KETTIGER Daniel, Verfahrensrechtliche Fragen hinsichtlich Strassennamen und Gebäudeadressierungen in Jusletter 11 août 2014, N 31, p. 12. (ci-après: KETTIGER).

[31] Recommandations, ch. 2.1, p. 10.

[32] Ibid., ch. 2, p. 10.

[33] « [Pour] autant que ce soit possible et judicieux […] » selon les termes de la loi.

[34] Recommandations, ch. 2.1, p. 10.

[35] Ibid., ch. 2.1, p. 10.

[36] Ibid., ch. 2.1, p. 10.

[37] Ibid., ch. 3.1.1, p. 19.

[38] Cf. infra, p. 8.

[39] En effet, le rôle de cette commission se limite à émettre un préavis consultatif à l’attention du Conseil d’Etat en matière de désignation de toutes les rues (artères et des objets topographiques du canton). (Cf. le Rapport d’activité de la commission de nomenclature, législature 2010-2014).

[40] Recommandations. Ex : Aesch (BL) et Aesch (LU) (ch. 2.4.2, p. 13).

[41] Ibid., ch. 2.6.1, p. 16.

[42] HUSER, N 421.

[43] Recommandations, ch. 5.1.2.2, p. 4.

[44] Ibid., ch. 5.1.2.1, p. 4.

[45] Il est précisé que « la mise en oeuvre concrète des recommandations dans le domaine des noms de communes est laissée à la libre appréciation des autorités communales et cantonales compétentes », Recommandations, ch. 2.2.2, p. 11.

[46] « L’adéquation des noms englobe notamment leur longueur […], leur unicité et leur degré de commodité d’utilisation dans les relations officielles », Recommandations, ch. 2.2.2, p. 11.

[47] Instruction, ch. 5.1.2.3, p. 4.

[48] Numéro postal d’acheminement.

[49] Recommandations, ch. 2.3.2, p. 13.

[50] Ibid., ch. 2.6.2, p. 16.

[51] Ibid., ch. 2.6.3, p. 17.

[52] Ibid., ch. 2.1, p. 10.

[53] Rapport explicatif des Ordonnances d’exécution de la loi sur la géoinformation (LGéo) de mai 2008, ch. 2.4.3.6, p. 56 ; (Dans le même sens, ch. 2.4.4.1, p. 57).

[54] KETTIGER, N 12, p. 5; Arrêt du Tribunal fédéral 1C_261/2013 du 19 décembre 2013, consid. 2.3.2; Arrêt du Tribunal cantonal de Berne du 18 avril 2013, consid. 2.3 in Jurisprudence administrative bernoise 2013 p. 423 ss.

[55] « Die autoritative Änderung einer Wohn- bzw. Geschäftsadresse lässt sich […] ohne weiteres als Verfügung erfassen. Soweit vom Beschluss mehrere Adressaten (Anwohner) tangiert werden, was vorliegend der Fall sein dürfte, handelt es sich um eine Allgemeinverfügung. […] Es genügt festzustellen, dass die autoritative Änderung des Adressbestandteils für Betroffene durchaus « klassische » verwaltungsrechtliche (Aussen-)Wirkungen haben kann », Arrêt du Tribunal cantonal de Berne du 18 avril 2013, commentaire, p. 434 ss in Jurisprudence administrative bernoise 2013 p. 423 ss.

[56] « Art. 7 Abs. 2 GeoIG kommt nur zur Anwendung, wenn nach kantonalem Verfahrensrecht ein Anfechtungsobjekt in Form einer Verfügung, eines anfechtbaren Beschlusses oder einer Verfügung über den Realakt besteht. In diesen Fällen kann der letztinstanzliche kantonale Entscheid bezüglich der Benennung von Strassennamen mit Verwaltungsbeschwerde beim Bundesrat angefochten werden, sofern die Verletzung der Geoinformationsgesetzgebung des Bundes zu den geografischen Namen gerügt wird. », KETTIGER, N 16, p. 6.

[57] Les cantons Bâle-Ville, des Grisons, de Lucerne, d’Obwald, de Schaffhouse, de Schwytz, de Soleure, d’Uri de Zurich et de Zoug prévoient notamment ce type de protection (Ibid., N 14, p. 6).

[58] Ibid., N 16, p. 6.

[59] Ibid., N 17, p. 7.

[60] Ibid., N 17, p. 7.

[61] L 1 10 06.

[62] Directives genevoises de nomenclature, p. 2.

[63] Ibid., p. 3 et 4.

[64] Directives genevoises de nomenclature, p. 2; l’on peut donc constater que la pratique genevoise applique les recommandations fédérales en termes de participation à l’élaboration des noms géographiques.

[65] Directives genevoises de nomenclature, p. 3.

[66] RS GE/L 1 10.

Crédit photo : Office fédéral de topographie, carte de la Suisse.

Noms de communes et Société du Spectacle

Lucas Destrem nous signale un intéressant article de Louis Moulin sur le blog Pop-up urbain.
L’auteur y passe en revue quelques noms de communes de banlieue parisienne qui ont enregistré la mémoire des attractions et loisirs du XIXeme siècle : Kremlin-Bicêtre (du nom d’un cabaret inspiré de la Campagne de Russie); Plessis-Robinson (du nom d’une guinguette inspiré du roman des Robinsons suisses), Malakoff (du nom d’un parc à thème sur la Guerre de Crimée). Il en profite pour imaginer quelques prolongements sur le potentiel envahissement toponymique de la Société du Spectacle.

-> Lien vers « Uchronies toponymiques : ma ville a un nom de parc d’attraction »

Crédit photo : la tour de Malakoff, inspirée d’une tour qui s’élevait à Sébastopol, en Crimée (Ville de Malakoff).

 

Actualité de la question du genre dans la toponymie en France et en Suisse romande

Une précédente note de recherche nous avait permis d’identifier dans l’aire francophone les formes médiatiques d’une nette émergence de la question politique de l’extrême déséquilibre des genres dans les noms de rues.

Les nouveaux développements de la question dans les médias confirment cette tendance avec notamment en France des mobilisations politiques autour de cette question lors de la dernière campagne municipale et de vives polémiques et controverses autour de mesures prises par de nouvelles équipes municipales pour revenir sur des engagements de promotion de nominations féminines prises par les équipes municipales sortantes. Ainsi deux revirements municipaux ont été largement commentés : l’un à Elne où les pics et monts des Pyrénées furent finalement préférés à un ensemble de femmes illustres préalablement choisies pour les rues d’un nouveau quartier ; et l’autre à Limeil-Brévannes où des noms de femmes choisis par l’ancienne municipalité sont contestés par la nouvelle qui avance de nouvelles propositions alternatives de personnalités également féminines. Tandis que de nouveaux élus d’extrême-droite s’insurgeaient contre la promotion de la figure historique du féminisme qu’est Olympe de Gouges.

Il est également à noter l’organisation du mouvement de contestation du déséquilibre avec une action spectaculaire mené au cœur de Paris en aout 2015 et très largement couverte par les médias nationaux et internationaux. A cette occasion une structuration du mouvement s’est effectuée à l’initiative de l’association Osez le féminisme qui a interpellé directement la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, pourtant fière de son bilan en la matière, par la voix de sa présidente, Marie Allibert, et établi un lien explicite avec d’autres mobilisations plus générales sur le thème de la ville genrée. Mouvement désormais organisé sous l’appellation FémiCité qui rejoint ainsi d’autres initiatives féministes à l’échelle nationale aux Etats Unis avec Equal Visibility Everywhere, et en Italie avec Toponomisca Femminile qui mêlent également revendications politiques, documentation de la question et performances démonstratives. Une transnationalisation de la question était déjà sensible dans le fait que l’initiative italienne de 2012 a inspiré nombre d’initiatives européennes de documentation du déséquilibre dans les nomenclatures et de performances et interventions artistiques et/ou politiques sur les noms de rues in situ.

La cartographie en ligne est un moyen de visibilisation de la question qui peut être mené à l’échelle locale à Nice et Rennes par exemple, ou encore à Paris, Bordeaux et Nantes ou à Huy en Belgique, et à l’échelle internationale. Ainsi, une initiative très récente de Aruna Sankanar pour MapBox va dans ce sens en cartographiant de manière harmonisée les artères portant un nom masculin et celles portant un nom féminin pour 8 mégapoles dont 4 indiennes.

Pour ce qui est de la question en Suisse romande, on note un décalage certain avec les dynamiques en cours en Europe ou au delà, non pas parce que la question serait négligée, au contraire, mais par les modalités de son traitement.

Ainsi des inventaires mettant en évidence le déséquilibre apparaissent bien avant la vague italienne et française des années 2010 : dès 1972 pour Genève dans la presse féministe, et à nouveau en 2009 dans un blog de la Tribune de Genève. Des performances artistiques et politiques sont également à noter en 2008 à Fribourg et en 2011 à Lausanne, et plus récemment à Genève. Enfin, et peut être surtout, le Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme du Canton de Genève a réalisé en 2005 un remarquable travail de documentation de la question du déséquilibre et de propositions positives pour aller dans le sens d’un rééquilibrage dans la nomination d’après des personnalités à Genève. Ceci en respectant l’esprit et la lettre de la législation en la matière et en proposant un inventaire de personnalités féminines correspondant aux profils des personnes pouvant s’inscrire dans la nomenclature des noms géographiques. Liste qui peut donc apparaître prioritaire pour les nominations à venir dans le canton.

On voit là une tendance à traiter la question sur un mode constructif qui se traduit également dans le traitement positif par la presse qui met en valeur les initiatives de renomination qui vont dans le sens d’un rééquilibrage et d’une promotion féminine. Ainsi cet article du Temps de 2010, intitulé « Petit à petit les femmes se font un nom dans les rues suisses ». Cependant ces initiatives se heurtent désormais à une autre dynamique qui est celle de la limitation et de l’encadrement strict des recours aux noms de personnes en Suisse et à Genève. Ceci pour éviter toute récupération politique et toute polémique ou controverse, mais en contradiction avec la politique de rééquilibrage de genre voulue par la ville de Genève et préparée par le service pour la promotion de l’égalité du canton. Il semblerait, comme un article de la Tribune de Genève le suggère, que ce soit justement la polémique  autour de la promotion d’une figure féminine à Genève, la docteure Gabrielle Perret-Gentil pionnière de l’avortement (voir notamment une tribune du journaliste Pascal Decaillet en octobre 2008 et la réponse de l’écrivaine Huguette Junod intitulée « Un mauvais procès à Gabrielle Perret-Gentil« ) qui ait motivé de nouvelles restrictions dans l’usage de noms de personnes dans la toponymie, comme le passage à 10 ans de la période post mortem pour qu’une personnalité puisse être promue dans la nomenclature. On voit donc que la voie suisse de la promotion positive et consensuelle articulée à un respect de la doctrine toponymique d’ensemble semble se heurter à des contradictions.

Crédit photo : Département des institutions – Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme, République et canton de Genève.

Toponomascapes en construction : études en toponymie politique