Aliénation, émancipation et inscription toponymique …

Honni soit le nom dans « Par les Villages » de Peter Handke

Pièce onirique et poème dramatique, « Par les Chemins » de Peter Handke (1981) est une œuvre éminemment géographique où l’habitation humaine se décline en différents personnages et différents lieux : un village, une vallée, un chantier, une boutique …  Pour chaque personnage, l’habitation des lieux s’effectue sous des formes aliénées mais conscientes et cache l’aspiration à une habitation autre et libérée.

Ainsi des damnés de la terre sont enchaînés à leur pays natal. Celui-ci subit les assauts et l’exploitation d’un monde dénué de sens. La toponymie et le paysage sont profondément marqués par ces transformations.

« Déjà à l’entrée de la vallée les nuages s’élevaient des chantiers. L’eau du fleuve en était jaune. Derrière chaque plaque de localité, une autre beaucoup plus grande portait le numéro du chantier, mais moi j’ai suivi le chemin de crête entre les vergers » (Gregor, p. 21)

Cela  provoque indignation et nostalgie chez les victimes autochtones. Ainsi, une gardienne de chantier dans la vallée et une vieille restée au village constatent impuissantes, mais en pleine conscience, les marques indélébiles de la périphérisation dans ce qui fut leur espace de vie épanouie.

« Dans les crépuscules l’eau s’écoulait avec fracas sur les bornes des chemins, les rochers luisants se levaient du sol ; c’était l’heure de l’imagination…

Que nos vallées aujourd’hui sont abandonnées ! N’avez-vous pas remarqué que votre chemin de crête est devenu”sentier d’initiation forestière” pour nos vacanciers, où chaque espèce d’arbre est munie d’une plaque avec son nom et que des pancartes pareilles sont disposées devant nos images saintes, mais au lieu de ”hêtre” ou de ”mélèze” on y lit : ”lieu de recueillement” ? » (L’intendante, p. 23)

« Et le village où est-il ? Là où il y avait le milieu on a mis une plaque : ”Centre Village” . Même les anciens sentiers ont été, entre temps, tous munis de plaques, ils portent le nom des riches nouveaux arrivants qui ont leur maison de campagne et payent les gros impôts. Tout ce qui reste de la commune, c’est la mairie, et le bâtiment a les mêmes baies vitrées que la caisse d’épargne à côté. En revanche, tous les ans on prend part au concours du plus joli village et les responsables, en arrosant leurs fleurs, en taillant leurs haies et en astiquant la hampe de leur drapeau, regardent de travers mes jupons qui dépassent. C’est seulement après minuit que parfois on entend de l’eau, et encore, c’est l’eau du tout-à-l’égout ; … » (La vieille femme, p. 57)

C’est l’essence même de la Société du spectacle de Guy Debord (1967) que l’on retrouve ici ayant déjà conquis vallées et villages.

Mais le cri de désespoir vient du frère oublié qui pleinement conscient de l’aliénation subie aspire à un monde renouvellé, peut être celui que proposera Nova en ouverture finale de la pièce. Il le fait en hurlant le besoin de se débarasser des noms qui enferment et qui assignent. Il préconise, ou plutôt il exige, la régénération par l’abandon des nominations, une utopie en quelque sorte, seule condition de la libération.

« Laisse nous ce soir être ceux que nous sommes – les hommes d’un temps originel, la lune derrière les branchages, les coquilles d’escargots dans la glaise, les barres de fer dans le béton, et les langues dans notre bouche, fais en une seule unité. Pays, rentre tes drapeaux et tes blasons. Vallées, toutes, reniez vos hymnes, oubliez vos noms. Chemin qui menez ici, cachez vous dans le Sans-Nom. Grand chantier, anime-toi selon le vieux proverbe, deviens la simplicité sans nom.

Que cet endroit n’ait plus de nom ce soir, qu’il s’appelle lieu sauvage et qu’il n’y ait personne à part nous. Nous non plus nous n’avons pas de noms.

Répondez en inconnu. Ne montre à personne ton pays natal. Oubliez le verdict et n’allez pas au procès. Ne regardez pas le peuple – il n’y a plus rien à voir. Bougez sans musique – la musique mêne dans la fausse direction. À l’ouïe de l’homme, ne correspond que le bruissement le plus léger.

Les noms tombent, nous sommes à l’air libre. Maintenant, nous pouvons de nouveau dire ”terre” de ce lieu. » (Hans, p : 31)

On peut voir là une dénonciation du nom comme moyen ultime de l’aliénation, du contrôle, de l’assignation, de la biopolitique pourrait on dire en empruntant au vocabulaire foucaldien. Le nom enfermant qui se voit dans l’environnement construit mais se niche au plus profond de l’être et de son identité.

Références

  • Handke, P. 1983 (1981). Par les Villages (Über Die Dörfer). Paris (Franfurt am Main): Gallimard (Surkamp)
  • Debord, G. 1967. La société du spectacle. Paris: Buchet-Chastel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *